Étiqueté : histoire

Réformes d’aujourd’hui et d’autrefois

Le 20 septembre dernier, François de Rugy a annoncé un plan de réforme pour l’Assemblée. Trois objectifs ont été choisis : efficacité, exemplarité et ouverture. Rien de bien original, ni dans le constat effectué, ni dans la volonté de trouver une solution. Est-ce dire toutefois que les présidents passent sans que rien ne change ? Non, bien au contraire. Cette répétition souligne au contraire que l’Assemblée est soucieuse de ces enjeux depuis longtemps.

[article] Les téléphonistes de la Chambre sous la Troisième République

J’ai le plaisir de vous annoncer la publication de mon dernier article dans la Revue française de science politique (vol. 67, n°4), sur ces curieux personnels que la Chambre des députés a longtemps employés pour s’occuper du réseau téléphonique du Palais Bourbon, à partir de 1881.

Du (non) usage parlementaire du téléphone sous la Troisième République

Je suis en train de travailler sur la question de l’installation du téléphone au Palais Bourbon en 1882, au tout début de la Troisième République. J’essaye de développer l’idée que les technologies de communication sont un support important du travail parlementaire, ceci parce que les députés y voient une possibilité d’une ubiquité nécessaire à leurs fonctions…

J’ai lu « Le Linge du Palais-Bourbon »

Le Linge du Palais-Bourbon vient de paraître (janvier 2015), aux Éditions Le Bord de l’Eau. Derrière ce titre déroutant, l’auteure nous propose un parcours historique réjouissant dans les « coulisses » de l’Assemblée nationale (et non pas : de la vie politique à l’Assemblée nationale, nuance). L’auteure, c’est Delphine Gardey, historienne et sociologue, que l’on connaissait déjà pour avoir publié plusieurs papiers sur l’Assemblée, et en particulier sur les sténographes du Service du compte-rendu de l’Assemblée. Elle y expliquait que ce groupe de fonctionnaires sur qui repose la publicité des débats parlementaires avait grandement participé à faire de la Chambre basse du Parlement français ce qu’elle est aujourd’hui. Elle montrait comment un projet politique initialement théorique (le parlementarisme) parvenait à se concrétiser dans les faits.