Étiqueté : opendata

Avec des datas, on mettrait l’Assemblée en bouteille

Lors du data camp de l’Assemblée, organisé samedi 26 novembre, trois projets m’ont paru sortir du lot. Non pas que leurs porteurs aient mieux, ou plus, travaillé que les autres. Mais ce sont ceux qui m’ont paru prendre au mot, au plus prêt, le président Claude Bartolone dans sa volonté de faire du Palais Bourbon une « maison de verre ».

Quelques remarques sur le data camp de l’Assemblée

Ce samedi 26 novembre, un data camp a été organisé à l’Assemblée. L’idée était de travailler avec la montagne de données parlementaires déjà accessibles sur le portail Open data de l’institution. Pour l’occasion (et en guise d’appât), des données inédites ont été mises en ligne. Ce sont les contributions des consultations citoyennes menées sur le site de l’Assemblée depuis un an et demi, et que nous étions plusieurs à avoir demandé de disposer.

Une histoire politique du site internet de l’Assemblée

Ce week-end avaient lieu les Journées du patrimoine. Le thème « patrimoine et numérique » a été complètement délaissée pour l’occasion. Il y a beaucoup à dire pourtant. Je saisis donc la balle au bond. Je vais profiter de l’occasion pour essayer de montrer en quoi, depuis 15 ans, le site internet de l’Assemblée et les Journées du patrimoine au Palais-Bourbon participent d’une même logique politique.

Revue de web d’automne

Un petit billet qui rassemble quelques articles dignes d’intérêt parus depuis début septembre. De toute évidence, nous traversons une période faste pour la problématisation de la question technique à l’Assemblée.

Une économie de l’information parlementaire. Données.

Faisons l’hypothèse que la vie parlementaire est régie et structurée par une économie de l’information, qui est une économie de la rareté de ressources informatives. Ces ressources informatives, appelons les données. S’il y a convoitise, il y a aussi secret et rétention de savoirs, mais aussi échange et négociation, ce qui fait des données une monnaie d’échange.

Non, le Sénat ne vient pas de prendre le virage de l’Open Data

Comment puis-je tenir un discours pessimiste sur l’Assemblée quand au Sénat une nette avancée vient d’être obtenue ? L’Assemblée ne doit-elle pas forcément suivre ? Je vais donc ici expliquer en quoi le fait que des lignes bougent n’invalide pas ce que j’ai pu avancer précédemment.

[talk] L’Assemblée nationale prendra-t-elle le virage de l’Open Data ?

En vérité, il ne s’agit pas de demander aux élus de montrer ce qu’ils font, mais bien d’exiger que le travail parlementaire soit réformé en profondeur. Il se pourrait bien qu’au Parlement, on ne puisse se contenter de corriger à la marge des défauts structurels sans reprendre le système dans son intégralité.

Que signifie l’« open » de l’Open Data ? Du patch au hack, et de la publicisation à l’ouverture

L’ouverture (openness) contenue dans le néologisme « open data » porte deux conceptions bien différentes. D’une part l’ouverture des données, et d’autre part l’ouverture des institutions démocratiques. Les uns militent pour une transparence de la vie publique, les autres pour un nouveau pacte démocratique. Or rien n’oppose, ni ne rassemble franchement ces deux grandes revendications, au contraires elles agissent comme un cadre délimitant une infinité de postures possibles.

OpenData, OpenParliament & OpenCulture, quand l’injonction de transparence se précise

Que ces revendications d’origines citoyennes et politiques voient leurs trajectoires se croiser maintenant n’est pas en soi une surprise. Elles sont la résultante de débats, qui peuvent peut-être sembler ancestraux à l’échelle de la société numérique de l’information, mais qui ne sont audibles que depuis peu à l’échelle institutionnelle