Ces quelques 47 collaborateurs partagés par plusieurs députés

« Quand mon député me parle de "notre travail d’équipe" » (Vu sur : assistantparlementaire.tumblr.com, 11 avril 2014)

« Quand mon député me parle de « notre travail d’équipe » »
(Source : un tumblr d’assistants parlementaires)

On a fait quelques observations généralistes au sujet des déclarations d’intérêt des députés. Essayons maintenant d’entrer un peu dans les détails. Les troisièmes et quatrièmes colonnes de la base sont très (trop) hétérogènes, laissons-les de côté pour faire simple. Contentons-nous déjà d’explorer la colonne « Nom des collaborateurs parlementaires », puisque c’est la seule qui ne contient aucun trou et dont le contenu est à peu près prévisible (rappelez-vous les quelques lignes d’exemple).

Le cas des collaborateurs communs à plusieurs députés

Une première chose pourrait être de chercher si des noms de collaborateurs reviennent. Autrement dit, demandons-nous quelle est la proportion des collaborateurs employés par plusieurs députés. C’est une pratique qui n’est pas très courante, mais qui n’est pas hors-norme non plus. Elle concerne essentiellement les collaborateurs en poste au Palais Bourbon, ce qui est pratique puisqu’ils n’ont (théoriquement) alors qu’à changer de bureau en fonction de leur emploi du temps. Pour tous les députés qui se sentent davantage concernés par leurs affaires en circonscription que par le travail de la loi, un demi-collaborateur suffit pour gérer les affaires courantes parisiennes.

Alors côté député, ce partage de collaborateur a plusieurs avantages : pour les nouveaux, c’est le gage d’un collaborateur expérimenté ; pour tous, c’est l’opportunité d’un collaborateur payé à mi-temps mais présent à temps plein au Palais Bourbon. Côté collaborateurs aussi, plusieurs avantages : d’abord, il s’agit de limiter le risque d’un licenciement inattendu (trop fréquents à l’Assemblée) ; ensuite, c’est l’occasion d’augmenter son salaire. Un exemple concret : un collaborateur avec expérience, qui totalise entre 45h et 50h de travail par semaine, répartis sur trois contrats distincts, peut ainsi espérer un peu plus de 3 600 euros nets par mois.

Une fois le décompte effectué, on découvre que cette pratique concerne :

  • 17.1%  des députés (97 sur 567);
  • 2,3% des collaborateurs (47 sur 2011) ;
  • 4,9% des contrats de collaborateurs (102 sur 2071).

Occasionnel mais pas rare. Comment s’organise ce petit monde ?

  47 100%
  nb_collabs  
ont 2 députés employeurs 40 85%
ont 3 députés employeurs 6 13%
ont 4 députés employeurs 1 2%

Bon. Les collaborateurs communs à plusieurs députés ne cumulent que deux contrats pour l’essentiel. Rien de réellement étonnant, au vu de l’investissement (et le dévouement) que demande la tâche d’assister un député. Sur le plan pratique, si le collaborateur ne dispose pas du don d’ubiquité, le cumul doit être difficile à gérer (en particulier les mardis et mercredis, jours d’affluence au Palais Bourbon).

On pourrait alors supposer que les députés qui se partagent un collaborateur siègent dans la même commission permanente. Ce serait une manière de mutualiser les ressources, en faisant que le collaborateur se disperse moins. Dans les faits, quelques chanceux n’ont effectivement qu’une seule commission permanente à suivre, mais la norme est de deux. Renseignements pris, on préfère souvent dans les faits que les députés ne siègent pas dans la même commission, pour éviter tout risque de concurrence sur un texte.

  47 100%
  nb_collabs  
suivent 1 commission
9 19%
suivent 2 commissions
32 68%
suivent 3 commissions 5 11%
suivent 4 commissions 1 2%

La cas de la collaboratrice qui travaille pour quatre députés employeurs pose question. On peut douter qu’elle parvienne à réellement faire la veille législative et connaître en profondeur les dossiers en cours de domaines aussi différents que les Lois, la Défense, les Affaires culturelles et éducation, et les Affaires étrangères. Même en comptant le soutien fort des collaborateurs du groupe parlementaire. Il faut alors tenir compte du fait que les contrats des collaborateurs peuvent ne concerner que peu d’heures, sur une mission très précise en fonction de compétences recherchées. Par exemple : attaché de presse. On voit du coup entrevoir quel avantage peut tirer un député d’employer plusieurs collaborateurs à temps partiels plutôt qu’un seul à temps complet : élargir le champ des compétences.

D’ailleurs, observe-t-on des collaborateurs partagés entre députés de groupes parlementaires différents ? Le rapport de confiance dans une équipe parlementaire étant structurant, des députés rivaux ne peuvent évidemment pas partager un collaborateur.

  47 100%
  nb_collabs  
travaillent uniquement pour le groupe SRC
24 51%
travaillent uniquement pour le groupe GDR 1 2%
travaillent uniquement pour le groupe RRDP 1 2%
travaillent pour le groupe SRC et ECOLO 1 2%
travaillent uniquement pour le groupe UMP
17 36%
travaillent uniquement pour le groupe UDI
2 4%
travaillent pour le groupe UMP et UDI
1 2%

On s’aperçoit que quand on partage un collaborateur c’est presque toujours au sein d’un même groupe, et les deux uniques exceptions nous montrent qu’en cas contraire on ne s’associe pas avec n’importe qui. Le partage SRC/ÉCOLO concerne les députés de deux circonscriptions voisines en Dordogne ; et le partage UMP/UDI concerne une collaboratrice qui complète son contrat par des fonctions d’attachée de presse auprès d’un député siégeant dans la même commission. Tout ceci suggère que s’il faut un minimum d’intérêts communs pour que le partage soit envisageable, la famille politique est un critère déterminant.

 

Aucune donnée n’a été maltraitée durant les expérimentations

 (à suivre…)

 

Pour citer ce billet
Chibois J. (8 septembre 2014), « Ces quelques collaborateurs partagés par plusieurs députés », LASPIC | Carnet  [En ligne]. URL : http://laspic.hypotheses.org/2348 (date de consultation)

Édit du 9/09 : ajout de l’avantage d’être employé par plusieurs députés, du point du vue du collaborateur + exemple / ajout de l’avantage pour les députés d’employer plusieurs personnes à temps partiel plutôt qu’une seul à temps complet.


1 réponse

  1. 16 septembre 2014

    […] Laspic a rédigé plusieurs articles sur les collaborateurs parlementaires en reprenant les données issues des déclarations d’intérêts. A lire ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *