Catégorie : lectures

J’ai lu « Le Linge du Palais-Bourbon »

Le Linge du Palais-Bourbon vient de paraître (janvier 2015), aux Éditions Le Bord de l’Eau. Derrière ce titre déroutant, l’auteure nous propose un parcours historique réjouissant dans les « coulisses » de l’Assemblée nationale (et non pas : de la vie politique à l’Assemblée nationale, nuance). L’auteure, c’est Delphine Gardey, historienne et sociologue, que l’on connaissait déjà pour avoir publié plusieurs papiers sur l’Assemblée, et en particulier sur les sténographes du Service du compte-rendu de l’Assemblée. Elle y expliquait que ce groupe de fonctionnaires sur qui repose la publicité des débats parlementaires avait grandement participé à faire de la Chambre basse du Parlement français ce qu’elle est aujourd’hui. Elle montrait comment un projet politique initialement théorique (le parlementarisme) parvenait à se concrétiser dans les faits.

Aux origines de l’interactivité

Alan Turing en 1950, dans son célèbre test (éponyme) proposait à des individus un jeu textuel de questions-réponses, invitant chacun à deviner si son partenaire de jeu était ou non simulé par une machine. Ici se trouvent les fondements la notion actuelle d’interactivité, où l’on imagine envisageable une relation de conversation avec un sujet artificiel dans un rapport d’égalité.

Althabe, la servitude volontaire et l’anthropologie du contemporain

J’ai rendu il y a quelques jours le compte-rendu de l’ouvrage de Bernard Traimond : « Penser la servitude volontaire. Un anthropologue de notre présent, Gérard Althabe ». Je le complète ici avec quelques extraits choisis, organisés autour de la question qui m’a le plus intéressé : l’approche anthropologique de la servitude volontaire.

Réponse à Fred Pailler, #streamingfury2

D’abord je te remercie d’avoir pris le temps de répondre à cette soliloquie qui, en tant que synthèse personnelle, n’était a priori pas destinée à créer la controverse. Ce souci de préciser ce qui doit l’être est tout à ton honneur, et cela même (et surtout) si certaines mes approximations ont pu paraître grossières, d’autant que non content de me pointer précisément mes erreurs c’est avec pédagogie que tu détailles ton propos.

Lire et écrire suffit-il pour utiliser les ordinateurs ?

J’ai lu « Streaming fury : les définitions du streaming et les représentations de ses usage(-r)s » sur le blog de Fred Pailler, et en guise de synthèse personnelle je m’autorise à en reproduire quelques extraits ici (au risque peut-être d’en remodeler outrageusement le propos), agrémentés de quelques remarques, commentaires et approbations. Rappelons en quelques mots ce dont il s’agit…