Les leçons de Cersei Lannister à Littlefinger, ou comment s’exerce le pouvoir

Aujourd’hui, un peu de pop philosophie. Il y a cette scène (mémorable) au début de la seconde saison de Game of Thrones, qui illustre d’une manière (que je trouve) très limpide la question du pouvoir telle qu’elle est traitée par Foucault, Deleuze & Guattari.

! Alerte spoiler ¡
Une grande partie de l’intrigue de la première saison est ici dévoilée.
Si vous n’avez pas encore terminé de la regarder,
mieux vaut sûrement garder cette lecture pour un peu plus tard… :)

 

 Soient deux personnages. D’un côté, Cersei Lannister, reine-veuve et mère du tout jeune et nouveau roi, est une femme intelligente, ambitieuse, orgueilleuse, ayant le goût du pouvoir ; de l’autre, Lord Baelish, dit Littlefinger,  n’est pas de haute naissance, mais doit son poste de gestionnaire des finances de la Couronne et sa place au Conseil restreint à son don pour le commerce et la finance. Deux personnages clé de la vie politique du royaume, qui se jaugent au moment où l’empire vacille. De sérieux doutes pèsent sur la filiation paternelle du fils de la reine (et donc sur les amours incestueux de cette dernière), remettant en cause la légitimité du jeune prétendant à accéder au trône. Tout ceci  laisse présager un scandale d’État d’envergure, voilà pour le contexte.

Leçon 1. Le pouvoir est un rapport de force (Foucault)

En début de séquence, quand elle interpelle Lord Baelish, la reine demande une faveur : il s’agit de retrouver la fille cadette Stark, famille déchue au rang d’ennemi de la couronne. Il n’y a ici pas de positions de subordination hiérarchique entre les deux protagonistes, elle ne peut pas explicitement exiger de lui un service. De cet état de fait, il en est conscient, et le fait est qu’il objecte. La reine n’est pas dupe, elle connaît les raisons de ses réticences : Lord Baelish a des liens personnels avec la famille Stark. Elle lui expose alors combien cette objection est malvenue, le rapport de force n’est pas en sa faveur. Elle sort de son jeu la carte de la suspicion de trahison. Ce qu’elle sait lui permet de lui faire faire ce qu’elle veut, c’est le principe du chantage. À ce stade de l’échange, Lord Baelish rétorque qu’il dispose aussi de renseignements compromettants. Il sait ce qu’il en est des amours litigieux de la reine, ce qui lui permet de retourner la situation. La carte qu’il joue est pour sa part la menace de parler. Le chantage s’inverse (ou se boucle), Baelish neutralise la reine par la promesse de son silence. Ce qu’il sait lui permet d’influencer le cours des prises de décisions de son interlocuteur. Knowledge is power.

Dans le début de cette séquence, ce sont les subtilités de l’exercice du pouvoir qui sont mises en scène, plutôt qu’une définition de la notion. Le pouvoir est un rapport de force qui ne se possède pas, mais qui s’exerce. C’est un ensemble d’actions sur des actions possibles, ou chacun tente d’exploiter de ce qu’il sait de l’autre, pour faire pencher le rapport de force de façon à prendre l’ascendant, se protéger, ou négocier un régime de faveur. Il s’agit d’inciter, de susciter, d’induire, de détourner… On voit d’ailleurs que le pouvoir n’est pas nécessairement répressif, et il passe aussi bien par les dominés que les dominants. Le pouvoir n’est d’abord rien d’autre que la modalité d’agencement d’un rapport de force : tout rapport de force est un rapport de pouvoir. Cette première partie propose une assez bonne définition du pouvoir façon Foucault.

Leçon 2. Les deux logiques du pouvoir (Deleuze & Guattari)

Lord Baelish possède des informations qui relèvent peu ou prou du secret d’État, il dispose donc d’un atout susceptible de renverser complètement le rapport de force. Mais, il n’en a pas le temps. Au moment où le chantage se retourne contre la reine, la situation bascule. Cersei Lannister se voyant prise à son propre jeu, elle réagit par une démonstration de force efficace à rappeler à son interlocuteur deux règles essentielles. D’une part, en dépit des hautes sphères où il évolue, sa position de conseiller du roi reste très précaire, en ces lieux celui qui ne figure pas parmi les irremplaçables peut voir sa vie légitimement retirée à tout moment et sans préavis. D’autre part, ce qui fait la différence c’est finalement toujours la main dans laquelle se tient l’arme. Comme dirait l’autre : « le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont le pistolet chargé, et ceux qui creusent. Toi tu creuses ». Power is power.

Cette démonstration de force n’est guère surprenante, il est dans l’ordre des choses que l’État mettent en scène sa supériorité, avec un sens indiscutable du spectacle, même auprès de ses propres alliés. Après tout, le personnage de la reine ne fait ici qu’illustrer le fait que le pouvoir royal central se définit en tant que détenteur du monopole de la violence légitime. On dira qu’elle incarne ici un pouvoir-arbre qui prend racine dans un espace segmenté par des codes juridiques, des murailles et des cloisons, qui répartit, organise, hiérarchise le monde du tronc jusqu’à la cime. Face à cela, Lord Baelish incarne le pouvoir-rhizome, c’est-à-dire la force du réseau de relations, du secret, de la multiplicité, monde dans lequel les membres sont éparpillés et ont pourtant un place semblable, où chacun fait en sorte de tirer son épingle du jeu. Sans centre ni discipline, les lois et les murs n’y sont pas structurants, les relations de pouvoir ne sont pas cristallisées dans une loi ou une bureaucratie mais se déplacent dynamiquement selon des enjeux et des tensions, elles sont nomades.

Dans cette seconde partie, ce qui se joue est en fait une confrontation où le pouvoir royal contrecarre les tentatives du pouvoir nomade à le bousculer (façon Deleuze & Guattari). Par sa démonstration de force, la reine reconnaît le pouvoir représenté par son interlocuteur. Et, elle ne le rejette pas, ne l’annihile pas, mais le maîtrise et s’attache à le cadrer. Il en résulte un agencement particulier entre deux logiques, négocié pour un temps (jusqu’à la prochaine confrontation), qui constitue à moment t de la série une manière dont elles s’organisent et s’articulent. Ainsi, le pouvoir est intrinsèquement toujours double. Double, au sens où fondamentalement il est le résultat de ces deux forces divergentes qui s’entre-nouent. Mais double ne signifie pas binaire, ceux qui suivent la série savent bien que la reine sait plus que quiconque intriguer, de même que Lord Baelish n’est pas le dernier à user de la violence d’État. Au travers de l’interaction entre ces deux personnages, c’est l’entremêlement des deux faces de la même médaille qui est donnée à voir.


2 réponses

  1. Clémence dit :

    Bonjour,
    Je viens de lire ton article et je le trouve très intéressant.
    J’aimerais juste savoir d’où tu tires tes sources, en particulier en ce qui concerne l’opposition pouvoir-arbre et pouvoir-rhizome, car je ne trouve pas cette référence. Sur quel ouvrage de Deleuze et Guattari t’appuies-tu?
    J’écris un dossier sur les rapports au pouvoir dans Game of Thrones et je pense que cette source me serait très utile.
    Merci de ta réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *