Du (non) usage parlementaire du téléphone sous la Troisième République

Allez, hop, un petit billet pour vous rassurer sur le fait que je suis encore là, que la rédaction suit son cours. Je me disais que je pourrais peut-être partager avec vous un de ces moments où, vraiment, où on se dit que c’est chouette de faire de la recherche, et cela même si le monde entier paraît parfois se mettre d’accord pour essayer de nous en faire passer l’envie (ces temps-ci plus que d’autres). Ne boudons donc pas notre plaisir (et serrons-nous les coudes).

Je suis en train de travailler sur la question de l’installation du téléphone au Palais Bourbon en 1882, au tout début de la Troisième République. Je suis plongé dans un chapitre où j’essaye de développer l’idée que les technologies de communication (courrier, train… téléphone, email, tweets) sont un support important du travail parlementaire, ceci parce que les députés y voient une possibilité d’une ubiquité nécessaire à leurs fonctions (par exemple pour être à Paris en même temps qu’en circonscription). Or, cette place des technologies de communication dans le travail parlementaire, figurez-vous, qu’elle remonte loin, très loin, n’en déplaise à Google ou à Dropbox. Il faut remonter au temps où le principe de la communication longue distance (quasi) instantanée a cessé d’être un monopole d’État, laissant la possibilité aux citoyens les plus riches de se l’approprier pour faire des affaires juteuses. En France, tout ça se passe grosso modo au début du Second Empire, alors que les députés sont pour l’essentiel des notables, qui ont donc comme motivation (parmi d’autres, j’entends) de faire fructifier leur patrimoine, et que le déploiement du télégraphe électrique remise le télégraphe aérien au rang d’antiquité, en offrant la possibilité de converser (par opérateurs interposés) avec les colonies et les places boursières internationales. Voilà pour le contexte.

Où l’on apprend que les députés boudaient les communications interurbaines

En 1882 donc, cela faisait près de trente ans que le télégraphe électrique était déployé partout dans le monde et s’était significativement démocratisé, au point que même les citoyens moins fortunés pouvaient l’utiliser au besoin (pour traiter affaire familiale par exemple), chaque commune française disposant de plusieurs postes (au bureau de poste, à la gare, à la mairie, à l’entreprise, à la centrale électrique…). Les tarifs n’étaient plus prohibitifs, les services étaient variés : envoyer et recevoir un télégramme relevait d’une normalité. C’était dans ce contexte que le téléphone tentait depuis quelques années de faire sa place, en concurrence technique directe avec le réseau télégraphique, en vantant la possibilité de converser par la voix et cela sans opérateur pour faire fonctionner le poste terminal. De belles promesses qui amènent plusieurs questions concernant la Chambre des députés. Qu’est ce qui a réellement motivé les députés à abandonner le télégraphe pour le téléphone ? Comment s’est passé la transition ? Quels furent les usages premiers du téléphone dans la vie parlementaire ?

Mon hypothèse était la suivante. Compte tenu du fait que les députés de la Troisième République devaient, tout en étant très occupé à Paris, assurer une présence forte dans leur circonscription pour espérer être réélus (comme aujourd’hui donc), je supposais que le téléphone, et en particulier le réseau interurbain, avait pu venir les soulager, en leur évitant un certain nombre de déplacement du fait de la possibilité de traiter certaines affaires à distance. Il faut préciser que si cette tension local/national du mandat était similaire à aujourd’hui, elle était autrement plus compliqué à résoudre. D’une part, la Chambre n’offrait aucune assistance à l’époque pour ce qui était de financer des collaborateurs et un logement d’appoint à Paris, ce qui faisait que le déménagement à la capitale était incontournable pour qui se faisait élire député. D’autre part, bien que le réseau de chemin de fer soit relativement étoffé déjà, les temps de transports étaient d’une manière générale nettement plus longs, ce qui rallongeait sensiblement les aller-retours hebdomadaires.

Et bien non. La dépouille des archives de l’Assemblée montre que si, depuis 1882 les communications téléphoniques progressèrent de manière rapide et constante jusqu’aux années 1920, moment où leur croissance explosa littéralement, il faut toutefois distinguer les communications locales des communications interurbaines. Or, ces dernières restèrent marginales : moins de 1% du volume total annuel jusqu’aux années 1930 (à l’exception de la guerre 14-18 où l’on trouve un pic à 10%). Les raisons étaient multiples, en deux mots : le réseau national fut longtemps dans un état désastreux, faisant que les communications étaient chères, les temps d’attentes longs, les conversations souvent inaudibles et les coupures fréquentes. Les promesses du téléphones n’étant pas tenues, il semble que les députés préférait préserver leurs habitudes télégraphiques en ce qui concerne les communications longues distances.

Où l’on apprend que les députés boudaient aussi les communications locales

Je me suis alors trouvé avec le paradoxe suivant. Alors que, vu du XXIe siècle, le téléphone paraissait être un moyen de communication idéal pour assurer une présence continue dans un cadre de vie nomade, toute porte à penser qu’entre 1882 et 1920 il ne fut utilisé que dans un cadre local, sur le réseau spécifiquement parisien. À en croire les rapports annuels des téléphonistes de la Chambre, ces usages téléphoniques locaux commençaient à être même nombreux à la fin de la guerre. Pour preuve, nous dit-on, en 1920, la Chambre a demandé 80 000 communications vers l’extérieur. C’est un volume qui paraît effectivement important comparé aux 20 000 de l’année 1900. Cependant, si on le rapporte à une grandeur connue, un rapide et grossier calcul (80 000 communications ÷ 613 députés ÷ 52 semaines), nous apprend que tout se passait alors comme si chaque député effectuait 2,5 appels par semaine.

Ça paraît en fait très peu comparé à aujourd’hui où les terminaux téléphoniques se multiplient sur les bureaux et dans les poches, mais comment en juger par rapport aux autres moyens de communications disponibles à l’époque ? Pour le télégraphe, qu’il soit électrique ou pneumatique, impossible de savoir puisque les terminaux étaient disposés dans un bureau public (bien que lui-même installé dans le Palais Bourbon), où les communications des députés et des résidents du quartier n’étaient pas distinguées (pas même en tarif). Par contre, pour ce qui est du courrier, plusieurs témoignages indiquent que les députés pouvaient recevoir entre 20 et 60 lettres par jour, pour ne parler que de celles en provenance de leur circonscription. Ces dernières contenaient diverses demandes dont chacune nécessitait de la part du député de rédiger pour chacune au moins trois autres lettres (un accusé réception à destination du demandeur, une transmission de la demande à qui de droit, puis plus tard une réponse au demandeur). Bref, ça faisait du volume. À l’aune de l’usage du courrier, donc, le téléphone paraît avoir été largement sous-utilisé.

Mais, quoique minimes, la question de ces usages locaux du téléphone demeure. Quels étaient-ils ? Difficile à établir vu qu’il n’existe pas (à ma connaissance) de témoignages de députés à ce sujet, et les archives de l’Assemblée sont peu loquaces sur ce point. On sait simplement que le service dit de « messages téléphonés », était plutôt apprécié et usité. Dans le sens entrant, un téléphoniste de la Chambre prenait en note un message pour courir l’apporter à un député en séance (ou ailleurs dans le Palais) ; dans le sens sortant, le député dictait un message à un téléphoniste qui le transmettait (par téléphone) à l’agent de la Société générale du téléphone du bureau le plus près du domicile du destinataire, et ce dernier se chargeait de le faire remettre en main propre (ce qui veut dire, oui, que les facteurs téléphoniques ont existé un jour, marrant non ?). On notera que ce sur ce plan, le téléphone était placé en concurrence directe avec le télégramme, dont il imitait le principe. On sait aussi que les téléphonistes étaient chargés pour les députés en partance pour leur circonscription de réserver auprès des gares des places dans les trains, ce qu’il fallait souvent ensuite confirmer au domicile du député (par téléphone donc). Constatons alors que si, durant une semaine, le député envoyait 2 messages téléphonés et faisait réserver 1 place de train, on atteignait déjà pour lui 4 appels, ce qui était déjà bien plus que 2,5. Peut-être alors n’est-il pas besoin de chercher plus loin.

À l’origine de la collaboration parlementaire

Mais alors, les députés, en s’appuyant sur le personnel de la Chambre pour ces quelques services, utilisaient-ils le téléphone oui ou non ? D’un côté, non : comme ils ne manipulaient pas le poste téléphonique de leurs propres mains, on peut se dire que c’est le fait de disposer d’auxiliaires à qui déléguer certaines tâches qui importait au premier chef. D’un autre côté, oui : certes les tâches demandés au personnel de la Chambre pouvaient être accomplies autrement que par téléphone, ce sont néanmoins bien des tâches expressément téléphoniques qui leur étaient confiées (et non pas télégraphiques ou postales). Notez que la question se pose pareillement aujourd’hui : est-ce que faire tenir son propre compte Twitter par un collaborateur est un usage de Twitter par les députés ? Il est difficile de trancher sans adopter une posture normative. On a tous une idée de ce que les députés devraient faire ou mieux faire, mais ça ne nous aide pas à comprendre pourquoi eux préfèrent-ils faire les choses d’une autre manière. Poser la question de l’usage effectif, appelle une réponse morale.

Posons alors la question autrement. Comment expliquer la présence d’un service téléphonique à la Chambre, avec un personnel dédié, alors que précisément une des promesses du téléphone était la disparition des opérateurs à chaque extrémité de la ligne pour coder et décoder le message (comme c’était le cas du télégraphe) ? Deux éléments de réponse. Premièrement, le téléphone n’était initialement disponible qu’à un seul point du Palais Bourbon, qui plus est excentré, faisant que des personnes devaient aller chercher les députés quand ils étaient demandés au téléphone. Deuxièmement, la mise en relation était initialement longue et chaotique, et les députés n’ayant pas le temps d’attendre, il fallait aussi des personnes pour s’occuper d’établir la communication, puis pour aller chercher les députés une fois le correspondant en ligne. Dans les premiers temps, les questeurs traînèrent les pieds, ils rechignaient à affecter du personnel spécifique pour courir après les députés, ils préféraient détacher au besoin un des garçons affectés à la questure (dont la tâche était précisément d’arpenter le Palais pour faire transiter les messages entre les services). Puis à partir des années 1890, les téléphonistes attirèrent l’attention de leur hiérarchie sur le fait que l’usage des députés évoluait. Ceux-ci, notaient-ils, conversaient de moins en moins en directe avec leurs correspondants, mais ils laissaient de plus en plus le soin aux téléphonistes de téléphoner à leur place ou de prendre en note les messages pour eux, puis de le leur faire parvenir en séance. Les questeurs cédèrent alors, et progressivement le service téléphonique s’étoffa : de trois employés (qui se plaignaient d’être surchargés de travail) en 1900, il était composé de neuf employés autour de 1920 (qui se plaignaient d’être toujours autant surchargés).

C’est donc ainsi que naquit un service de secrétariat à la Chambre, en lien étroit avec le téléphone qui imposaient aux députés de faire preuve d’une disponibilité impossible pour eux à tenir. Ce qui était nouveau ce n’est pas le fait que les députés disposent de collaborateurs ; ceux parmi les plus riches engageait déjà depuis le Second Empire des secrétaires particuliers sur leur fortune personnelle (ou sollicitaient des membres de leur famille pour les aider). Ce qui était nouveau, c’est plutôt la prise en charge par la Chambre de ce besoin qu’avaient les députés de disposer d’auxiliaires dans le travail parlementaire au Palais. On voit alors que la présence d’un secrétariat collectif remonte bien avant le pool de « secrétaires dactylographes » qui était à disposition des députés dans les années 1930, lui-même déjà considéré comme l’ancêtre de l’indemnité individuelle de secrétariat instaurée en 1953, elle-même parente de la fonction d’assistant parlementaire créée en 1976 (fonction qui, notons-le, sera peut-être dotée d’une convention collective en 2016 !). D’ailleurs, cette année 1976 fut également celle où le standard téléphonique cessa d’être le point d’entrée de tous les appels vers l’Assemblée, puisque fut instaurée la possibilité de joindre n’importe quel poste interne depuis l’extérieur… et notamment ceux des bureaux personnels dont on venait tout juste de doter les députés. Avec de nouveaux collaborateurs installés dans de nouveaux bureaux, plus rien ne justifiait que le secrétariat téléphonique soit assuré par le personnel de l’administration, cette charge leur a donc été transférée. De fait, aujourd’hui, le service téléphonique n’existe plus en tant que tel, vraisemblablement démantelé quelques années plus tard, au début des années 1980.

Voilà comment on découvre par une voie détournée que les collaborateurs des députés au Palais Bourbon ont pour premier ancêtre les téléphonistes de la Chambre (quand les collaborateurs en circonscription seraient plutôt issus des secrétaires particuliers des députés notables).

La recherche, c’est chouette.

 

 

Crédit photo : « Man in office on telephone with disappointed look: ‘–my mother–‘ », 1906 (Library of Congress, no copyright renewal)

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « Du (non) usage parlementaire du téléphone sous la Troisième République », LASPIC | Carnet [en ligne], 20 juin 2016, URL : http://laspic.hypotheses.org/4007 (consulté le 23 août 2017).


2 réponses

  1. Olivier Legendre dit :

    Au demeurant, passionnant article, bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *