Choisir son système d’exploitation (1/3), quelle idée

À l’aube de cette quatorzième législature, les députés (ré-)élus vont être dotés de matériel informatique neuf pour leur bureau parlementaire au sein du Palais Bourbon, comme en est l’usage. Une originalité cependant, ils devront manifester leur préférence quant au système d’exploitation des deux ordinateurs mis à leur disposition quand, lors des précédentes législatures, ce choix revenait au Service des systèmes d’information (SSI) par le biais d’un appel d’offre public. De 2002 à 2007 c’est Windows XP équipait les ordinateurs des députés, de 2007 à 2012 la distribution Linux Ubuntu 6.06  été installé par le prestataire ayant remporté le marché public, aujourd’hui un choix devra être effectué par l’usager entre Windows 7 et Ubuntu1.

« a dilemma »

Comme la presse spécialisée a pu le mettre en avant, dans la bataille opposant logiciels libres et logiciels propriétaires, il est effectivement très intéressant d’observer le retour « inattendu » Microsoft Windows. Cette situation ne doit rien au hasard puisque cet état de fait est la suite d’une réflexion entérinée par le collège des questeurs.

Ma curiosité se porte cependant moins sur les différences intrinsèques des deux systèmes que le fait même que ce choix soit possible. La problématique telle que je la vois est la suivante : deux systèmes vont coexister pour répondre exactement aux mêmes besoins, d’un public tout à fait unique, déployés et gérés par un seul unique service, et être distribuée (plus ou moins) aléatoirement sur 1154 postes de travail. Cette situation de redondance a quelque chose d’inédit, et interroge de fait sur l’objectif visé par les questeurs en s’engageant dans cette voie, ainsi que sur les ressources humaines et financières nécessaires au sein du SSI pour y parvenir.

Mais peut-être est-il encore plus intéressant que – justement – ce soit une chose étonnante que d’avoir le choix du système d’exploitation de son ordinateur. Du fait des impératifs inhérents à la taille et la sensibilité de l’infrastructure informatique de cette institution, il aurait pu paraître inévitable que l’usager se conforme aux choix qui lui préexistent, pour des problématiques (notamment) d’organisation, de maintenance et de sécurité. Contre toute attente (me concernant), et pour des raisons qu’il reste à éclaircir, le choix (quoique limité) est laissé aux usagers.

Cela met d’autant plus en relief le fait que cette question ne se pose finalement jamais aux utilisateurs des objets informatiques, quels qu’ils soient. Quelle sera la (non-)réaction des députés quand ils seront face à l’alternative, au moment où le choix devra être fait ? J’ai l’intuition que beaucoup n’en percevront pas les enjeux, soit ne se considérant pas compétents pour effectuer de façon éclairée ce choix, soit surpris que des problèmes si triviaux n’aient pas été anticipés par l’institution. À qui incombera la tâche de prendre alors la décision ? Le collaborateur qui en sera le principal utilisateur ? Ou le technicien reconnu comme expert ?

La question de savoir quel sera le résultat de cet confrontation Ubuntu-Windows chez les usagers ne manque pas non plus d’intérêt, mais peut-être pas tant dans la répartition des préférences qui est somme toute assez prévisible, que dans les réactions suscitées chez les utilisateurs pour justifier/expliquer les raisons de leur choix.

 

Lire les autres billets de la série :

Choisir son système d’exploitation (1/3), quelle idée
Choisir son système d’exploitation (2/3), le résultat prévisible
Choisir son système d’exploitation (3/3), ce qui explique cela

 

Crédit photographie : « a dilemma » (2008), Julia Manzerova (CC-by-nd).

  1. Vraisemblablement dans sa version 12.04 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *