Choisir son système d’exploitation (2/3), le résultat prévisible

Le soin va donc être laissé à chaque député de choisir entre Windows et Ubuntu. Je connais quelques utilisateurs attendant avec impatience cette confrontation qui ne manquera pas de prouver aux yeux de tous l’échec massif (et l’imposture) des logiciels libres. Derrière ce sentiment revanchard, il y a l’idée (proprement libérale ?) qu’il en va de même en informatique qu’en démocratie, que l’utilisateur-consommateur-citoyen est le mieux placé pour départager des concurrents, que les voix du plus grand nombre constituent le meilleur arbitre qui soit. Ce n’est pas non plus sans lien avec l’idée que l’utilisateur-citoyen doit être libre de ses choix, ce qu’illustre ce sentiment d’ingérence (mal) vécu par un certain nombre de députés et collaborateurs quand ils se sont vu imposer précédemment un ordinateur fonctionnant uniquement à base de logiciels libres.

Cette idée de l’utilisateur-arbitre ne serait pas inintéressante si, avant même la tenue de ce « référendum technique », les jeux n’étaient dans une certaine mesure pas déjà faits. Mon propos est ici de montrer qu’à bien considérer la situation, Ubuntu n’a objectivement que peu de chance de tirer son épingle du jeu.

« Unbalanced »

Comment donc un député va-t-il s’y prendre pour faire son choix ? Comme évoqué précédemment, il s’en remettra vraisemblablement dans la plupart des cas soit à son collaborateur, principal usager de l’ordinateur dans le bureau parlementaire, soit aux services techniques eux-même, en misant sur leur expertise pour effectuer le choix le plus éclairé. On peut aussi envisager que l’élu puisse ne prendre aucune décision, ce qui reviendra à déléguer le choix à l’ingénieur qui s’occupera de configurer le système. D’où trois situations :

  1. Le député est connaisseur (tout au moins a minima) et a une préférence : il choisit en connaissance de cause. Les adeptes de logiciels libres n’étant pas fréquent chez les politiciens, et même si la proportion de libriste est plus forte chez les connaisseurs que chez les néophytes, il est vraisemblable que Windows soit majoritairement préféré. Notamment parce que le député connaisseur aura conscience des problèmes d’interopérabilité entre son bureau au Palais Bourbon et sa circonscription, problèmes démultipliés selon les différents mandats cumulés. Le fait est que Windows est le système d’exploitation le plus répandu, donc très pragmatiquement celui qui pose le moins de problème de compatibilités.
  2. Le député délègue le choix à son collaborateur. Si ce dernier est vétéran, il devra effectivement se prononcer en faveur de l’un ou l’autre : préférera-t-il Windows (si ça n’a pas déjà fait1 ), ou gardera-t-il Ubuntu conformément à ses dernières habitudes ? Si le pronostic est difficile, deux indices (au moins) peuvent nous éclairer. Premièrement, beaucoup de bureaux parlementaires ont préservé tout au long de la législature Windows XP sur une machine tierce pour assurer la compatibilité par le matériel récalcitrant (smartphones). Dans une optique de simplification, il est alors vraisemblable que le système d’exploitation le moins polyvalent soit abandonné. Deuxièmement, du fait de l’alternance politique de cette élection, beaucoup de collaborateurs seront amenés à quitter l’Assemblée nationale pour laisser la place à des nouveaux. Or, un collaborateur nouvellement arrivé préférera probablement Windows, Ubuntu lui étant inconnu2.
  3. Le député s’en remet aux services techniques, c’est-à-dire aux ingénieurs chargés d’effectuer la manipulation d’installation du système d’exploitation. C’est ici que se trouve la véritable inconnue. Quelle va être la politique interne à ce sujet, sachant que pour l’opération un marché public a été remporté pour un prestataire extérieur ? Le SSI donnera-t-il une consigne au prestataire concernant le système d’exploitation à installer par défaut ? Notons que seules les licences Microsoft Windows payées seront celles qui sont utilisées, que donc il n’y a ici rien qui puisse d’apparenter à une quelconque vente forcée ici. Seulement si Windows est déjà installé (mais non activé) sur les machines livrées, il serait logique que (en l’absence de choix du député) ce système d’exploitation soit par défaut  laissé en place.

Bref, beaucoup d’éléments mènent à penser que cette situation attendue de « concurrence » idéale, où pourrait être mesurée la popularité respective d’Ubuntu et de Windows dans des conditions similaires d’utilisation, n’est dès l’origine que peu équilibrée. Ce référendum technique va logiquement entériner la dominance du système dominant. Pragmatiques, les utilisateurs ne « votent » pas pour l’outil qui paraît le plus approprié à leur fonction, mais pour l’outil qui correspond le mieux à leurs usages propres. Dès lors, sera promu l’outil qui n’occasionnera aucune rupture dans la routine déjà établie, et qui limitera que soit investit à l’avenir trop de temps et d’énergie.

Si le choix est donné à chacun de s’exprimer, il est difficile de s’indigner que soit préférés pour soi la facilité et le confort d’usage. À ceux qui en doute, on peut poser la question suivante : est-ce finalement à l’utilisateur de s’adapter à l’outil, ou à l’outil de s’adapter à l’utilisateur ? Quoiqu’on pense des raisons qui l’explique, nul doute que le système d’exploitation Windows est celui qui impose le moins d’efforts et de sacrifices pour l’utilisateur-consommateur, a fortiori pour qui n’a pas à en assurer la maintenance et le déploiement.

 

Lire les autres billets de la série :

Choisir son système d’exploitation (1/3), quelle idée
Choisir son système d’exploitation (2/3), le résultat prévisible
Choisir son système d’exploitation (3/3), ce qui explique cela

 

Crédit photographie : « Unbalanced » (2008), Philippe Teuwen (CC-by-sa)

  1. Il a effectivement toujours été possible (et largement toléré) pour les députés et collaborateurs de se doter de leurs propres machines, de façon à contourner l’usage imposé des logiciels libres par le SSI. []
  2. Macintosh aurait pu ici éventuellement concurrencer Windows, mais n’étant pas proposé (vraisemblablement trop coûteux) la question ne se pose pas []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *