Réponse à Fred Pailler, #streamingfury2

Préambule à destination des (rares ?) lecteurs qui trouvent dans cet échange un intérêt : Fred Pailler a répondu à mon dernier billet d’hier « Lire et écrire suffit-il pour utiliser un ordinateur ? » par un long commentaire de mon commentaire. Voici donc la réponse de la réponse.

 

« D’abord je te remercie d’avoir pris le temps de répondre à cette soliloquie qui, en tant que synthèse personnelle, n’était a priori pas destinée à créer la controverse. Ce souci de préciser ce qui doit l’être est tout à ton honneur, et cela même (et surtout) si certaines mes approximations ont pu paraître grossières, d’autant que non content de me pointer précisément mes erreurs c’est avec pédagogie que tu détailles ton propos. Aussi, je vous prie toi et @politechnicart d’excuser une formulation maladroite qui semblait dire ce qu’elle ne disait pas, la « position idéologique confortable, mais heuristiquement stérile » qualifiant uniquement et exclusivement le « relativisme culturel », dont je ne vous affuble pas (loin de moi cette idée) même si je me suis autorisé à en pointer le danger (peut-être de façon anxiogène oui). Sur l’ensemble de mon propos d’ailleurs je reconnais avoir manqué de précision jusqu’à commettre quelques sous-entendus déplacés, considérant qu’écrivant pour moi-même (douces illusions) je pouvais prendre le risque de m’exprimer à demi-mots1.

Ceci étant dit, je me félicite secrètement de t’avoir (quoique malgré moi c’est vrai) bousculé, car ce second billet regorge de nouvelles propositions tout à fait stimulantes. Alors, fort de cet état de service, et à l’inverse de cette figure du chercheur que tu mentionnes, je ne clôturerai pas la discussion au prétexte que tu possèdes une compétence particulière que je n’ai pas, à savoir une certaine culture philosophique et une bonne avance (sur moi) sur ces questions. Par contre, si l’état de mes connaissances me permet au moins d’évaluer la portée et l’intérêt de ce tu écris, je crains qu’il ne me faille quand même a minima me mettre à niveau. Ainsi, et loin de moi l’idée de te pousser à une quelconque justification académique (comme si le raisonnement ne pouvait se suffir à lui-même), je te serais reconnaissant de me livrer quelques références bibliographiques, non pas que j’ai attendu cet échange pour me pencher sur la question, mais ce que je découvre en te lisant me laisse à penser qu’il existe quelque part une littérature que je n’ai pas su dénicher jusqu’ici.

Quoiqu’il en soit (de mon expertise sur le sujet), il reste encore (ne t’en déplaise) des passages qui me semble mériter d’être éclaircis. Permets moi de me contenter de continuer à les rapporter ici, en attendant d’être en mesure de définir de manière plus éclairée et plus précise mon sentiment sur le contenu de tes deux billets. »

 

Être néophyte c’est avoir déjà les compétences d’autres machines, d’autres dispositifs. […] Après, il reste à savoir si ces compétences feront partie ou pas des scénarios d’usages produits par les interfaces [des ordinateurs et du web].

Voici qui (sous une banalité troublante) a le mérite de pointer les conditions d’une standardisation des interfaces, soulignant que l’élaboration des scénarios d’usages est avant tout une somme de choix arbitraires. Donc, l’homme doit s’adapter à la machine, et non l’inverse. Ceci me rappelle ce bel article d’Akrich « De la sociologie des techniques à la sociologie des usages. L’impossible intégration du magnétoscope dans les réseaux câblés de première génération » (Techniques et culture, n°16, 1990, pp. 83-110).

Cette valorisation majeure de la compétence technologique/technique participe tout simplement d’une réification de l’objet technique comme « objet » naturel, et de la sorte, évacue l’idée plus pertinente d’objets socio-sémio-techniques co-construit en situation.

Quoique jolie, cette formulation « objets socio-sémio-techniques co-construit » est quelque peu opaque (pléonasme ?). Je te concède la nécessité d’emprunter quelques raccourcis pour aller à l’essentiel, sauf que ta formulation n’est ici pas anodine, semblant souligner l’évidence de l’idée. Or, c’est une question qui ne me semble pas du tout aller de soi, et bien que j’en ai une interprétation propre, je serais curieux de savoir ce que tu y dissimules.

Si l’idée d’une négociation des usages est une perspective intéressante, elle est suffisamment sur la brèche politiquement pour ne pas devoir être interrogée régulièrement.

Veux-tu ici signifier que c’est de cette manière que le problème est posée dans la sphère médiatico-politique ? Alors je me demande s’il serait impossible que cette préférence qui est mienne de considérer les rapports de pouvoir d’usages sous la dynamique de négociations reflète une conception intériorisée issue du terrain, c’est-à-dire une forme de discours d’usagers, emprunts de représentations particulières. Peut-être est-ce une hypothèse à explorer, oui.

  1. Tes foudres sont à ce titre méritées, d’autant que cela me permet de prendre conscience de l’origine d’un certain nombre de malentendus déjà vécus. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *