Catégorie : # Academic Stuff

Ethnography of Legislatures, research workshop, Edinburgh, UK

La semaine dernière, j’ai eu le plaisir de participer au research workshop organisé à l’Université d’Édimbourg (UK). Son grand mérite est d’avoir su réunir un ensemble de personnes qui ont en commun d’aborder l’objet « parlement » sous un angle qualitatif, empirique et inductif. Cependant un cadre méthodologique et épistémologique plus étroit aurait été souhaitable pour approfondir les échanges.

Les députés ne sont pas des super-héros (mais en fait si)

La séance de questions au gouvernement du 17 novembre 2015, qui a suscité l’indignation de nombreux citoyens et observateurs, est l’occasion de ressortir ce texte présenté récemment, où je proposais quelques explications pour donner un sens à la démesure du comportement des députés dans ce cadre.

[article] La salle des Quatre Colonnes à l’ère des sociabilités numériques

Voici ma première publication, en bonne et due forme, sur Twitter et l’Assemblée nationale française. Le tweet vient-il s’intégrer opportunément aux stratégies qui président aux relations entre députés et journalistes à l’Assemblée ? Ou alors permet-il de contourner les limites de ce mode spécifique d’interaction ? Sans doute un peu des deux.

[talk] L’Assemblée nationale prendra-t-elle le virage de l’Open Data ?

En vérité, il ne s’agit pas de demander aux élus de montrer ce qu’ils font, mais bien d’exiger que le travail parlementaire soit réformé en profondeur. Il se pourrait bien qu’au Parlement, on ne puisse se contenter de corriger à la marge des défauts structurels sans reprendre le système dans son intégralité.

[book chapter] Politique d’une innovation technologique confisquée

On savait déjà qu’il est très réducteur de penser la réalisation d’un projet technique au travers du paradigme balistique, c’est-à-dire comme la soumission d’une solution pour résoudre un problème, ou comme l’apport d’une réponse à une demande. C’est surtout un processus complexe d’innovations, d’arbitrages, de pouvoirs dont la portée est souvent peu comprise, et qui laisse finalement peu de place aux « intérêts » propres de ceux à qui l’on destine le nouvel outil. Or, quand le projet technique est à caractère informatique et concerne les usagers d’une institution comme l’Assemblée nationale, les enjeux de pouvoirs sont si présents que la technique est loin, très loin, de revêtir les atours de neutralité qu’on aimerait lui voir porter.