L’inactive activité des parlementaires

Le but de ce billet, au delà de la seule question de l’activité des parlementaires, n’est pas d’excuser des pratiques éventuellement litigieuses mais de montrer que l’on peut *expliquer* ces comportements qui nous paraissent à première vue inacceptables (poke @manuelvalls). Or, il semble bien que nous ayons tous déjà jugé cette histoire de contrats familiaux, par principe, sans même avoir essayé de comprendre ce qu’il en est.

Ce billet aurait aussi pu avoir pour titre : pourquoi la corrélation « emploi de collaborateur familiaux / inactivité des parlementaires » ne tient pas.

« Family work »

Le 25 février dernier, Benjamin Monnery a publié en ligne une petite étude, dans le contexte de l’affaire Fillon. Reprise par Médiapart, pas mal relayée sur Twitter, elle a trouvé un large auditoire. Son auteur s’est même vu interviewé pour l’occasion (c’est dire !).

Celui-ci démontre chiffres à l’appui que « les parlementaires qui emploient comme collaborateurs des membres de leur famille sont en moyenne significativement moins actifs que les autres à l’Assemblée et au Sénat que les autres, toutes choses égales par ailleurs » (je souligne). Pour ce faire, il s’appuie d’un côté sur les listes de collaborateurs parlementaires disponibles sur les sites internet respectifs des deux chambres, et d’un autre côté sur les statistiques d’activité législative des députés et sénateurs collectés et mis en forme par l’association Regards Citoyens.

Cette corrélation collaborateurs familiaux/inactivité des parlementaires qui est mise au jour est intéressante. Il faut toutefois la discuter afin d’en préciser les limites, car ses termes sont bien précis. Ceci faisant, on s’aperçoit que le phénomène pointé n’est pas celui qui saute immédiatement aux yeux. Je vais même me risquer à défendre l’idée que ces collaborateurs familiaux remplissent aujourd’hui une fonction dans l’activité parlementaire, et trouvent donc à ce titre une nécessité.

Visibilité et activité parlementaire

C’est la notion d’activité des députés qu’il faut clarifier en particulier. Il est vrai qu’on a tous appris à l’école que les parlementaires étaient élus pour nous représenter au Parlement, voter les lois et contrôler le gouvernement. De ce point de vue, tous ceux d’entre eux qui ne siègent pas au Palais Bourbon ou du Luxembourg n’effectuent pas le mandat pour lequel ils sont élus. Non seulement ils nous paraissent inactifs, mais en plus nous trompent car reçoivent indûment leur indemnité de mandat.

Cette définition de l’activité parlementaire est cependant très restrictive. Le travail parlementaire ne peut pas se résumer aux quelques amendements ou interventions effectués aux palais, que LCP retransmet, que les sites internet des deux chambres publicisent et que Regards Citoyens mesure. Cela quand bien même certains députés eux-mêmes l’assènent (par exemple Isabelle Attard ou Julien Aubert hier soir dans Compléments d’enquête).

En vérité, nous n’acceptons de reconnaître une activité à un parlementaire que si celui-ci est visible à nos propres yeux, ce que les députés et sénateurs savent bien. Or, les palais n’offrent pas des rapports investissements/bénéfices rentables sur ce plan, le travail législatif est fastidieux et ingrat. Il n’y a donc pour eux que deux manières efficaces d’être visibles : être sur le terrain, ou être à la télé. Cela ne signifie pas que, ce faisant, ils se tournent les pouces.

Recevoir dans leurs permanences, serrer des mains sur les marchés, accorder une interview au journal régional, participer à un plateau télé, sont autant de manières de faire des arbitrages, de consulter leurs concitoyens et de rallier des soutiens aux causes qu’ils défendent. Et cela d’une manière qui, en plus, à leurs yeux, a le mérite de les rendre visibles. Bien que hors du palais, bien que moins nobles, ces activités sont tangibles.

Ce que nous apprend (en réalité) cette corrélation

Il faut donc absolument tenir compte du fait que l’activité parlementaire dépasse largement le cadre du seul travail législatif. Et, en vertu du principe selon lequel nul ne peut être au four et au moulin, il faut comprendre qu’un parlementaire moins actif que les autres sur le plan législatif est *bien souvent* un parlementaire plus actif que les autres en circonscription. Il existe en effet des manières très différentes de conduire un mandat, à ce sujet je vous invite à lire ce petit bouquin très bien.

Revenons alors à la corrélation mise en évidence par Benjamin Monnery. Il nous explique que les parlementaires qui embauchent des collaborateurs de leur famille sont moins actifs que les autres dans leur travail législatif. Cela signifie donc que ceux là sont aussi plus actifs que les autres en circonscription et dans les médias. Ce qui n’est pas du tout la même chose que de dire qu’ils sont inactifs. Cette corrélation montre que le recours aux collaborateurs familiaux est une pratique émanant essentiellement des parlementaires qui déploient une stratégie de proximité.

De fait, cette corrélation ne jette pas du tout « un fort discrédit sur la pratique de l’emploi familial des collaborateurs au Parlement » pour la raison qu’avance l’auteur (même si au final, oui, ça revient au même). Bien sûr, il est regrettable que dans leur quête de visibilité, une part d’entre eux en vient à délaisser le travail législatif. Mais c’est un autre débat (par exemple : un député peut-il défendre des causes en même temps qu’arbitrer ?). Un débat qui ne concerne en rien le type de contrat qui les lient avec leurs collaborateurs.

Cette corrélation a par contre le mérite de mettre en évidence une réalité qui n’a, à  ma connaissance, jamais été pointée. Une réalité qui a pour cadre la tendance des députés et les sénateurs à employer différemment leurs ressources selon leur propre stratégie de mandat. Pour l’expliquer, il faudrait enquêter précisément. Il faudrait se demander par exemple où sont-ils affectés prioritairement (dans la permanence de circonscription ou au palais à Paris ?), quels types de tâches leur sont attribuées (secrétariat, conseil, rédaction ?), et quels sont leurs formations (politique, droit ou tout autre ?).

Atouts de la collaboration familiale

Sans cela, on peut quand même formuler des hypothèses. La relation du parlementaire à son ou ses collaborateurs est très particulière. Être collaborateur parlementaire demande une abnégation difficilement imaginable pour qui ne l’a pas expérimentée, nécessite bien souvent d’oublier toute frontière entre vie privée et vie professionnelle et impose une relation totale de confiance avec son élu. En ce sens, le degré de coopération et d’interdépendance qui existe au sein d’une équipe parlementaire est à plusieurs égards proche de celui que l’on trouve au jour le jour dans une famille. Le mélange des genres ne doit alors pas surprendre, cette solution est probablement souvent retenue car elle facilite de l’organisation et l’acceptabilité d’un quotidien difficile, autant du point de vue de l’employeur que de l’employé.

Pourquoi alors est-ce une solution préférée par les parlementaires plus investis en circonscription que dans le travail législatif ? Certainement parce qu’un parlementaire très investi dans le travail législatif tend à rechercher chez ses collaborateurs des compétences qu’il a peu de chance de trouver dans sa propre famille (à moins qu’un de ses enfants ait expressément suivi des études en ce sens) : expertise thématique, carnet d’adresse spécifique, savoir-faire légistique… En revanche, un parlementaire très investi en circonscription se soucie surtout de s’entourer de collaborateurs capables de l’aider à occuper au maximum le terrain et à développer un patrimoine relationnel, ce que le fait d’appartenir à une même parentèle favorise (en vertu du principe de l’unité familiale).

À quel besoin donc répondrait la collaboration parlementaire en famille ? Selon moi, à deux éléments principaux. D’une part, à la nécessité pour les parlementaires de se doter d’une équipe solidement structurée sans avoir besoin de la façonner et de la diriger en tant qu’employeur, puisque le même résultat peut être obtenu en tant que chef(fe) de famille. D’autre part, à la nécessité de maximiser la portée d’un mandat qui est, fondamentalement et à plusieurs niveaux, une entreprise de relations publiques.

*

En bref, l’usage des collaborateurs familiaux n’est pas corrélé à une inactivité des parlementaires. Elle l’est par contre à une activité de terrain non mesurable, non médiatisée, mais plutôt concrète et visible pour les électeurs de la circonscription. Autrement dit, « emploi des familiaux » et « inactivité législative » ne sont pas liés par une relation de cause à effet, mais sont deux manifestations d’un même type de conduite de mandat.

 

Crédit photo : « Family work » de Derek Deems (© Tous droits réservés, 17 janvier 2008). Merci à l’auteur pour son autorisation d’usage !

Édit du lendemain : petites clarifications ici et là dans le texte, notamment pour clore plus proprement le propos.

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « L’inactive activité des parlementaires », LASPIC | Carnet [en ligne], 10 mars 2017, URL : http://laspic.hypotheses.org/4345 (consulté le 24 avril 2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *