[article] Les téléphonistes de la Chambre sous la Troisième République

Un téléphoniste à la Chambre (suggestion de présentation1)

J’ai le plaisir de vous annoncer la publication de mon dernier article dans la Revue française de science politique (vol. 67, n°4). Il s’intitule : « Les téléphonistes de la Chambre. Infrastructure de communication et division du travail au Palais Bourbon, sous la Troisième République ».

Accéder à l’article (accès intégral payant)

Je m’intéresse dans ces quelques pages à ces curieux personnels que la Chambre des députés a longtemps employés pour s’occuper du réseau téléphonique du Palais Bourbon, à partir de 1881. Ces pages sont issues d’un des quelques chapitres terminés de ma thèse, sur lequel je travaillais en juin 2016 (souvenez-vous), dont l’embonpoint m’a finalement obligé à quelques coupes. Aussi bizarre que cela puisse paraître, on ne retrouvera donc cette histoire de téléphoniste que de manière anecdotique dans mon manuscrit final, alors même qu’elle synthétise presque à elle-seule l’ensemble de mon argument.

Mon premier objectif était dans ces pages de montrer que les parlementaires n’ont pas (du tout) attendu le début du XXIe siècle, ou même la seconde moitié du XXe siècle, pour se saisir des techniques de communications modernes et au travers elles questionner, renouveler, optimiser, le travail quotidien de la représentation politique. La manière dont ils se sont appropriés le téléphone à la fin du XIXe siècle rappelle de fait grandement la manière dont ils se sont appropriés le téléphone mobile, et même Twitter, Telegram & co, plus d’un siècle plus tard. J’en viens donc, entre les lignes ici, à défendre l’idée que la manière dont on fait de la politique dépend largement des outils, de techniques et de moyens que l’on a à sa disposition, et en particulier de l’infrastructure de communication qui nous entoure.

Mais, j’avais aussi ce souci avec ce projet d’exploiter et de faire connaître cette mine de données qui existe dans les archives de l’Assemblée nationale concernant l’aventure que fut l’installation du téléphone au Palais. Ces cartons n’ont pour ainsi dire jamais été exploités en tant que tels, bien qu’ils soient riches et passionnants (la seule exception réside à ma connaissance dans quelques paragraphes de cet ouvrage). On y lit tous les enjeux que posèrent l’émergence d’un moyen de communication inattendu à une institution centrale de la République, à une période de l’histoire où les infrastructures de communication commençaient à peine à se mettre en place. Il y a encore beaucoup à dire sur la question, je vous invite à vous y plonger à votre tour.

En voici, le résumé :

Cet article traite des transformations du métier de député en France durant la IIIe République, engendrées par l’installation du téléphone et la création d’un service chargé de son exploitation au Palais Bourbon, à partir de 1881. L’analyse des archives historiques de la questure de la Chambre montre qu’en raison de différentes contraintes, l’appropriation de ce moyen de communication a été singulière, au sens où elle a pris la forme d’un usage par délégation. Plutôt que de téléphoner eux-mêmes, les députés se sont en effet peu à peu déchargés de leurs appels sur les téléphonistes, inaugurant des modalités inédites de division du travail parlementaire. La formalisation des usages du téléphone chez les députés illustre alors la rationalisation du parlementarisme français au début du 20e siècle.

Bonne lecture (et vos commentaires sont toujours bienvenus) !

 

Crédits photographiques : « Telephone operator, Littlefork, Minnesota » de Stryker, Roy Emerson (1937 – No known restrictions) ;« Téléphone Wich-Deckert », source inconnue.

  1. Non, cette photographie ne représente pas véritablement un téléphoniste de la Chambre, mais nous offre malgré tout une idée vraisemblable de ce à quoi ils ont pu ressembler. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *