Étiqueté : XIVe

Ce que peut nous apprendre la HATVP sur les collaborateurs parlementaires

Si les données sur les députés sont rares, c’est encore pire pour leurs collaborateurs. On ne sait pour ainsi dire rien sur eux. Dans les déclarations d’intérêt des parlementaires, on trouve une base de données qui leur est consacrée. Que faire avec de telles données « tombées du ciel » ?

[talk] L’Assemblée nationale prendra-t-elle le virage de l’Open Data ?

En vérité, il ne s’agit pas de demander aux élus de montrer ce qu’ils font, mais bien d’exiger que le travail parlementaire soit réformé en profondeur. Il se pourrait bien qu’au Parlement, on ne puisse se contenter de corriger à la marge des défauts structurels sans reprendre le système dans son intégralité.

Twittographie parlementaire (4). Trombinoscope

Les comptes Twitter des députés, ayant été créés pour beaucoup à l’occasion des dernières campagnes électorales, les pages de profil participent d’une stratégie de communication politique. Alors les photos de profil portent un message, dans un exercice de présentation de soi.

Twittographie parlementaire (2). Être ou ne pas être

Twitter est d’une certaine façon toujours un « appeau à journalistes » (l’expression n’est pas de moi, merci à qui je l’emprunte). C’est un « tout petit monde » (d’après la jolie formule de Pélissier et Gallezot) où se tractent les réputations, se forgent les sphères d’influences, se négocient l’espace médiatique à l’aide de clashs/de fuites/de buzzs. C’est une stratégie à deux bandes : exister sur Twitter pour exister dans l’opinion.

Twittographie parlementaire (1). Une stratégie électorale

Au cours de la seconde période, on voit près de la moitié des députés-twittos actuels (150 sur environ 360) s’inscrire durant les dix mois qui précédent les élections législatives de 2012. Cette forte progression (au mois de février 2012 on compte près de 50 nouvelles inscriptions) cesse brusquement une fois le scrutin passé. Voilà qui va dans le sens de l’hypothèse précédente.

Épisode de violence ordinaire au Parlement

L’histoire du Parlement français est pleine de ces « dérapages » violents, au point que certains comparent très sérieusement l’activité législative à celle d’une guérilla. Ces événements ne sont pas exceptionnels, même s’ils ne sont pas fréquent. Certains diraient que ça tient d’une façon très franco-française de faire de la politique.