Twittographie parlementaire (4). Trombinoscope

Octobre, le parfum de rentrée commence à s’estomper, à l’Assemblée aussi. Comme il est d’usage depuis des lustres, l’heure est au châtaignes, aux champignons, et à la photo de classe. Je ne résiste donc pas plus longtemps à vous livrer le  trombinoscope 2013 « officiel » des députés-twittos !

 

MPs-tw - trombi - final

Cliquez pour agrandir

A twitter egg

Parenthèse méthodo. Ce trombi a été créé par un script ayant, fin septembre, prélevé sur chaque compte twitter l’image de profil, pour ensuite en assembler la totalité. Il y avait 10 cas de twitter eggs, ces images de profil attribués par défaut lors de l’ouverture d’un nouveau compte. J’ai considéré que les quelques députés ne s’étant pas empressés de remplacer au plus vite  cet egg (comme il est d’usage) n’ont jamais véritablement investi et utilisé leur compte. Sans états d’âmes, je les ai donc retirés du trombi (et puis, quand même, c’est plus joli comme ça).

Ce trombinoscope n’est pas aussi anecdotique qu’il pourrait y paraître à première vue. Ces images sont bien celles qui ont été choisies par chacun habiller « sa » page. À l’exception de trois cas, ce qui saute aux yeux est la présence exclusive de photos représentant physiquement et individuellement chaque député. Il n’y a pas d’avatars, pas de photos de groupes (mais quatre cas de députés accompagnés de leur suppléant), pas de photos abstraite (paysage, objet, animal), ou de signe de reconnaissance pour une cause quelconque. Il est probable que si j’avais fabriqué ce trombi entre le mois de février et mai 2013, on aurait pu apercevoir les signes de soutien au mariage pour tous, tels qu’ils ont fleuris sur Twitter et Facebook.

Et puis, on peut déjà apercevoir quelques grandes lignes se dessiner. Après plusieurs essais pour trier les photos de manière cohérente, il m’a semblé trouver un équilibre avec 10 catégories en tentant de les ranger en fonction de ce que ces photos semblent nous dire. Après tout, il n’est pas absurde de se dire que, les comptes twitter ayant été créés pour une grande partie d’entre eux à l’occasion des dernières campagnes électorales, les candidats se sont approprié leur page de profil dans une stratégie de communication politique. On peut alors se dire que ces photos sont l’occasion de diffuser un message comme dans un exercice de présentation de soi.

Voyons alors comment les photos se répartissent sur ce critère, par ordre décroissant. Bien sûr, ce classement n’est pas parfait, on peut discuter de la pertinence de classer ici ou là certaines photos, et nombreuses sont celles qui mériteraient d’appartenir à plusieurs catégories. Mais bon, l’idée étant de dégager des tendances, on s’en contentera.

« je suis un élu de la nation » (63 cas)

trombi-jesuisunéludelanationJ’ai rassemblé dans cette catégorie toutes les photos où apparaissent une référence à un symbole de la nation et/ou de la démocratie. Ici, on on s’appuie sur la puissance évocatrice d’un décor, d’une parure pour construire son image de député. Typiquement c’est l’hémicycle qui est préféré de la manière pour jouer ce rôle. Peut-être est-ce le caractère officiel de la fonction sur laquelle on insiste ici, qui jouerait comme un point de repère dans la twittosphère (« vous êtes bien ici sur un compte officiel »). Peut-être est-ce aussi une manière de montrer son investissement dans le travail législatif proprement dit (« je ne compte pas parmi les abstentionnistes »), celui qui se déroule en commission et en séance publique. On y trouve aussi l’écharpe tricolore, le drapeau national, des façades de bâtiments historiques évocatrices.

« je suis un(e) député(e) engagé(e) » (60 cas)

trombi-jesuisactifOn trouve ici toutes les photos qui mettent en scène les députés dans le cours de l’exercice de leurs fonctions. Ils sont montrés souvent avec un micro en main, que ce soit pour une intervention dans l’hémicycle,  en interview, en meeting ou en réunion. Le micro est-il le sceptre du député militant ? On les voit aussi entourés de partisans en manifestation, ou pris dans une scène du quotidien de leur vie politique. Ces images semblent nous dire combien ces députés ne ménagent pas leur peine, sont politiquement engagés et investis dans la défense de leurs convictions. D’ailleurs, on trouve ici une des rares images qui, parmi toutes, ne représente par le député en lui-même mais le logo d’un événement politique important, duquel il s’agit de faire la promotion : « # Congrès DLR 5 oct. ».

« la circonscription est ma priorité » (59 cas)

trombi-circoestprioritéDans cette catégorie figurent celles et ceux qui qui se mettent en scène en extérieur, dans un cadre dont on ne sait trop s’il évoque le terrain ou le terroir. En grande majorité, c’est un fond de verdure qui est préféré, ou carrément un paysage bucolique. On peut y voir l’affirmation d’une priorité mise sur les problématiques locales, ce qui signifie en creux une prise de distance avec le studieux et austère travail d’élaboration de la loi. Cette manière d’insister sur un aspect du travail parlementaire a de nombreuses similitudes (quoique qu’en symétrie) avec la première catégorie ci-dessus. Pour ceux-là il semblent important de se replacer dans le territoire qui les a élu. Je note aussi, il semble y avoir ici beaucoup (mais je ne peux rien garantir) d’extrait d’affiches de campagne électorale.

« faites-moi confiance » (53 cas)

trombi-faitesmoiconfianceJ’ai réuni ici toutes les images qui ne semblent faites que pour attirer la sympathie, sans d’autre argument que la photogénie de leur attitude. Cette catégorie est un peu fourre-tout (je le reconnais), mais on trouve néanmoins des caractéristiques communes : d’une part le cadrage de type portrait pour un grand nombre d’entre eux, et d’autre part un sourire systématique très politicien. Il y a ici un certain nombre de clichés dont l’esthétique est très travaillée, nous ne sommes parfois pas très loin de la photographie publicitaire. Ceci dit, c’est la deuxième catégorie fortement constituée de ce qui paraît être des d’extraits d’affiches de campagne.

« je suis accessible » (47 cas)

trombi-jesuisaccessibleTrès ressemblante à la précédente, cette catégorie s’en distingue néanmoins. On est toujours dans un cadrage rapproché, avec des visages souriants. Cependant, dans ces images là il y a une nette décontraction qui tend vers la bienveillance. Ces images sont moins convenues, ces députés semblent nous montrer qu’ils savent au besoin prendre une distance avec le formalisme de leurs fonctions. C’est une manière de se rendre accessible, qui tranche avec les usages de communication politique traditionnels. Il n’est pas impossible que ces députés ont un usage de Twitter où les frontières entre vie privée et vie politique sont moins marquées.

« je prends mon rôle au sérieux » (26 cas)

trombi-jeprendsmonroleausérieuxIci au contraire, les sourires sont absents, et les cravates de rigueur. Certains ont un air inspiré, d’autres plus crispés fixent l’objectif d’une façon telles qu’ils semblent prêter serment auprès de nous (« je m’engage »). Cette catégorie s’oppose à la précédente, on y voit celles et ceux qui insistent sur la charge et la gravité de la puissance publique. Les députés semblent ici communiquer un message de sérieux, dans un formalisme qui met hors de doute leur compétence à assumer de telles fonctions.

« ? » (16 cas)

trombi-?On a ici la catégorie sans-titre (toutes les propositions sont bienvenues). Bien que je sois perplexe sur le message diffusé ici, il y a un clair point commun entre toutes ces images qui est la simplicité de la mise en scène. Pour 13 sur 16 d’entre elles, il s’agit du cliché officiel (le fond bleu est caractéristique) figurant sur le trombinoscope du site de l’Assemblée nationale, ce qui n’est pas anodin. Ce trombi officiel est partie intégrante d’un rituel de la rentrée parlementaire, dont une des fonctions est l’effacement des individualités au profit de l’intérêt général. Est-ce qu’il faut en conclure que l’optique de ces députés est précisément de dépolitiser son image dans l’idée de mettre en avant un souci de représentation nationale ? Il y a effectivement ici comme une absence de prise de position, une neutralité, un dépouillement qui est significatif. En tous le cas, que ceux-ci aient préféré cette sobriété met en relief combien les autres jouent au contraire de leur individualité. Notons qu’on a aussi un député (@MeunierPh) qui affiche un magnifique blackout, peut-être moins le signe d’une volonté d’être incognito que du souci de ne lâcher aucune information qui puisse l’identifier avec certitude.

« je suis normal(e) » (16 cas)

trombi-jesuisnormalIci apparaissent celles et ceux pour qui il semble primordial d’apparaître comme un(e) citoyen(ne) ordinaire. En ce sens, les costumes sont rares, et laissent la place aux tenues plus colorées et postures moins formelles. Contrairement à la première catégorie, on voit ici des personnes qui ont écarté toute mention explicite ou implicite à leurs fonction de député(e). Dans ces images, je vois la « normalité » toute hollandienne. Notons qu’il y a ici 13 femmes sur 16, sans que je me puisse me décider sur le sens à donner à cette observation. Pour sûr, depuis leur arrivée à l’Assemblée, les femmes sont largement moins désireuse d’afficher leur autorité (ce n’est pas moi qui le dit).

« je suis à votre écoute » (7 cas)

trombi-àvotreécouteCette catégorie est une de celles que je trouve le plus intéressante du point de vue de la mise en scène. En plan rapproché, l’air engageant mais sérieux, la tête inclinée comme lorsqu’on entend une confidence. Dans une mise en scène de la compassion, ces photos nous invite explicitement au témoignage, en même temps qu’elles prennent au sérieux notre avis, elles nous flattent et nous rassurent. Il y a quelque chose qui rappelle le ou la meilleure amie, l’oreille attentive du parent dans les expressions de chacun d’entre eux. En tous les cas, pour sûr, chez ces derniers rien n’est laissé au hasard, la photo est très élaborée, semble la marque d’une communication très étudiée.

« on est une équipe » (4 cas)

trombi-onestuneéquipeEnfin, cette dernière catégorie presque anecdotique en nombre de cas, mais très intéressante pour ce qu’elle donne à voir. Dans ces quatre photos, où candidat et suppléant apparaissent ensemble, le message se concentre sur la mise en avant du travail d’équipe. Ici les députés prennent une distance avec la personnification usuelle de la fonction.

En bref

En sommes, ces 10 catégories nous montrent la diversité des conceptions de la fonction de député. Ce sont des tendances, j’insiste, il n’est pas question de mettre chacun et chacune dans une seule et unique case. On pourrait faire un travail similaire sur les affiches de campagnes électorales, il y a fort à parier que, dans les grandes lignes, on retrouve les même catégories.

Concernant Twitter, cela nous enseigne que s’il y a une certaine uniformité de finalité dans le fait d’ouvrir un compte twitter,  il y a malgré tout une diversité d’appropriation. Tous n’ont pas la même approchei, et ne s’adressent vraisemblablement pas tout à fait au même public. Twitter est un outil de communication politique dont les députés se saisissent pour exprimer ce qui les distingue de leurs collègues.

 

trombi-pie

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « Twittographie parlementaire (4). Trombinoscope », LASPIC | Carnet [en ligne], 11 octobre 2013, URL : https://laspic.hypotheses.org/1789 (consulté le 19 octobre 2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *