Conduire son mandat, ventiler ses ressources

Vous avez été plusieurs à manifester votre désaccord concernant un point de mon argumentation, dans mon dernier billet. En effet, j’y prétends qu’un parlementaire inactif dans son travail législatif est mécaniquement un parlementaire actif dans sa circonscription. Je reconnais avoir forcé le trait pour éviter le billet-fleuve. Je reviens donc ici préciser et nuancer mon propos sur ce point, sans toutefois me dédire.

Nota : je vais restreindre ici le propos aux parlementaires que sont les députés, ceux que je connais le mieux.

Un député est une figure collective

Reprenons du début. Qu’est-ce qu’un député ? Un député n’est pas simplement une personne. Quoique cette idée puisse être contre-intuitive, c’est une entité qui mérite bien plus d’être considérée comme un ensemble de ressources, financières et humaines, pilotées par un individu élu. Cette définition élargie est importante car il est impossible au sein d’une équipe parlementaire d’attribuer strictement le résultat d’une action à l’un ou l’autre de ses membres. Tout geste effectué par un député est le fruit d’une action collective.

Cette dimension collective dote l’entité-député d’un don d’ubiquité. Par exemple : un collaborateur peur recevoir un citoyen dans la permanence de circonscription, en même temps que l’élu prend la parole dans l’hémicycle. Autre exemple : un collaborateur peut rédiger un amendement pendant que l’élu participe à une émission télévisée. En bref, une entité-député qui dispose de collaborateurs aussi bien en circonscription qu’au palais, peut être considéré comme présent en même temps aux deux endroits.

Mais il y a des élus qui ne jugent pas utile d’assurer une présence forte au palais, et d’autres pas utile d’être solidement représentés en circonscription. C’est leur droit, leur stratégie. Elle est sans conteste risquée, mais ce n’est pas pour cela qu’ils font forcément plus mal leur travail que les autres. Ils privilégient simplement une des deux dimensions du mandat sur l’autre.

Le principe des vases communicants

La relation entre inactivité au palais et activité en circonscription fonctionne alors de la manière suivante. Étant acquis chaque entité-député dispose, dans une année de mandat, des mêmes ressources que les autres (l’Assemblée s’y emploie) ; étant acquis que ses ressources ne sont pas illimitées mais finies ; alors chacune n’a pas d’autre choix que de se disperser entre ses diverses obligations. Autrement dit, toutes les ressources investies d’un côté le sont nécessairement au détriment des autres.

C’est le principe des vases communicants. Il fonctionne pour les ressources financières : tout le matériel acheté et les dépenses de fonctionnement alloué à la permanence ne seront plus mobilisables au palais. Il fonctionne également pour la force de travail : le temps des collaborateurs dépensé ici ne pourra être dépensé ailleurs. Mais il fonctionne aussi bien sûr pour la force de travail de l’élu lui-même : il ne peut pas être au four et au moulin.

Certes, il existe des moyens de mobiliser des ressources extérieures pour dépasser cette condition (en s’appuyant à un parti, ou en cumulant des mandats par exemple). Certes, il faut aussi poser la question de l’efficacité au travail qui permet à certains hyperactifs d’abattre plus de travail que d’autres, sur un même temps donné. Cela n’enlève pas que l’enjeu principal pour un élu est de parvenir à ventiler ses ressources de la manière la plus judicieuse possible, selon ses contraintes, ses forces et ses objectifs de mandat. Si j’en crois ce que j’ai pu entendre en entretiens, aux yeux de ces élus, cette réalité fait la fois la difficulté et le sel de la fonction.

Deux exemples parmi d’autres

Pour clarifier, prenons des exemples. On peut réutiliser ceux pris par l’équipe de Complément d’enquête, dans leur reportage de jeudi dernier. Sont mis face à face  :

  • le député Julien Aubert, présenté comme bon élève, très présents au Palais Bourbon (27 semaines d’activité durant les 12 derniers mois) et actif sur le plan législatif (35 interventions en commission et 93 interventions longues dans l’hémicycle durant les 12 derniers mois) ;
  • et le député Bernard Brochard, présenté comme mauvais élève, quasi absent au Palais Bourbon (5 semaines d’activité sur la même période) et quasi inactif sur le plan législatif (0 interventions en commission et 0 interventions longues dans l’hémicycle).

Ces deux députés mènent leur mandat de manière radicalement différentes. Un des mérites de Complément d’enquête est de montrer que chacun a une interprétation propre des missions qui sont les siennes. Bien sûr qu’ils ont tous les deux un peu enjolivé leur travail quotidien, autant l’un plus que l’autre. L’un a joué le bon élève, l’autre s’est amusé à jouer celle du mauvais. Mais, derrière cette façade, nous avons deux personnes qui pareillement privilégient la dimension de leur mandat dans laquelle ils sont le plus à l’aise. Aucun ne se tourne les pouces, pas même celui qui joue le mauvais élève.

Ceci dit, ces deux députés ne représentent pas à eux seuls l’ensemble des manières de conduire un mandat parlementaire. En choisissant ces deux députés, l’équipe de Complément d’enquête a fait comme moi dans mon dernier billet, elle a forci le trait. Encore une fois, il existe une multitude de stratégies de mandat. Ces deux manières de faire sont éloignées l’une de l’autre pour qu’on les considère comme foncièrement opposés, mais leur différence n’est qu’une question de degré.

Un continuum de positions

Notez que l’on peut schématiser ce principe de vases communicants. Considérons un axe horizontal, avec une extrémité gauche qui représentent la position (théorique) d’un député qui ne ferait que du travail législatif, et avec comme extrémité droite la position (théorique) d’un député qui ne se consacrerait que à sa circonscription. L’espace qui sépare ces deux extrémités représenterait alors un continuum de positions, sur lequel chacun des 577 députés pourraient trouver une place selon qu’ils donnent plus ou moins la priorité à leur travail de circonscription, ou plus ou moins la priorité au travail législatif.

De fait, les positions respectives de Julien Aubert et Bernard Brochard montrent bien comment s’éloigner d’un pôle implique mécaniquement de se rapprocher de l’autre. Bien évidemment, il y existe des députés pour qui la priorité est d’être sur les deux fronts à la fois. Dans un tel continuum, ces derniers se situeraient au milieu. Prenons par exemple, le député de Guadeloupe Victorin Lurel, peu présent à l’Assemblée ce qui dénote une forte implication auprès de ses électeurs, mais dont la fiche indique un rôle incontestablement actif sur le plan législatif.

Si l’on tentait de cartographier la position des 577 députés sur un tel axe, il est probable d’ailleurs que de telles positions équilibrées seraient surreprésentées. Et d’ailleurs, au vu des attentes citoyennes ainsi que des critères d’évaluation actuels de la vie politique nationale, il est probable qu’une telle cartographie présenterait dans quelques années une encore plus grande homogénéisation par le milieu.  C’est en tout cas une des conséquences possible de la fin du cumul des mandats à partir de juin prochain, qui donnera peut-être les moyens aux députés les plus ancrés en circonscription de rééquilibrer leur activités vers le législatif… mais qui sait ?

 

Merci à Benjamin Monnery (@monneryb), à Elsa Foucrault (@elsafouc) et à Marie Castagne (@mariecastagne) pour leurs remarques contradictoires. Elles ont largement inspiré ce billet.

Crédit photo : « Siphon », Chambers’s Twentieth Century Dictionary of the English Language (1908, domaine public).

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « Conduire son mandat, ventiler ses ressources », LASPIC | Carnet [en ligne], 15 mars 2017, URL : http://laspic.hypotheses.org/4460 (consulté le 26 juin 2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *