Partageons nos procédures de veille

21 mai 2012
Par

J’ai lu les moyennement récents et très intéressants billets de Pierre Marige et Cécile Arènes, blogueurs bibliothécaires, concernant leurs méthodes de veille personnelles (respectivement Veille numérique sans agrégateur et Veille : démêler l’écheveau). Il est fascinant de voir que les mécanismes mis en œuvre sont toujours basés sur les mêmes outils grand public, articulés dans un système cohérent et performant à chaque fois original.

Au vu du temps nécessaire pour dénicher et trouver comment exploiter de façon pertinente ces dispositifs, pour un système efficace qui satisfasse à ses propres exigences, il m’a paru être effectivement une bonne idée (pour se renouveler et améliorer sa collecte) de partager les procédures mises en place. Voici donc, aujourd’hui, dans l’état actuel de mes besoins et des outils disponibles, comment j’organise ma veille scientifique. Peu d’originalité en définitive, en tout cas moins dans les processus que dans le choix des outils.

L’essentiel est dit dans le schéma ci-dessous, les lecteurs les plus pressés pourront s’arrêter là. Sinon, pour les détails, vous trouverez à la suite quelques précisions sur le choix des outils utilisés et de leurs articulations.

 

Mes procédures de veille : schéma synthétique

 

Ma première source d’information est mon agrégateur de flux RSS, qui surveille une centaine de sources. Considérant Google Reader comme désormais le seul agrégateur en ligne digne de ce nom, et étant pour autant plutôt méfiant envers les indiscrétions des services de cet entreprise, je me suis tourné vers une application tierce. RSSLounge m’a paru un compromis idéal : installé sur le serveur Apache de mon ordinateur personnel, cet outil n’est ni plus ni moins qu’un service web comme un autre, mais géré en interne, qui permet de consulter ses flux RSS à partir de n’importe quel poste connecté. Toutefois à l’usage, je ne prends pour ma part le temps de veiller qu’à la maison, même si ce n’est pas toujours sur mon propre poste. Ainsi, tout est paramétré (sur le serveur et le routeur) de telle façon que mes flux RSS ne soient pas disponibles en ligne, mais seulement sur le réseau de la maisonnée.

Les articles et billets repérés comme potentiellement intéressants sur RSSLounge sont ensuite ouverts dans mon navigateur, où – via un bookmarklet – je peux marquer comme favoris ceux qui le sont effectivement, sur une application publique en ligne de signets. J’ai pour cette étape testé Delicious et Diigo que j’ai tout deux finalement abandonnés, les trouvant également trop indiscrets à mon goût (lire à ce sujet le très bon article Quand vous ne voyez pas le service, c’est que vous êtes le produit !). J’ai par conséquent opté pour une solution autonome, SemanticScuttle (mais j’aurai également pu choisir Shaarli), application web aussi, aux fonctionnalités similaires aux services en ligne de signets, installé non pas en local mais sur le serveur qui héberge mon site internet, de façon à ce que le produit de ma veille soit publique

La suite est plus classique, chaque entrée de ces signets publics est reprise en RSS par IFTTT, et publiée automatiquement sur mon unique compte Twitter (qui ne me sert qu’à mes activités de recherche), sur la base du masque suivant : [Veille] {titre} – {lien} : {description}. Ce système a une souplesse notable : les hashtags et des noms de comptes insérés dans le champ description du signet sur Scuttle sont correctement rendus lors de la publication de ma veille sur Twitter. Au delà, ma veille est diffusée sur mon site internet et sur ce même carnet de recherche (Encart Revue de web, colonne de droite)  via une simple syndication RSS pointant sur Scuttle.

Ma seconde source d’information étant justement Twitter, le processus de validation puis de publication est en tout point semblable : j’ouvre les liens intéressants avec mon navigateur, puis Scuttle, et IFTTT pour une republication sur Twitter. Je n’utilise pas (comme d’autres le font) le marquage des tweets en favoris pour déclencher un signet automatique (via IFTTT), simplement parce que je ne sauvegarde aucune page qui je n’ai pas lue. Ainsi, dans le processus de lecture, il est plus contraignant de revenir en arrière retrouver le tweet-source pour le marquer en favoris, que d’utiliser le bookmarklet. Les favoris de Twitter me servent alors de pense-bête, comme un post-it “À lire absolument”, bien utile lorsque je parcours ma tweet-list sur mon téléphone.

Au final, le système que j’ai mis en place est très simple (si j’en crois ce que j’ai pu voir ailleurs) ce qui tient à la fois du fait de mon exigence d’utilisabilité (réduire le nombre de clics nécessaire), d’interchangeabilité (supprimer toute dépendance à un outil) et de maintenance. Un minimum d’outils donc, sur lesquels j’ai entièrement la main. Le maillon faible en est IFTTT, seul service que je n’ai pas encore réussi à remplacer par une alternative (toute suggestion est bienvenue !), source la plus probable d’impondérables fâcheux (fin de la gratuité, modification des CGU ou clôture soudaine) qui pourraient gripper ces rouages bien huilés.


Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : # Ressources

8 commentaires pour “ Partageons nos procédures de veille ”

  1. antoine le 24 mai 2012 à 13:13

    Réflexion très intéressante et notamment sur la nécessité de maitriser ces outils : “Un minimum d’outils donc, sur lesquels j’ai entièrement la main.”
    Les billets de Pierre et Cécile m’avaient aussi interpellé :
    http://www.quaternum.net/2012/04/12/flux-entonnoirs-et-diffusion/

    • Jonathan Chibois le 24 mai 2012 à 13:29

      Si j’avais lu avant ce billet, je n’aurais très probablement pas écrit le mien. Merci d’avoir partagé ce lien, tout y est dit, au moins aussi bien qu’ici. :)

      Encore une fois je m’étonne de la souplesse de ces outils qui nous laissent la possibilité de les adopter bien que nos exigences divergent. Par contre, c’est aussi l’occasion de constater qu’il n’existe encore que peu d’alternatives libres à la combo RSSlounge/Shaarli.

  2. Thierry Lefort le 25 mai 2012 à 13:28

    C’est pas mal :)

    Je viens justement de me mettre à IFTTT, ça me permet de facilement envoyer un élément de Google Reader vers Delicious qui me génère lui un flux RSS que j’envoi vers dlvr.it et Feedburner pour diffuser ma veille en un click sur un max de support. Delicious me permet d’avoir un bookmarlet dans mon browser pour les articles que je trouve en dehors de Google Reader et une appli Android pour le partage en mobilité (très pratique pour faire sa veille dans le métro :) )

    http://thierry-lefort.blogspot.fr/2012/05/merci-if-that-then-this-jai-retrouve.html

    Je te conseil aussi de regarder Twylah : http://www.twylah.com/thierry_lefort

    Je trouve que c’est très sympa pour proposer une diffusion de ta veille au format full web !

    • Jonathan Chibois le 29 mai 2012 à 15:28

      Merci pour ces suggestions, et désolé pour le retard de la réponse. C’est qu’il m’a fallu tester tout ça… :)

      Si effectivement je trouverais intéressant de diffuser le résultat de ma veille au “format full web” aucun des outils testés ne me satisfait. Scoop.it ne peut pas importer simplement un flux RSS, il faut revalider chaque contenu pour le voir apparaître publiquement. TweetedTimes est destiné à une lecture privée plus que publique. Paper.li me conviendrait presque idéalement mais il ne parvient pas à lire correctement mon flux RSS de veille. Quant à Twylah j’attends encore mon invitation, mais je doute…

      Il faut dire que de toutes les fonctionnalités proposées par ces outils, une seule m’intéresse vraiment : créer un journal synthétique avec les signets que j’ai dernièrement repérés, et en tweeter le lien une fois par semaine. Dans cet esprit, le journal ne serait qu’une interface alternative de lecture de ma liste de signets Scuttle, de façon à en améliorer l’ergonomie.

      Bon, j’imagine qu’encore une fois mon besoin est trop spécifique, et que donc il va me falloir laisser tomber à moins de développer un truc moi-même (sur une base SPIP par exemple me semblerait une bonne idée), mais le ration coût/gain me semble peu convaincant…

  3. Thierry Lefort le 25 mai 2012 à 13:40

    ah et j’oubliais, afin de boucler la boucle, TweetedTimes propose de composer un journal avec les tweets que tu reçois ou les tweets d’une de tes listes et … ce qui est magique c’est qu’il te propose un export du contenu via flux RSS !

    Cela permet de revenir à une vue contenu dans ton RSS reader et non une vue discussion dans Twitter. Cerise sur le gateau TweetedTimes te précise qui parmi tes contacts et les contacts de tes contacts a partagé ce contenu, un bon moyen pour trouver de nouvelles personnes à suivre.

  4. [...] il est intéressant de regarder les pratiques du monde universitaire, et en l’occurrence, le partage méthodologique que fait l’anthropologue Jonathan Chibois. Celui-ci détaille sa procédure de veille, qui passe par un nombre d’étapes insoupçonné [...]

  5. [...] Chibois, Jonathan (18 novembre 2011) “Conférences 2.0 : ubiquité et réalité augmentée”. LASPIC [carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. http://laspic.hypotheses.org/208 [...]

  6. [...] il est intéressant de regarder les pratiques du monde universitaire, et en l’occurrence, le partage méthodologique que fait l’anthropologue Jonathan Chibois. Celui-ci détaille sa procédure de veille, qui passe par un nombre d’étapes insoupçonné [...]

Laisser un commentaire

Logo Openedition
Vous pouvez vous abonner à ce carnet, en cliquant ici.

Licence Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.


Carnets de recherche