Catégorie : Conduite(s) de mandat

Conduire son mandat, ventiler ses ressources

J’affirmais dans mon dernier billet qu’un parlementaire inactif dans son travail législatif est mécaniquement un parlementaire actif dans sa circonscription. Je reviens ici détailler mon propos sur ce point. Investir ses ressources en circonscription se fait nécessairement au détriment du travail législatif (et vis-et-versa). Il lui faut donc les répartir judicieusement.

L’inactive activité des parlementaires

Une étude démontre la corrélation « collaborateurs familiaux/inactivité des parlementaires ». Si celle-ci est intéressante, il faut néanmoins la discuter afin d’en préciser les limites, car ses termes sont bien précis. Ceci faisant, on s’aperçoit que le phénomène pointé n’est pas celui qui saute immédiatement aux yeux. Je vais même me risquer à défendre l’idée que ces collaborateurs familiaux remplissent aujourd’hui une certaine fonction dans l’activité parlementaire, et trouvent donc à ce titre une certaine nécessité.

Twittographie parlementaire (1). Une stratégie électorale

Au cours de la seconde période, on voit près de la moitié des députés-twittos actuels (150 sur environ 360) s’inscrire durant les dix mois qui précédent les élections législatives de 2012. Cette forte progression (au mois de février 2012 on compte près de 50 nouvelles inscriptions) cesse brusquement une fois le scrutin passé. Voilà qui va dans le sens de l’hypothèse précédente.