Choisir son système d’exploitation (3/3), ce qui explique cela

« Taking redundancy too far? »

 

« Nous n’arrivions pas à avoir une portabilité. Aujourd’hui, les parlementaires sont équipés d’iPad, d’ordinateurs, de portables, etc. Or, avec l’ancien système, nous avions beaucoup de difficultés de connectivités. Les secrétaires avaient par exemple des problèmes pour gérer la prise de rendez-vous. Nous avons pourtant essayé d’autres solutions, acheté des logiciels complémentaires… Finalement, le système gratuit coûte cher, car il exige beaucoup d’adaptabilité pour le rendre compatible avec le système marchand. »

Philippe Briand, questeur de la 13ème législature.
Propos recueillis par Marc Rees pour PC INpact le 12 juin 2012.

Au delà des motifs invoqués qui mériteraient à eux seuls une analyse détaillée (à venir), il est clair que la migration vers un système d’exploitation constitué de logiciels libres est considérée en haut-lieu comme un échec. À en croire Philippe Briand, si Windows est aujourd’hui proposé c’est parce qu’un certain nombre de problèmes techniques relatifs à l’usage des députés n’ont pu être résolus autrement. Qu’Ubuntu porte (ou non) une véritable responsabilité dans ces dysfonctionnements importe peu, puisqu’en écartant radicalement cette solution tout semble entrer à nouveau dans l’ordre. L’utilisateur n’est pas seul à faire preuve de pragmatisme, le décideur aussi.

Source : http://www.modernisation.gouv.fr/Notons l’efficacité redoutable de l’argumentation utilisée pour légitimer cette prise de décision : en invoquant de façon conjointe le surcoût engendré et l’altération de la performance du travail institutionnel, la questure anticipe les critiques avec la meilleure défense possible en ces temps de modernisation de l’État. Certes, jouer la carte de la gestion responsable n’est pas surprenant de la part d’un questeur, mais œuvre ici dans le sens d’une simplification drastique des enjeux qui ont entouré cette décision. Que soit justement décidé l’indécision en est le premier indice, signe d’un embarras qui transparaît même dans ce discours politiquement consensuel.

Faut-il considérer alors que les questeurs aient préféré ne pas se prononcer en faveur de l’une ou l’autre des solutions, pour en déléguer à chaque utilisateur la responsabilité ? Ce qui pourrait ici paraître un sage parti pris (du point de vue de l’utilisateur pragmatique) serait tout aussi avantageux pour éluder un épineux problème : comment faire accepter ce revirement à tout ceux qui ont été il y a cinq ans contraints d’adopter Ubuntu contre leur gré ? Même s’il est manifeste que la questure possède sa propre opinion sur la solution à privilégier, la priorité semble avoir été cette fois-ci de ne pas bousculer les utilisateurs coûte que coûte. En ce sens, présenter le retournement de situation comme une évolution ambitieuse aura été habile. Au vu de la vague de mécontentements qu’a suscité, lors de la précédente législature, ce système d’exploitation inconnu et pourtant imposé, je considère cette explication comme hautement plausible.

Reste la question de la mise en œuvre de cette concurrence. Car, bien qu’on en saisisse à présent les motivations, le paradoxe de cette décision est remarquable : tout en argumentant dans le sens d’une réduction des coûts, la questure opte pour la solution a priori la plus onéreuse, à savoir celle qui instaure une totale redondance. Même si la proportion des députés choisissant Ubuntu est très faible, cette situation de redondance va devoir être tenue au moins jusqu’à la fin de la législature (toujours dans l’idée de ne pas bousculer les utilisateurs). Comment cette position va pouvoir être justifiée du point de vue financier ?

Pour que la redondance n’engendre qu’un surcoût, et dans le même temps que les deux systèmes d’exploitation soient maintenus pareillement (peut-on imaginer que certains députés soient privilégiés ?), le Service des systèmes d’information (SSI) sera vraisemblablement contraint de revoir ses exigences informatiques à la baisse, c’est-à-dire de n’effectuer plus qu’une maintenance minimale (assistance et formation aux usagers) en abandonnant son impératif de maîtriser la stabilité et la sécurité les ordinateurs parlementaires (version spécifique de l’OS et mise-à-jours gérées en interne). Le SSI se résoudrait ainsi à faire confiance à Microsoft et à Canonical pour assurer le suivi de leurs systèmes d’exploitation, à l’instar de ce qui se fait pour le grand public. Cette hypothèse est plausible sur (au moins) deux points. Premièrement les députés voient effectivement d’un (très) mauvais œil l’intrusion et le bridage de leurs machines, fut-ce pour des raisons légitimes et par l’institution elle-même. Deuxièmement, Windows 7 n’offrira peut-être pas la même souplesse qu’Ubuntu pour adapter le système aux contraintes propres à l’Assemblée nationale.

 

 Lire les autres billets de la série :

Choisir son système d’exploitation (1/3), quelle idée
Choisir son système d’exploitation (2/3), le résultat prévisible
Choisir son système d’exploitation (3/3), les raisons probables

 

Crédit photographie : « Taking redundancy too far? » (2009), Jitesh Vallabh (CC-nc-nd)


4 réponses

  1. hakan dit :

    Mais quid de macosx?

    Cela est pourtant une possibilité?

  2. Très bonne question en effet. Du coté des députés on ne trouve que peu MacOSX puisqu’on ne trouve que peu d’ordinateurs entre leurs mains. Concernant, les appareils mobiles type smartphones et tablettes ils sont par contre très friands de la marque. Leurs collaborateurs oui, j’en ai croisé quelques uns qui utilisaient MacOSX (dans une proportion proche de celle du grand public). Dans ces deux cas il s’agit d’appareil choisi et acheté de façon autonome à l’institution (même si avec le budget d’une enveloppe parlementaire, bien sûr).

    Concernant les postes fournis par l’Assemblée nationale, le Service des système d’information ne s’est jamais penché sur la question, pour une simple raison de budget. De ce que j’en sais, les députés ne constitutant pas du tout le cœur de cible de la marque Apple, celle-ci n’a ni l’intérêt ni le souci de consentir quelques efforts sur le prix des licences, même pour un parc de 1154 postes (ce que Microsoft fait avec application de son coté).

  3. Fernando Lagrange dit :

    Bonjour,

    2 ans plus tard savez-vous quels choix ont été faits par nos députés ?

    À priori, au vu des 42 (!) élus signataires du Pacte du Logiciel Libre [1], au moins 42 auraient dû choisir Ubuntu. Peut-être y en a-t-il eu plus ?

    [1] http://candidats.fr/post/2012/07/16/Campagne-legislatives-2012-quel-bilan-pacte-du-logiciel-libre

    • Pardon pour ma réponse tardive.
      Non, je ne sais pas. Mais à vue de nez, au vu des différents entretiens effectués, je doute qu’Ubuntu soit encore installé sur beaucoup de postes aujourd’hui. Le fait que les élus aient signé le pacte n’indiquent pas nécessairement le choix d’Ubuntu dans le bureau de l’Assemblée. Beaucoup ont un PC portable (donc sans ubuntu), beaucoup n’allument jamais le poste qui leur est dédié au bureau, beaucoup laissent cette charge au collaborateur (qui donc choisi d’utiliser Windows). Il y a bien quelques collaborateurs geeks, mais même les plus militants d’entre eux que j’ai pu rencontré utilisent sont sous Mac.
      Il est probable qu’à la prochaine législature, il n’y ait plus du tout de support Ubuntu par les services de l’Assemblée. Ce n’est pas un système tout à fait adapté à ce contexte, essentiellement pour des raisons de mise en œuvre. Pour des détails sur cette histoire tocambolesque, voyez ce texte que j’ai publié : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00820360.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *