Le genre des collaborateurs de député

 

Quand tu te rends compte que le plus gros de ton boulot d’AP, c’est pas de faire du législatif (assistantparlementaire.tumblr.com - 2014-02-10)

« Quand tu te rends compte que le plus gros de ton boulot d’AP, c’est pas de faire du législatif, mais c’est de trouver des solutions immédiates à tous les problèmes improbables et inattendus de ton parlementaire (courses, études de ses enfants, …) »
Source : un tumblr d’assistants parlementaires

 

On a fait quelques observations généralistes, on s’est intéressés au cas particulier des collaborateurs partagés. Toujours concernant la colonne des noms de collaborateurs, voyons ce qu’on peut tirer comme autre information. Dans le viseur ici, les prénoms, et par extension le genre.

Préliminaires

Avant tout, il est nécessaire d’intervenir un peu sur la base de façon à « deviner » et extraire les prénoms de chacun (en l’état nom, prénom et civilités sont livrés en vrac). Comme je n’ai pas eu le courage de parcourir moi-même les 2071 lignes pour statuer sur ce qui avait plus de chance d’être un prénom ou un nom, d’autant que j’ai découvert être assez mauvais pour ce jeu, j’ai préféré confier l’opération à un petit script.

Il faut :

  1. récupérer un dictionnaire de prénoms français : ici issu du fichier des prénoms 2007 de l’INSEE (merci à François Guillem pour la libre mise à disposition !).
  2. écrire quelques lignes de code (python, pour les curieux) pour :
    1. découper le champ « nom » de chacun des collaborateur en autant de terme qu’il contient ;
    2. comparer chacun des termes obtenus avec le dictionnaire des prénoms français ;
    3. recopier dans un coin chaque prénom identifié et le genre qui  lui est associé ;
  3. ensuite, courir se procurer le bouquin de Baptiste Coulmont : « Sociologie des prénoms », La Découverte, 2011.

Répartition homme/femme

« Peu d’enfants naissent (…) avec un prénom mixte, androgyne ou épicène. Les parents tiennent à marquer un genre » nous dit le collègue Coulmont. C’est une tendance plus ou moins marqué selon les lieux et les époques, et actuellement plutôt fiable en France. Cette propriété, les prénoms nous permet, à partir du fichier des prénoms de l’INSEE, de reconstituer le genre des collaborateurs. Minute culture générale : dans le bouquin de Coulmont (p. 64), on apprend  que c’est une méthode qui a très sérieusement déjà été utilisée en 2006 pour reconstituer rétrospectivement le sexe des personnes pacsée en France entre 1999 et 2006, période où la loi n’autorisait pas encore à recueillir cette information.

Donc, en prenant garde aux exceptions que sont :

  • les prénoms mixtes ;
  • les cas impossibles à deviner, parce qu’ambiguës (ex : est-ce que « M. Philippe » signifie « Monsieur Philippe » ou « Martine Philippe » ?) ou parce que le prénom n’est pas indiqué explicitement (ex : «  J. Dumont » est femme ou un homme ?).

… puis en vérifiant à la main toutes les exceptions apparues (parce qu’il ne faut jamais faire totalement confiance à un script), on observe que le monde des collaborateurs de député est donc majoritairement féminin : une fois retiré les exceptions, on est presque à 2 hommes pour 3 femmes.

  2011 100%
  nb_collabs  
Femme 1105 55%
Homme 758 38%
MIXTE 43 5%
INCONNU 105 2%

Comment cette répartition se fait dans les groupes politiques ? J’ai classé dans le tableau ci-dessous les groupes par taille, du plus petit au plus grand. On voit deux catégories émerger :

  • Dans les petits groupes parlementaires (effectif inférieur à 20 députés), la tendance est à l’égalité homme-femme. Les écolos s’y distinguent par une égalité parfaite.
  • Dans les plus gros groupes parlementaires, la tendance correspond à celle observée en général. L’UMP se distingue pour être le plus déséquilibré (23 points d’écart), ses députés préfèrent assez nettement embaucher des femmes (on est presque à 1 homme pour 2 femmes). L’UDI est un cas particulier, c’est relativement faible en nombre (33 députés), mais la répartition y est celle d’un gros groupe.
 écart 9 4 0 8 | 20 23 15 18
  NI GDR ECOLO RRDP | UDI UMP SRC  
Femme 50% 46% 49% 52% | 57% 58% 53% 55%
Homme 41% 50% 49% 44% | 37% 35% 38% 38%

Et comment se fait cette répartition selon le genre de l’employeur (ou comment se manifeste le sexisme ordinaires des députés sur ce plan) ? Le fait est que la répartition homme-femme des collaborateurs est chez les députées sensiblement la même que les députés. Peut-être est-ce une question difficile à aborder avec si peu de données mais, vu de loin, il semble que le genre de l’employeur ne soit pas significatif. Les cas de marmottes lubriques sont donc vraisemblablement marginaux.

 écart  13 19 18
  députée député
 
Femme 53% 56% 55%
Homme 40% 37% 38%

Par contre, ce qui est très significatif, c’est le lieu de travail de ces collaborateurs. En circonscription, les équipes sont largement féminines quand à l’Assemblée la parité est presque respectée. Ça c’est la direction de la gestion financière et sociale de l’Assemblée qui nous apprend. Merci aux organisations de collaborateurs pour avoir posé la question (et particulièrement au syndicat SNCP-FO pour avoir attiré mon attention là-dessus). Je reproduis dans un tableau les données disponibles ici.

 écart 27 4 18
 Travaillent… en circonscription à l’Assemblée
           
Femme 63,5% 52% 55%
Homme 36,5% 48% 38%

Au final, je ne peux pas me m’empêcher de rapporter à une autre donnée cette tendance globale chez les députés à employer d’avantage de femmes. Serez-vous surpris d’apprendre que les collaborateurs hommes sont mieux payés que les collaboratrices ? Rien d’exceptionnel me direz-vous. En moyenne, sur la rémunération horaire, les femmes gagnent 13%  (2,40 €) de moins que les hommes. C’est même dans la norme inférieure. Sauf si on considère qu’il y a visiblement une concentration des femmes dans les fonctions les moins bien rémunérées. Parce qu’il est évidemment logique que les compétences les moins courantes soient mieux valorisée (#ironieappuyée). Après tout, ce qui est rare est cher, non ?

 

Aucune donnée n’a été maltraitée durant les expérimentations

 (à suivre…)

 

Pour citer ce billet
Chibois J. (17 septembre 2014), « Le genre des collaborateurs de députés », LASPIC | Carnet  [En ligne]. URL : http://laspic.hypotheses.org/2419 (date de consultation)


1 réponse

  1. 21 octobre 2014

    […] Cette méthode conduit, incidemment, à abandonner le principe dichotomique qui régit le sexe tel que le définit l’état civil, pour se situer dans la logique du continuum statistique du genre des prénoms. On en trouvera une autre application dans le cadre d’un examen du sexe des collaborateurs et collaboratrices de député-e-s3. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *