[book chapter] Politique d’une innovation technologique confisquée

Il faut bien commencer un jour, mon premier papier est publié ce mois-ci. Permettez-moi de laisser un peu de ma joie (et soulagement) s’exprimer. :)

Si je ne boude pas mon plaisir, c’est que l’occasion est enfin venue de commencer à exploiter des matériaux et des savoirs acquis au fur et à mesure de plusieurs longues années d’enquête. Le caractère grand public de l’ouvrage qui accueille ce chapitre fait que la problématique que j’y soulève s’appuie sur un récit chronologique essentiellement descriptif qui pourra décevoir certains sur le plan conceptuel (mais qui du coup le rend assez facile d’accès). En tous les cas, ce fut pour ma part un exercice déterminant que de rédiger un texte clair et solide, sans recourir au jargon scientifique derrière lesquels on peut parfois être tenté de se dissimuler. Car, comme dirait l’autre : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement / Et les mots pour le dire arrivent aisément / Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage / Polissez-le sans cesse et le repolissez / Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. »1

« Chainned to the spot ? »

C’est donc un chapitre, intitulé « Du logiciel libre pour l’Assemblée Nationale. Liberté du code versus liberté des usages », qui prends place en tant qu’étude de cas au sein de l’ouvrage Histoires et cultures du Libre de C. Paloques-Berges et C. Masutti (dir.). En voici le pitch :

Fin 2006, l’Assemblée nationale française choisi de doter pour la treizième législature de logiciels exclusivement libres les postes informatiques des bureaux parlementaires. Le récit de l’évolution du projet de sa conception jusqu’à sa réalisation, puis à son déploiement auprès des utilisateurs, illustre quelles attentes cette technologie a suscité durant la décennie 2000-2010, et donc les défis qui se sont imposés à eux. Le fait est que le projet n’a pas été à la hauteur des attentes initiales : par la souplesse qu’il apporte dans la conception des systèmes spécifiques, le logiciel libre s’est davantage adapté aux contraintes des commanditaires plutôt qu’à celles des usagers. Paradoxalement, la mise en œuvre de ce projet a conduit au final à ce que les députés perçoivent le logiciel libre comme étant coercitif et anachronique.

Bien que le logiciel libre soit à l’honneur ici, il ne constitue à mes yeux pas le cœur du sujet de ce texte. On savait déjà qu’il est très réducteur de penser la réalisation d’un projet technique au travers du paradigme balistique, c’est-à-dire comme la soumission d’une solution pour résoudre un problème, ou comme l’apport d’une réponse à une demande. C’est surtout un processus complexe d’innovations, d’arbitrages, de pouvoirs dont la portée est souvent peu comprise, et qui laisse finalement peu de place aux « intérêts » propres de ceux à qui l’on destine le nouvel outil. Ce que j’ai essayé de montrer ici c’est que, quand le projet technique est à caractère informatique et concerne les usagers d’une institution comme l’Assemblée nationale, les enjeux de pouvoirs sont si présents que la technique est loin, très loin, de revêtir les atours de neutralité qu’on aimerait lui voir porter. Alors, la réalisation technique devient un problème d’arbitrages entre différents intérêts de niveaux supérieurs, où les besoins des utilisateurs (considérés alors comme basiques) passent au second plan, au point où les innovations s’apparentent plus à des régressions pour ne surtout introduire aucune rupture, et permettre à l’institution d’assurer sa pérennité.

Notez que ce vendredi 17 mai a lieu le lancement du livre dans le cadre du séminaire Histoires de l’internet de V. Schafer et F. Georges à l’ISCC. Ce sera l’occasion pour les auteurs de se rencontrer, d’échanger et de répondre aux questions. Pour ma part j’y serai, et si ça vous intéresse de nous y rejoindre vous êtes les bienvenus, les informations sont ici.

Enfin et surtout, vous trouverez le texte intégral de ce chapitre en accès libre à cette adresse : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00820360

 

Crédit photo : « Chainned to the spot ? » (2008), par Perry French (CC-by-nd)

  1. Nicolas Boileau, L’Art Poétique, Chant 1 (source). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *