Le député, la boîte aux lettres et le réseau

« They told me to just drop it in the mailbox »

« They told me to just drop it in the mailbox »

Parce que prolonger un mandat suppose de remporter une nouvelle élection, le député veille à ne pas décevoir ses mandants. Même si la perspective de conserver son siège n’est pas la seule motivation de ses choix et de ses actes, l’élu ne peut s’assurer les voix futures de ces concitoyens sans jouer le jeu de la représentation démocratique, c’est-à-dire (au moins donner l’impression de) se faire le porte parole des multiples intérêts qui traversent son territoire. En recherche constante d’informations, le député organise l’écoute de la société au travers de plusieurs dispositifs : le courrier parlementaire et son épluchage quotidien en est l’exemple le plus symptomatique si l’on considère le temps qu’y consacre son équipe1.

Dans un autre genre, la tenue d’une permanence parlementaire relève d’un dispositif technique aux mêmes finalités, dont le flou des attributions comparée aux dépenses de fonctionnement qu’elle engage montre l’enjeu qu’il y a à exister matérialiser sa présence sur le terrain,  et donc à multiplier les modalités de réception de l’information. La permanence parlementaire est un guichet2, où l’on se rends tantôt comme citoyen sur rendez-vous pour faire part de ses doléances, tantôt comme militant de manière informelle pour pour résoudre un problème épineux. Ce qui se dit, ce qui se sait et ce qui se revendique transite vers le député autant grâce aux individus que par le courrier, seul varie en définitive le support. C’est dire si le lieu de la permanence est conçu pour aimanter l’information qui circule dans l’espace qui intéresse le député, dans le réseau des réseaux de sa circonscription.

Le député sont « des sortes de boîtes aux lettres » m’a résumé ce mois de juin un administrateur des services de l’Assemblée nationale. Je n’ai pas de meilleure métaphore, si ce n’est que la passivité que celle-ci sous-entends, celle de l’objet, convient peu ici. Quand on s’adresse au député, on ne communique pas tant avec le destinataire du message qu’avec le messager à qui on confie la mission de le remettre à bon port. Si la société française est un vaste réseau, alors les députés en constituent des nœuds, c’est à dire des endroits où les mailles de la toile se resserrent, pour former un lieu privilégié de passage de l’information où les zones éloignées peuvent se voir connectées. Au sein de ces nœuds, se croisent les échelles globales et locales, se confrontent les intérêts privés aux intérêts communs, sont entendues les requêtes individuelles comme collectives.

La taille de ces nœuds varie selon le nombre de réseaux dont le député est à l’écoute, ce qui n’est pas sans lien avec le nombre de mandats et fonctions politiques qu’il cumule. Dans ces réseaux, il dispose d’une position privilégiée à durée déterminée, et il y est – en tant que membre – un acteur incontournable en même temps que le produit. De la gestion de ces réseaux dépends son éligibilité, si bien qu’on peut y voir le dénominateur commun à la variété des pratiques qui entourent l’activité parlementaire. Le député, pour qui les compétences relationnelles sont la première qualité et la diversité du carnet d’adresse le premier outil, est acteur historiquement ultra-connecté à la société de l’information, et ce depuis bien longtemps avant l’ère du numérique.

 

Crédit photographie : « They told me to just drop it in the mailbox » 2009, de Kevin Cole (CC-by)

  1. Cf. Courty et Harvel, 2006, « Le courrier parlementaire », in : Le travail de collaboration avec les élus, Éditions Michel Houdiard. []
  2. Cf. Kerrouche, 2009, « Usages et usagers de ma permanence parlementaire », Revue Française de science politique, n°59, vol. 3, p. 429-454. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *