Althabe, la servitude volontaire et l’anthropologie du contemporain

J’ai rendu il y a quelques jours à la revue en ligne Lectures le compte-rendu de l’ouvrage de Bernard Traimond : « Penser la servitude volontaire. Un anthropologue de notre présent, Gérard Althabe » (2012, Édition Le bord de l’eau). Comme le compte rendu est un exercice somme toute assez formel, puisqu’en considérant l’ouvrage dans son intégralité, on ne peut trop s’attarder sur ce qui en fait la force (ou la faiblesse). Je complète donc ici mon compte rendu avec quelques extraits choisis (dans la troisième partie uniquement, vous remarquerez), organisés autour de la question qui m’a le plus intéressé : l’approche anthropologique de la servitude volontaire (et qui accessoirement est aussi le titre de l’ouvrage, bien qu’elle ne soit finalement peu évoquée dans le texte).

Penser la servitude volontaire

Où Althabe affirme « explicitement que ces choix scientifiques résultaient de positions politiques, c’est-à-dire morales et arbitraires » (p. 104-106) :

Je n’ai pas suivi l’anthropologie marxiste dans la mesure […] où moi , j’avais toujours cette idée de : il faut construire le sens à partir des gens […] La position objectiviste et scientiste est ethnocentrique, est raciste et xénophobe. Donc le marxiste l’est aussi. (Cité par Traimond, entretien du 27 avril 2004)

Au sujet de la domination dont, « de son propre aveu, il a fait le centre et le moteur de son œuvre » (p. 111-112) :

En fait une grande partie des analyses que j’ai pu faire porte sur la manière dont les dominés reconstruisent la domination à travers leurs propres rapports sociaux. En fait c’est quelque chose qui peut-être mis en relation avec la notion de servitude volontaire de la Boétie. La domination se reproduit parce que les gens se réapproprient la domination. (Cité par Traimond, Althabe à l’adresse de R. Hess, 2005 : 276)

Plus précisément concernant les mécanismes de cette domination (p. 130-131) :

Donc j’avais cette idée que en fait, la domination, elle ne pouvait marcher que si le dominé l’acceptait, la construisait et l’acceptait. C’est une idée qui va me poursuivre sans arrêt. Je vais sans arrêt essayer de savoir  comment fonctionnent les dominations, comment les résistances à la domination sont en même temps des acceptations, etc. (Cité par Traimond, entretien du 27 avril 2004)

On en apprendra guère plus dans l’ouvrage sur cette question de la domination et de la servitude volontaire vue par Althabe. Il semblerait néanmoins que l’on trouve ici une des rares analyses réflexives de l’auteur sur ce qui considère être le fil conducteur de son œuvre.

Vers une anthropologie du contemporain

L’anthropologie du contemporain est une anthropologie du proche :

De son aveu même, Althabe poursuivait l’objectif de comprendre cette servitude volontaire dans diverses sociétés. Un tel projet ruinait l’anthropologie exotique car, si cette attitude se rencontrait au Cameroun, au Congo ou à Madagascar, elle se trouvait également à portée de man, chez nous. Autant l’examiner ici. (p. 132)

Un constat partagé engendre une dynamique commune mais non concertée :

En 1972, pour avoir participé activement au renversement du régime, Althabe est amené à quitter Madagascar pour la deuxième fois. De ce jour, il considère que l’anthropologie de l’île est l’affaire des Malgaches et qu’il doit désormais se consacrer à l’étude de sa propre société. Remarquons que sans le savoir, il suit quelques mois après une voie strictement parallèle  à celle de Jeanne Favret-Saada qui, elle aussi, quitte l’Afrique du Nord pour enquêter en France. Plus tard Marc Abélès et quelques autres firent de même. Le cas de ces trois anthropologues, parmi d’autres, s’oppose à ceux qui continuent à se réclamer de leurs premières recherches exotiques pour se dispenser d’en entreprendre d’autres, ici ou là-bas. (p. 99)

Au sujet d’Althabe et Favret-Saada qui « affirmaient séparément trois paradigmes identiques » (p. 99-100) :

1 – Les démarches pour étudier dans le Sud des sociétés souvent sans écriture valent pour celles du Nord, même si l’anthropologue ne dispose pas, ici et là, du même type de sources. […]

2 -Il n’y a pas de différence fondamentale entre les deux ensembles de société ; il n’y qu’une humanité dans laquelle les ressemblances l’emportent sur les différences. […]

3 – Dès lors, une connaissance approfondie de la société étudiée fondée sur le partage de la langue et de la vie quotidienne conditionne son étude et son analyse. Chacun peut avantageusement travailler chez soi […]. Cela permet d’échapper au cancer des relations coloniales.

Enfin, sur ce dernier point – les relations coloniales – je ne résiste pas à vous livrer un passage sur le statut du chercheur qui me parle particulièrement (p. 102) :

Un ethnologue dans un village africain, compte tenu du passé colonial, avait, jusqu’à ces derniers temps, une position particulièrement confortable, les villageois acceptaient sa présence. Il installait d’emblée un rapport d’autorité, de pouvoir. Rien de semblable quand tu te retrouves dans une HLM : ta position est pour le moins précaire, aucun rapport d’autorité ne peut être établi, il va falloir édifier ta position, donner un sens à ta présence, sinon tu resteras enfermé seul dans ton appartement (Althabe, cité par Traimond, 1977 : 71)

Que me reste-il finalement au moment de refermer cet ouvrage ? En anthropologie politique (pour ce que je connais), Althabe est décidément un auteur surprenant. Ses prises de positions anticonformistes offrent un regard original sur un certain nombre de concepts, qui paraissent de fait d’une fertilité nouvelle. À approfondir donc (un de plus !).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *