« Linux à l’Assemblée ». Le vocabulaire vernaculaire

Linux est un terme sujet à débat pour désigner cette catégorie de système d’exploitation (OS) alternatifs à Microsoft Windows et Mac OSX. Pour bien faire, ce qu’on a pas manqué de me souligner au cours de l’enquête, GNU/Linux est le terme qui devrait lui être préféré car étymologiquement exact : Linux est un projet secondaire (au moins historiquement) qui n’aurait pu voir le jour sans le projet initial GNU. Il existe certes des distributions Linux indépendante de GNU, mais dans ce qui nous intéresse ici elles sont – il est vrai – négligeables.1

Mais GNU/Linux n’est pas satisfaisant non plus, car laisse entendre que seul un OS a été fourni aux députés. La question aurait pu être discutée éventuellement si Kubuntu (la distribution « choisie ») avait été fournie « nue ». Or, ce n’est pas le cas puisque, à la demande de l’Assemblée nationale, les applications Mozilla Firefox, Mozilla Thunderbird, Openoffice.org et VLC ont été ajoutés aux postes clients avant le déploiement. La caractéristique commune de tous ces outils est plutôt qu’ils sont libres. Logiciels libres remplacerait donc avantageusement Linux, ce dernier apparaissant dès lors comme un abus de langage utilisé pour évoquer la voie alternative à Microsoft Windows dans laquelle l’institution s’est engagée.

Logiciel libre est cependant lui-même en concurrence avec open source. Ces expressions qui pourraient sembler équivalentes au lecteur non averti ne l’est pas du tout. Pour faire bref :

Le mouvement pour le logiciel libre a défini des règles sur des principes éthiques, celui pour l’open source (qui en découle) a proposé une traduction fonctionnelle. Cela a déclenché un temps quelques différends relatifs au respect de ces principes. Les défenseurs du logiciel libre considèrent que le logiciel libre est une affaire de philosophie, tandis que les partisans de l’open source rejettent toute philosophie » (Wikipédia, d’après la thèse de Benkeltoum, 2009).

Lorsque le projet a été initialement pensé et porté par Bernard Carayon, donc pour des raisons essentiellement politiques, c’est bien le logiciel libre qui a été défendu. Le terme open source semble cependant au moins autant approprié, eu égard au fait que pour l’administration de l’Assemblée nationale la valeur éthique de la solution libre n’a pas été considérée, au contraire de ses utiles caractéristiques techniques. Deux phases de la vie du projet, deux conceptions différentes de l’outil : l’une idéologique et l’autre pragmatique. Impossible de départager les deux termes à ce niveau.

Il faut retourner à l’enquête pour constater qu’en définitive ni l’un ni l’autre ne conviennent. Open source est un terme a peu près inconnu sur le terrain, sauf des techniciens. Logiciel libre est un peu mieux répandu, notamment connu des quelques politiciens qui s’intéressent à la question. Libre, seul, est bien trop vague pour être parlant, ce terme n’est évocateur que la sphère des informaticiens. Par contre Linux fait étonnement l’unanimité, c’est l’expression non seulement la plus répandue mais aussi celle qui vient spontanément à la bouche de mes interlocuteurs. Je me rends à l’évidence : dans le langage courant, Linux est synonyme de tout ce qui se rapproche de près ou de loin aux outils relevant des logiciels libres.

De fait, pour désigner l’existence et l’histoire de ce projet, en dépit de tout ce qu’elle a d’insatisfaisant, cette expression me semble préférable à toutes autres. « Linux à l’Assemblée », avec les guillemets de citation bien entendu.

  1. La page Linux ou GNU/Linux de Wikipédia est assez éclairante sur les tenants et aboutissants de ce débat, et de mon point de vue convaincante de l’inanité de la controverse. []

1 réponse

  1. Cher Jonathan,

    Tu oublies dans ta réflexion de te demander *pourquoi* les usagers préfèrent évoquer Linux que les « logiciels libres ». Cela ne tient pas que d’un abus de langage, qui tiendrait d’une certaine ignorance de leur part. Au contraire, ils sont plutôt lucides :

    * « Linux » est le terme préféré des techniciens car les problèmes qui se sont posés à eux étaient relatifs au bureau Linux. Les logiciels libres associés (qui sont multiplateforme) n’ont pas en eux-même constitué de nouveauté, contrairement à l’administration d’un poste sous Linux qui a nécessité efforts et formations.

    * De même, « Linux » est le terme préféré des usagers car il a été vite clair pour eux que ce n’était pas les logiciels libres associés (qui sont multiplateforme) qui ont posés les problèmes de compatibilité avec les smartphones et lecteurs de DVD. Comme pour les techniciens c’est bien le bureau Linux qui se trouve à l’origine des troubles, et nécessité de modifier ses habitudes techniques.

    Des deux points de vue, « Linux » est ce qui a constitué le centre des inquiétudes, mécontentements et adaptations, ce qui rends logique que soit concentrées là toutes les attentions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *