[book chapter] Une métaphore digestive de l’exercice réflexif

Calvin & Hobbes, by Bill Watterson

By Bill Watterson

Voici enfin se concrétiser la publication d’un chapitre rédigé avec l’ami Fred Pailler, il y a maintenant de nombreux mois. C’est aux Éditions L’Harmattan, sous la direction de Matthieu Quidu, dans un ouvrage intitulé Épistémologie du corps du savant.

Pour la petite histoire, ce texte était initialement un billet de blog. Un billet de blog où nous voulions expliquer que, peut-être, le chercheur dans son effort d’autocritique peut se voir amené à faire plus qu’examiner son reflet dans un miroir. Un billet de blog où nous voulions suggérer qu’une métaphore plus organique pourrait se surajouter à l’idée de l’auto-observation, en particulier pour mieux rendre compte de la dimension affective du parcours méthodologique d’une recherche en sciences sociales. Un billet de blog qui devait paraître en avril 2012 dans les pages du carnet collectif des Espaces réflexifs. Un billet de blog qui est pourtant resté, parmi d’autres, à l’état de brouillon. Il était vite devenu évident qu’il faudrait plus de temps et d’investissement pour explorer cette proposition et ses implications. L’occasion est venue sous la forme d’une invitation de la part d’un lecteur du carnet collectif à prolonger dans un ouvrage les réflexions initiées. C’est ainsi que le brouillon de billet de blog est devenu un chapitre publié. Que les participants et les organisateurs du projet des Espaces réflexifs soient ici remerciés pour leur contribution indirecte, mais néanmoins décisive, à cette entreprise !

Résumé : Ce texte discute la manière dont l’exercice de réflexivité, en anthropologie et en sociologie, est aujourd’hui devenu un savoir-faire fourni par l’institution universitaire à ses étudiants. Ce savoir-faire s’appuie sur une logique du miroir qui vise à permettre au chercheur de s’objectiver en tant que sujet de l’objectivation, pour reprendre l’expression de Bourdieu, afin de permettre au lecteur d’accéder à la connaissance produite une fois libérée de toute subjectivité. Cet enseignement n’a pourtant pas aidé les auteurs à explorer leurs propres terrains de thèse, bien au contraire, l’exercice les a mené à maintes confusions et incompréhensions. Sont identifiées dans cette métaphore du miroir une succession de décalages avec leurs expériences respectives et certains postulats théoriques sont interrogés. En complémentarité, est alors développée une seconde métaphore, digestive, qui se fonde sur l’assimilation progressive d’éléments du terrain par le chercheur et transforme la manière dont seront posés et déployés des problématiques. En ces termes, l’exercice réflexif donne une légitimité à des formes d’écriture hors-protocole, et impose de tenir compte de la lenteur et du caractère situé, donc non-reproductible, du processus de production du savoir. La formulation d’une métaphore digestive de l’exercice réflexif conduit à associer étroitement les enjeux méthodologiques et les enjeux rencontrés sur le terrain ce qui, selon les auteurs, engendre un rapport différent à l’énonciation scientifique.

Vous trouverez le texte en accès libre ici : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01079387

Bonne lecture !


1 réponse

  1. 24 mai 2015

    […] Je voulais écrire une petite note sur la réflexivité, ou plutôt sur le soin  à apporter au fait de la garder vivante, de ne pas la réifier comme méthode, ni d’enquête ni de compte-rendu. C’est pour une autre fois, la première version est illisible. C’était une manière d’annoncer la sortie d’un article que j’ai co-écrit avec Jonathan Chibois, sur ces questions et l’impact qu’elles ont eu sur la façon dont nous avons écrit et valorisé différents types de textes et de formes scripturales au cours de nos enquêtes respectives (dont les thèmes, parlement et sexualités, n’ont pas grand chose à voir, il est vrai ). Une version de ce papier est disponible dans les archives HAL : Jonathan Chibois, Fred Pailler. Une métaphore digestive de l’exercice réflexif, in Matthieu Quidu (dir). Épistémologie du corps du savant (tome I), 1, L’Harmattan, 2014, Le chercheur et la description scientifique du réel, 978-2-343-03953-4 et Jonathan cross-poste à ce sujet aussi. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *