Le paradigme balistique est bancable

La métaphore balistique1, consiste à considérer l’objet technique comme un projectile dont il faudrait évaluer l’angle de tir, la vitesse de projection d’une part, et la société la cible dont on pourrait mesurer la résistance et la capacité d’absorption du choc. Cette métaphore est l’acceptation la plus répandue d’une conception où la technique domine la société, en ce sens où cette dernière reçoit ce qui s’impose à elle, non pas que la cible soit ici nécessairement passive (on lui reconnait parfois de hautes capacités d’adaptation et/ou de détournement), mais en tous les cas rarement à l’initiative. C’est en ce sens qu’il semble si souvent nécessaire d’étudier l’impact des nouvelles technologies sur la société.

Ceci n’est foncièrement pas étranger à l’idéologie de la la société de consommation, qui fait de l’acteur avant tout un consommateur. Au sein du marché de l’high-tech comme dans d’autres, on observe ainsi un discours dominant où l’individu est le destinataire de technologies que des ingénieurs bien avisés concoctent à leur intention, pour leur confort, pour leur divertissement ou leur productivité au travail (ce que cette planche illustre à merveille2 ). Ce sentiment des utilisateurs que parfois (dans la limite de l’admissible) les concepteurs d’innovations semblent susciter de nouveaux besoins plutôt qu’elle n’en comble n’est rien d’autre qu’un corollaire à cet état de fait. Pour une noble cause (la croissance), les individus sont les heureux spectateurs de la valse des innovations technologiques. Loin de moi l’idée de nier la réalité de l’étroite imbrication des logiques d’innovation et de consommation, je pointe seulement le fait que le discours qui l’encadre ne reflète pas la réalité des faits.

Pour seul exemple, les postes de travail informatique livrés dans les bureaux parlementaires de l’Assemblée nationale en 2007 étaient le fruit d’une longue réflexion sur les usages spécifiques du député et de son équipe, ayant abouti à un travail de personnalisation pointu d’un modèle d’interface grand public. Les utilisateurs n’ont eu à aucun moment à se préoccuper du processus de conception de l’objet technique dont ils étaient les destinataires : à l’aube de la nouvelle législature, ce nouvel outil qu’ils ne connaissaient pour la plupart que de loin leur était imposé et trônait sur leur nouveau bureau. Belle illustration de la métaphore balistique. Pourtant il serait faux de faire reposer l’innovation sur les concepteurs, la réalisation du poste de travail ayant été confiée à un prestataire qui avait répondu à un marché public, dont la part du contrat consistait purement et simplement à proposer une solution technique à des contraintes spécifiques. L’interlocuteur institutionnel était l’administration qui jouait ici en plus du rôle de maitre d’œuvre celui de médiateur entre le concepteur et l’utilisateur.

Je ne me risquerais à aucune généralisation de cette situation, la position de chacun des acteurs est somme toute assez spécifique. Notons quand même que la métaphore balistique ne suffit pas à expliquer la complexité de la situation d’innovation technique. L’utilisateur est plus que le destinataire puisque – par l’intermédiaire d’un tiers, certes – expose par ses contraintes un besoin original. Le concepteur est moins que l’innovateur, puisque ne fait – en tant qu’expert technique avec une force de proposition – que s’adapter à la situation donnée, à l’aide d’un intermédiaire tiers (le même). La position de cet intermédiaire est loin d’être anodine, mais ce n’est pas le propos ici, laissons cela pour plus tard. Dans notre exemple, le processus d’innovation suit alors cette séquence chronologique : usages-conception-diffusion, ce qui est significativement différent de celle balistiquement admise  : conception-diffusion-usages.

Peu importe la réponse à la question « Qui de l’œuf ou de la poule initie le processus d’innovation technique ». C’est le décalage d’un pas dans le cycle des trois étapes qui nous intéresse, parce selon que l’on choisisse l’une ou l’autre des deux séquences, l’acteur doté du pouvoir d’initiative diffère. Le paradigme balistique (ce n’est plus une métaphore à ce stade) n’est alors que le primat d’une séquence sur d’autres possibles, qui montre l’ingénieur comme initiateur du mouvement de l’innovation. La séquence conception-diffusion-usage a le mérite servir la cause des dits innovateurs, en faisant de l’utilisateur son débiteur : « nous investissons pour inventer de quoi répondre à vos besoins, vous faites confiance à notre expertise et nous payez pour cela ». Voilà un rapport de force qui tombe bien, économiquement parlant. L’expertise de l’ingénieur serait autrement plus compliqué à monnayer si les utilisateurs étaient en position d’exprimer leurs besoins, de détailler la forme désirée de la réponse technique. S’il était convenu que l’utilisateur était lucide sur ses besoins, le marché de l’innovation certainement moins soutenu.

 

Crédit photo : « Shooting for the sky » (2006), Mark Rutter (CC-by-nc)

  1. Selon les mots de Madeleine Akrich, 1989, « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et sociétés, n°13, vol. 2. []
  2. Que je lis avec ravissement au moment où j’écris ces lignes, merci Boulet pour nous donner ce grain à moudre. :) []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *