Ethnographie des législatures, journées d’étude à Édimbourg

(For the English version of this post, see here).

La semaine dernière, j’ai eu le plaisir de participer aux journées d’études organisées à l’Université d’Édimbourg (UK) sur le thème « Ethnography of Legislatures ». J’adresse une nouvelle fois mes sincères remerciements aux organisateurs !

Vous pouvez trouver le programme en suivant ce lien. Le pitch était le suivant :

Ethnography offers remarkably rich opportunities to explore parliaments in terms of the norms, beliefs and practices of those who operate inside them, and to advance our understanding of these institutions and how they are understood, navigated and utilised by political actors. Ethnographic approaches have recently attracted attention from political scholars, such as Rod Rhodes’ (2011), while Emma Crewe’s anthropological analyses of the UK parliament (2005;2015) demonstrated the value of ethnographic parliamentary research. Such approaches are particularly valuable in advancing interpretive research agendas.

J’y ai pour ma part présenté mes réflexions sur l’étonnante variabilité du concept de « député », que j’ai observé sur le terrain. Réflexions qui ne sont pas toutes récentes mais dont l’importance dans mon cheminement de pensée ces dernières années m’apparaît peu à peu. En deux mots, il s’agissait de dire que ce terme ne désigne pas toujours la même réalité factuelle ou le même type d’activité selon qui parle, quand, dans quel contexte. J’ai donc expliqué comment j’en suis venu, non pas à abandonner complètement ce mot (ce qui serait absurde) mais de ne l’utiliser moi-même qu’avec parcimonie pour en préférer un autre. Je ne crois pas vous en avoir déjà parlé de cette histoire ici, mais si ça vous intéresse, faites moi signe, je vous ferais un petit billet à l’occasion.

Que retenir de ce workshop1 ?

Son grand mérite est d’avoir su réunir un ensemble de personnes qui ont en commun d’aborder l’objet « parlement » sous un angle qualitatif, empirique et inductif. Ce n’est pas chose si fréquente (attention, euphémisme). Si les études législatives font en effet l’objet d’un regain d’intérêt scientifique ces dernières années, il me semble néanmoins que ce mouvement est largement porté par les approches « informatico-quantitatives » qui utilisent, interprètent et analysent les données produites (et de plus en plus mises à disposition) par les parlements eux-mêmes. De fait, ce workshop a offert un espace d’échange alternatif pour faire connaissance, partager des expériences, confronter des points de vue, définir des acquis… bref, toutes ces choses qui permettent à un nouveau champ de recherche de vivre, de se structurer et de s’assumer comme tel. De ce point de vue, c’était donc un événement scientifique important, bien qu’il soit passé relativement inaperçu (dans le monde francophone tout au moins).

Ceci étant dit, et sans remettre en question le travail effectué ici par les organisateurs, il y aurait peut-être des choses à repenser si jamais l’expérience devait se renouveler. Les discussions de la semaine dernière avaient à mon avis ce défaut que partagent tous les événements scientifiques qui tentent de rassembler des personnes d’horizons différents de façon à éviter au discours scientifique de circuler en vase-clos ou hors-sol. Une intention louable, sans nul doute. À Édimbourg, les parcours personnels de la quinzaine de participants étaient largement divers, même si la majorité d’entre nous étaient estampillés « universitaire ». On pouvait rencontrer d’anciens députés, d’anciens ministres, des experts-consultants, des sociologues, des politistes, des anthropologues et des chercheurs en sciences de l’information et de la communication… et pour beaucoup un peu de tout ça à la fois. Si cette diversité tend à rendre les discussions foisonnantes, nos différences de parcours et de posture faisaient toutefois que nous ne partagions pas toujours les mêmes motivations, et donc pas non plus les mêmes considérations méthodologiques.

Qu’entend-on par « ethnographie » ?

De fait, il aurait certainement été utile à un moment de définir au moins ce qui devait être entendu par « ethnographie » (ce qui n’empêche en rien de tolérer une certaine pluralité, d’accepter une relative souplesse dans les manières de faire). Bien sûr, préserver un flou définitionnel favorise la participation d’un maximum de personnes, puisqu’il ouvre l’espace de parole. Bien sûr, les praticiens et les scientifiques ont intérêt à échanger sur leurs méthodes respectives. Bien sûr, les chercheurs doivent confronter leur compréhension du travail parlementaire avec celle de ses acteurs quotidiens.

Mais peut-on vraiment considérer qu’un tel dialogue est possible, sans être a minima balisé et encadré ? Peut-on vraiment croire que l’on parle tous toujours de la même chose, comme si chaque concept bénéficiait d’un régime d’évidence ? Pour ne prendre qu’un seul exemple, peut-on vraiment considérer que la notion de « réflexivité » est universelle, commune à différentes professions et à différentes champs disciplinaires ?

Si ce type d’ouverture du monde académique est souhaitable, il ne faut peut-être pas cependant refuser de voir quels en sont les enjeux. Si l’on veut défendre une approche qualitative des mondes parlementaires, il semble tout particulièrement nécessaire (et inéluctable) de s’accorder sur ce qui distingue un témoignage et un discours scientifique dans le cadre parlementaire. Il paraît important de statuer sur ce qui oppose un insider d’un outsider, et d’ouvrir la discussion sur la possibilité de passer d’une place à l’autre, plutôt que de considérer que toutes les places d’observateurs se valent. Ou alors, il faut accepter que nous somme tous ethnographes de nos propres vies.

 

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « Ethnographie des législatures, journées d’étude à Édimbourg », LASPIC | Carnet [en ligne], 16 octobre 2017, URL : http://laspic.hypotheses.org/4865 (consulté le 13 décembre 2017).

  1. Sinon que les écossais font l’effort de financer l’hôtel et l’avion pour tous les participants (merci à eux). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *