Cette rengaine manichéenne, positiviste et démagogique

J’ai lu ce texte Les élites débordées par le numérique, commis par Laure Belot, journaliste sur LeMonde.fr, qui a suscité chez moi quelques grincements de dent. Je voudrais revenir sur quatre points qui me semblent mériter un commentaire.

 

pipeau (flickr - snapclusion)

« flute player »

Le premier point, c’est le déséquilibre du propos. Pour illustrer cette thèse, l’auteur nous noie sous un certain nombre de faits, de tendances, et de citations non pas inexacts en eux-mêmes (pour autant que je puisse en juger), mais qui ont selon toute vraisemblance été triés sur le volet pour composer un tableau sombre. Les quelques anecdotes, faits divers et prises de position susceptibles de contrebalancer le propos sont systématiquement jugées illégitimes. Les « tweetomanies » et « facebookeries » sont de l’ordre du paraître ; les prises de consciences sont trop « tardives » et les prises de position malheureusement « classiques » ; les exceptions font figure de « belle pousse qui cache une forêt plus sombre ». Nous n’aurons aucune explication pour étayer ces réprobations, peut-être est-ce trop évident pour s’y attarder. Pour ma part, j’ai du mal à ne pas y voir du mépris et de la condescendance. Non seulement le tableau est sombre mais il est sans contraste, pour le plus grand plaisir du lecteur faut-il croire, à en juger le succès du papier (en une semaine, l’article a été partagé près de 13 000 fois sur Facebook).

Pour ne donner qu’un seul exemple, pas forcément le plus représentatif mais celui que je connais le mieux, intéressons-nous une seconde aux usages numériques des députés (exemple pris tout à fait au hasard), une élite parmi d’autres :

  • comme je me suis attaché à l’expliquer, loin d’une logique futile du « paraître », les usages que font les députés de twitter relèvent de stratégies élaborées. Canal de communication en campagne électorale, vecteur d’interactions privilégiés avec la sphère politico-médiatique, exercice de présentation de soi… loin d’être débordés, je remarque plutôt que ces derniers manifestent une lucidité réelle quant au rapport investissement/bénéfice que peut procurer l’existence sur tel ou tel réseau social. Et je rappelle que les députés-twittos ne sont pas si marginaux, on en compte aujourd’hui environ 371, soit près de 65% de l’ensemble.
  • pour ce qui concerne les prises de positions « classiques » sur les enjeux du numérique, Noël Mamère est (parmi d’autres) un bon contre-exemple que j’ai détaillé ici. Refuser personnellement de jouer le jeu des grandes firme internationales de l’informatique peut relever d’un choix tout à fait éclairé, et non pas d’une incompréhension du système.
  • et pour finir, de février dernier jusqu’à début mai, les députés et beaucoup d’autres gouvernants, ont massivement utilisé les réseaux sociaux et en particulier Twitter pour organiser une campagne de mobilisation politique complexe à l’occasion des débats autour du vote de la loi sur le mariage pour tous. À cette occasion d’ailleurs, les députés de la majorité ont su détourner un règlement parlementaire jugé pour l’occasion trop étriqué, pour déplacer le débat hors de l’hémicycle en parallèle à la session officielle. Ce fait n’a à ma connaissance pas de précédent dans l’histoire politique française, et montre une compréhension assez fine des possibilités et occasions nouvelles permises par ces « nouveaux usages en lignes ».

Je ne refuse pas de voir que beaucoup de députés sont effectivement débordés par le numérique, je dis qu’il y a suffisamment d’exemples qui montrent que certains d’entre eux (de plus en plus) sont sur le front, et c’est l’essentiel. Sans trop se creuser la tête donc, mais à condition de faire quelques recherches, voilà des idées de ce qui aurait pu être évoqué en faisant preuve d’un peu d’intégrité intellectuelle. Vous en conviendrez, les populations éligibles à la catégorie des « élites » ne manquent pas, et il y en a de nombreuses plus geeks et professionnellement plus concernées que les députés par les questions numériques.  En particulier, les fers de lance de l’économie française dans le monde ne sont-elles pas aussi des élites ? Pour ce qui était de dénicher des contre-exemples, je ne pense pas que ce soit la difficulté de la tâche qui fut l’obstacle.

Le second point, c’est la catégorie d’« élites ». Ne concevoir le monde qu’à l’aune de deux catégories uniques et mutuellement exclusives – à savoir les élites et les autres – est très problématique. User comme postulat d’un stéréotype aussi grossier, c’est faire le jeu des amalgames et des jugements à l’emporte-pièce. Évidemment, nous n’aurons pas de définition nette de ce que l’auteur entends par « élites », peut-être est-ce encore trop évident pour s’y attarder.

Du coup, il est instructif de regarder quelle frontière sépare au yeux de l’auteur ces derniers du reste du monde :

  • sont considérés comme élites (par ordre d’apparition) : un membre d’un cabinet ministériel, les gouvernants, les institutions, les intellectuels, les syndicats et lobbys, la Fédération nationale d’équitation, le MeDeF, le secteur financier, dirigeants et penseurs,
  • et ne sont pas considérées comme élites : la génération Y, des startups, un polytechnicien, les éleveurs équins, le  mouvement des pigeons, un millier d’entrepreneur de moins de 30 ans, un ex-banquier d’affaire et son camarade de HEC,

En somme, les acteurs qui avaient le plus de chance de nous montrer que le numérique n’est pas un enjeu abandonné et incompris par les têtes pensantes et agissantes de notre société sont écartés de la catégorie des « élites ». Quelle définition de l’élite est donc celle de l’auteur ? Ce sont les dirigeants, ceux qui agissent (un cabinet de ministre) et ceux qui imposent leur opinion aux autres (les intellectuels) de préférence pas trop jeunes et pas trop pauvres.  C’est-à-dire que tous ceux pour qui le numérique apparaît comme un vecteur de réussite, comme un atout, et comme une philosophie novatrice, n’en sont pas.

En poussant ce raisonnement jusqu’au bout, les « élites » se définissent ici comme étant la somme des acteurs ayant pour point commun d’être débordés par le numérique. On entrevoit alors tout le non-sens de la thèse ici développée. Le titre de cet article, ainsi que son message, est en réalité une tautologie qui se résume en ces mots : les débordés du numérique sont débordés par le numérique.

Deux petites remarques entre parenthèses :

  • il me semble bien que la figure du journaliste a toute sa place dans cette conception de l’élite, et non dans la catégorie opposée. Je n’en tirerai aucune conclusion relativement à l’argument du texte, je me bornerai à me demander si l’auteur a ici conscience de la précarité de la position qu’elle s’est construite.
  • pour ce qui est de l’appropriation des enjeux du numériques par les lobbies et le secteur financier, je pense très personnellement que l’auteur est mal renseignée.

Le troisième point, c’est la construction de l’article. Cet article s’appuie sur un principe journalistique simple et répandu. L’idée est de commencer par un constat, de préférence émis par quelqu’un « qui en est », pour ensuite décliner les exemples qui vérifient le constat effectué. Ici, le principe est peaufiné au point de mobiliser à chaque fois la parole d’un expert. Notons que ce principe a le double avantage de garantir le sérieux de l’auteur : la parole de la source (évidemment secrète) cumulée à celle de l’expert garanti au lecteur non-averti la solidité de ce qui est énoncé. Ce n’est ni plus ni moins qu’un argument d’autorité, déployé à plusieurs niveaux.

De ce point de vue, il est intéressant de jeter un œil sur les cautions expertes que l’auteur a choisi. N’en déplaise à Joseph Stigliz (que j’estime par ailleurs beaucoup pour ses travaux en économie), on n’y trouve aucun spécialiste sérieux de la question du politique et du numérique. Les seuls références un peu solides évoquées le sont dans la bibliographie indicative (lectures que l’auteur n’a vraisemblablement pas faites au vu du manichéisme de son propos). Par contre, les statures de ces experts en imposent : un Prix Nobel d’économie, une directrice générale d’Ipsos France, une directrice des programmes de Wikimédia, une éditorialiste dans le Financial Times, un membre du prestigieux Institut universitaire de France, pionnier de l’Internet en France élu personnalité de l’année, un directeur exécutif du programme d’innovation pédagogique Forcast et professeur à Sciences Po, puis plusieurs entrepreneurs divers et variés.

Le style narratif va d’ailleurs dans le même sens :

  • large emploi du présent de narration, tantôt du registre de l’action immédiate, tantôt du registre descriptif donne un effet de vérité, simulent le récit in situ d’un journalisme d’enquête :
  • les formulations affirmatives et autopersuasives, dans les quelques phrases du texte qui ne sont pas des citations, participent à donner au propos l’évidence de la vérité factuelle et indiscutable : « quand on sait que », « Résultat : leurs déconvenues sont protéiformes », « Sans centre, sans frontières, ces pratiques déstabilisent ».
  • phrases courtes et percutantes, souvent sans verbe, qui contribuent à un effet spectaculaire :  « Septembre 2013. », « Bien plus vite que les gouvernants, institutions et intellectuels, souvent dépassés » ou «Autrement dit les intellectuels, les médias, les universitaires qui ont l’oreille des puissants ».

La construction de l’article n’est pas celle communément lisible dans le journalisme de la presse hebdomadaire française. Nous ne sommes pas dans le commentaire politique ou la description du fait divers, ni même celui de l’enquête journalistique. La construction retenue est bien plus proche de ce qui se fait dans la presse people, agressive, sensationnaliste et dramatique. La puissance de conviction qui se dégage de ce texte, l’impression de sérieux qui s’en dégage, n’est pas basée sur un argumentaire de fond, mais découle de son architecture, c’est-à-dire de sa forme.

Le quatrième et dernier point, c’est la portée politique. Résumons d’abord :

  • le propos est manichéen : il s’articule sur une opposition binaire trompeuse (les élites/les autres), point de départ à une série d’autres. Ancien/moderne, réel/virtuel, déconnexion/connexion, immobilisme/innovation, bureaucratie verticale/liens horizontaux, jeunes/vieux, Paris/province,… .
  • première conséquence, ce texte véhicule une idée proprement positiviste. Étant associé toujours aux valeurs de modernité, d’innovation, d’avenir il conduit à défendre le principe (largement répandu, je le reconnais) que le numérique est l’étape suivante, naturelle, logique et souhaitable de notre société. Pour un développement sur ce point, je vous invite à lire la critique que Pierre-Carl Langlais a faite de ce même article. [Édit du 3/01 :] Ainsi que celle très juste de Authueil.
  • seconde conséquence, le propos est aussi démagogique. Mis sur les rails des binarismes pleins d’évidence, encouragés par un effet presse people, les lecteurs sont incités à se forger une opinion sur le thème incompétent/compétent, nantis/exploités, minorité/majorité. Le paragraphe sur le parisianisme des élites en est le point d’orgue, un thème propice à rassembler tous les mécontents du système.

Tout ceci me fait dire que c’est finalement une vieille rengaine qui est développée ici, servie pour l’occasion à la sauce 2.0. On ne nous dit rien de plus que : « voyez nos dirigeants ! Incapables de comprendre le monde dans lequel ils sont. Sont-ils vraiment à leur place ? ». La question des élites et du numérique n’est qu’un prétexte permettant de produire à moindre frais un petit buzz, qui mettra un peu plus la pression sur le politique. Ce texte s’engouffre dans la brèche de la défiance des citoyens pour leurs représentants politiques, et par extension surfe sur la vague d’impopularité du gouvernement Ayrault.

Et le fond de l’argument quel est-il ? Certainement pas « les élites et le numériques », dont on n’a vu qu’il n’y a vraisemblablement pas eu sur le sujet ni de recherche approfondie ni même de volonté de le traiter avec sérieux. Par contre, à la fin de la lecture force est de constater qu’on en a appris beaucoup sur les griefs des acteurs de l’économie numérique et des startups nationales envers le système politique et financier, auprès desquels ils ne trouvent aujourd’hui que peu de soutien. Tout ceci ne ressemble qu’à une complainte déguisée, exploitant un thème polémique vendeur. Ce parti pris est très clair quand on regarde quels sont les experts mobilisés ici et là pour appuyer et commenter les exemples. Le fait est que la parole n’est pas donnée à n’importe qui.

Tout ceci étant dit, on peut reconnaître quand même une question intéressante soulevée par l’article. On nous dit, au moment le plus fort de l’intrigue et par la bouche de Jean-Michel Billaut, que les élites se distinguent notamment du reste du monde par leur fonctionnement intrinsèquement vertical, quand les autres aspirent à un fonctionnement horizontal. De plus, ils tendraient à s’accrocher à leurs acquis construits sur ce fonctionnement, quand les autres seraient davantage dans une optique de redistribution des cartes. Certes (si l’on entend bien par «élites » tout groupe de personne en situation culminante de par son capital culturel, social, économique ou symbolique). C’est un constat largement partagé, notamment parmi les spécialistes de la question.

Est-ce que pour autant le numérique a quelque chose à voir dans cet état de fait ? Certainement pas, les populations n’ont pas attendu la fin du vingtième siècle pour réseauter horizontalement, s’opposer à leurs dirigeants, et tenter de les déborder pour les mettre en difficulté. Le numérique ne donne même pas une nouvelle dimension à ce phénomène, il ne fait que renouveler les méthodes et outils à disposition de la population face à des élites qui ont aussi des moyens techniques croissants pour asseoir leur pouvoir. L’exemple récent le plus symptomatique est la révolution numérique des printemps arabes des dernières années, qui s’est avérée inexistante (la révolution numérique, pas les printemps arabes). Les travaux sur la question font débat, mais il ressort quand même que ce n’est pas les outils numériques qui ont fait la révolution, mais surtout les revendications politiques (pour approfondir, lire ce très bon papier). On aurait donc tout aussi bien pu soulever cette question dans un article ayant pour titre « les élites sont débordées par la finance », « les élites sont débordées par l’homosexualité » ou plus simplement « les élites sont débordées par leur base ».

Enfin, je remercie Dominique Rousseau pour avoir souligné que l’élitisme est consubstantiel à la démocratie. D’ailleurs, plus généralement, c’est peut-être même un trait commun à toute forme de système politique centralisé, mais ceci est un autre débat…

 

Crédit photo : « flute player » par Jeremy Collins (2010 – CC-by-nd)

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « Cette rengaine manichéenne, positiviste et démagogique », LASPIC | Carnet [en ligne], 1 janvier 2014, URL : http://laspic.hypotheses.org/2082 (consulté le 17 novembre 2017).


14 réponses

  1. Merci de cette remise au point. J’avais trouvé l’article du Monde à la fois simpliste et foisonnant, et avais été étonné de son succès en nombre de retweets, etc.

    Je suis particulièrement sensible à votre deuxième point, et à la définition tautologique des élites dans l’article du Monde (comme vous dites : « les « élites » se définissent ici comme étant la somme des acteurs ayant pour point commun d’être débordés par le numérique »).

    Concernant votre conclusion, la notion d’élites (si on souhaite la définir un peu mieux que ne le fait la journaliste) est en effet consubstantielle à celle de démocratie : vous citez le juriste Dominique Rousseau, auriez-vous une référence plus précise (article, ouvrage) où il développe cela ?

  2. wunkii dit :

    Un commentaire rapide sur le point annexe que vous évoquez dans votre dernier paragraphe :

    Sur le lien élitisme / démocratie, il y a aussi le livre de Bernard Manin : Principes du gouvernement représentatif ; indispensable à mon sens dans toute discussion sur la « crise de la représentation ».

    A partir d’une distinction entre démocratie (fondée sur le tirage au sort à Athènes) et gouvernement représentatif (fondé sur l’élection), Manin a mis en évidence le caractère mixte de ce dernier : aristocratique du fait de la procédure d’élection, démocratique du fait notamment de l’extension progressive du droit de vote et de la place laissée au jugement du public.

    Ce trait aristocratique n’a rien d’accidentel. Les « pères fondateurs »(pas seulement les américains) des régimes représentatifs modernes tenaient explicitement à bâtir des régimes distincts de la démocratie.

    L’élitisme est donc bien consubstantiel au régime représentatif, mais pas à la démocratie dans sa forme ancienne, qui est bien plus « pure » de ce point de vue : aucune compétence n’est requise pour exercer les fonctions soumises au tirage au sort puisque n’importe quel citoyen peut effectivement être désigné par le sort. En lui même, ce principe est pleinement égalitaire.

    Que ce principe paraisse si étrange à bon nombre de nos contemporains signale à quel point nous avons tendance à être aveugle sur la dimension aristocratique des régimes dans lesquels nous vivons.

    La confusion récurrente des débats sur ces questions vient donc en partie de ce qu’on nomme démocratie un régime qui n’est que partiellement démocratique. Le débat gagnerait sans doute en clarté si on parlait de gouvernement représentatif.

  3. Premat dit :

    Bonsoir,

    Excellent article, merci beaucoup. Pour reprendre quelques elements de discussion, on peut peut-être se référer à des articles et des ouvrages plus récents de Dominique Rousseau avec notamment la notion de démocratie continue´(1995), je pense notamment à cette idée de démocratie en pointillés qu´on pourrait reprendre aujourd´hui.
    Cela dit, votre article pointe un fait précis, la manière dont le journaliste participe d´un prétendu anti-élitisme ambiant avec un raisonnement digne des Mégariques.
    Les élites politiques se sont très bien adaptées au numérique, je travaille également sur les comportements numériques de nos élus (députés et maires), je serais heureux de partager mes résultats avec les vôtres dès qu´ils seront prêts.

    • Merci beaucoup pour la référence précise, je regarde ça.

      Bien d’accord pour dire que les élites se sont très bien adapté au numérique, en tout cas certaines élites à une certaine dimension du numérique ! Le reste par mail ! :)

  4. Bonjour,

    Félicitations pour ce bel article.

    Ceci étant dit, il serait fort intéressant de discuter la conclusion, et plus particulièrement la phrase « Le numérique ne donne même pas une nouvelle dimension à ce phénomène ».

    On pourrait, tout au contraire, affirmer que notre société est déjà post-industrielle et en transition vers une logique de « société maillée ».

    Dans ce cadre, et si on reprend la définition que vous attribuez à Jean-Michel Billaut, d’une élite comme « tête d’une organisation pyramidale », il faut reconnaitre que, s’ils utilisent le numérique, ils persistent très majoritairement à le faire dans une logique verticale.

    La question la plus importante, qui légitime le « buzz » de l’article « commis par Laure Bellot » (pourquoi entamer un article si construit par un qualificatif si péjoratif ?) reste quand-même de savoir si nous vivons une période de continuité ou somme déjà dans une forme de transition vers une autre façon de faire société.

    On peut défendre une opinion… mais il serait imprudent d’éluder la question.

    Bien cordialement,

    • Merci pour ce commentaire, la question mérite effectivement d’être posée.

      Je suis bien d’accord que ces élites politiques persistent à user les technologies numériques dans une logique verticale. Mais, de ce que j’ai pu en découvrir durant mes travaux de recherche, ils savent aussi très bien les utiliser dans une logique horizontale. C’est simplement dans un cadre quotidien, invisible au grand public. Du coup, je ne suis pas du tout persuadé de la pertinence de l’opposition vertical/horizontal, puisque de mon point de vue il n’y a pas de conflit d’usages. Je ne suis pas du tout certain non plus (mais pas forcément pour autant convaincu du contraire) que nous soyons dans une période de transition vers une autre façon de faire société. À ce sujet, avez-vous lu cet autre billet critique de l’article du Monde ? Il y a cette idée très bien expliquée que les élites sont tout à fait en mesure d’imposer leurs vues verticales à la « société numérique ».

      Au stade de mes réflexions actuelles, j’aurais plus tendance à penser que nous prolongeons un système déjà établi. Pour le reste, il faudra attendre que je finisse d’écrire ma thèse ! Pour sûr, je ne crois pas à l’idée de révolution numérique (rupture), je préférerais le cas échéant parler d’évolution socio-politique (transition).

      PS : pour ce qui est de « commis », il me semblait que son emploi n’était pas péjoratif dans ce cas. N’est-ce pas une expression répandue « commettre un ouvrage », « commettre un texte » ?

      • Vous avez raison de signaler que l’enjeu est celui d’un éventuel « conflit d’usage ».

        Mes réflexions viennent, ce qui est bien naturel, de ce sur quoi je travaille. Et je peux prévoir des points de friction considérables entre les règles encore en vigueur et issues d’une société industrielle morcelée en frontières administratives et ce qui va être créé sur Internet et n’a, par essence, pas de frontière.

        Posez-vous, par exemple, la question de la façon dont on peut gérer des données de santé (chaque état ayant établi ses propres règles et, à l’image de notre DMP, se révélant bien incapable d’offrir quelque service que ce soit). Ou plus simplement d’analyser les critiques exprimées vis à vis de Bitcoin qui ne mettent jamais en perspective le fait que cette monnaie ne rentre pas dans les schémas usuels car c’est le précurseur de la monnaie de la société maillée en devenir.

        En réalité, l’argument du prolongement, que vous privilégiez, ne peut se considérer que dans un cadre purement national alors que les réseaux, par essence, ne le sont pas.

        Sacré enjeu !

  5. Pierre-Carl Langlais dit :

    Merci beaucoup pour cette remarquable critique, solidement étayée. Elle a le mérite de réorienter le débat dans des directions plus fructueuses : notamment cette question essentielle (et paradoxale en apparence) de la présence des élites dans nos démocraties.

    On a couramment tendance à identifier la « démocratie » à un état défini. J’y verrai plutôt la marque d’un processus : la dissémination croissante du pouvoir, avec pour nécessaire corollaire l’élargissement des cercles de décision. Cette dissémination prend de multiples formes : accès à l’information, liberté d’expression, liberté d’association, vote, principe de subsidiarité.

    De mon point de vue, une démocratie véritablement fonctionnelle est sans cesse tendue vers son propre perfectionnement. Elle intègre nécessairement à ce titre une dimension conflictuelle (on retrouve là l’idée des contre-pouvoirs chères à Rosanvallon) : d’une manière toute méta-discursive, le système politique doit continuellement envisager les termes de son propre changement.

    Imparfaites, mais tendues vers la perfection, nos démocraties intègrent nécessairement des élites et des institutions aristocratiques (le Sénat est le plus bel exemple d’une institution non nécessaire en tant que telle, mais qui a été instauré pour rassurer les légitimistes et les orléanistes au cours des années 1870).

    Les twitteries et autres facebookeries n’ont que peu d’incidences sur le système actuel. Ils prolongent naturellement des usages anciens : dès la Révolution française, des députés avaient pour habitude d’éditer un journal afin d’informer leurs administrés et de relayer leur doléances (le fameux Journal des Débats a débuté sous cette forme). Les réseaux numériques permettent des interactions considérablement plus rapides, mais dans l’absolu, presque rien n’a changé.

    Les véritables évolutions se trouvent ailleurs : du côté de ces communautés numériques autonomes qui, pour reprendre les termes de Fred Turner, se sont volontairement mis « en exil » de la société telle qu’elle existe afin de recréer autre chose. Ces formes d’organisations ne sont pas incompatibles avec un certain élitisme : sur Wikipédia, les contributeurs confirmés ont clairement plus d’autorité que les contributeurs occasionnels.

    Néanmoins, la dissémination du pouvoir est beaucoup plus poussée que dans nos démocraties représentatives : les communautés sont ouvertes et accessibles à tous ceux qui veulent y participer ; toute décision communautaire est précédée d’un vote ou d’une discussion argumentée ; l’utilisation des pseudonymes permet de ne pas préjuger de la qualité de son interlocuteur (j’ai déjà vu des adolescents proposer des réformes importantes) ; les interactions sociales sont extrêmement mouvantes (le regretté Aaron Swartz relevait ainsi que les élites ne peuvent perdurer sur Wikipédia : les contributeurs anciens et établis finissent généralement par contribuer de moins en moins et à laisser leur place aux nouveaux).

    Est-ce là une forme annonciatrice de la démocratie du XXIe siècle ? Je n’en sais strictement rien. Mais si le numérique devait réellement transformer la politique de fond en combles, ce serait plus vraisemblablement dans cette direction que dans l’instrumentalisation des réseaux sociaux à des fins stratégiques.

    • Dans son ouvrage « The Structure of Scientific Revolutions », à l’origine de la notion si rebattue de « rupture de paradigme’, Thomas Kuhn explique bien comment un modèle (en tant que simplification de la réalité qui permet l’action) se trouve généralement d’autant plus intangible qu’il est plus obsolète.

      La mécanique est très simple : plus un modèle est ancien (et éventuellement dépassé) et plus il a formaté les formateurs et servi à sélectionner les élites en tant que ceux qui sont les plus habiles à « assembler les puzzles » permis par ce modèle et les mieux adaptés à négliger les cas qui ne rentrent pas dans le moule.

      Notre paradigme démocratique est né à une époque où, pour qu’il soit possible de prendre des décisions à la capitale (située à plusieurs jours de cheval), il fallait que chaque province désigne un homme qui savait lire et écrire. C’est une forme démocratique adaptée à la fois à l’époque du cheval et à un certain niveau d’éducation.

      Aujourd’hui, il est possible, grâce au numérique, de participer de n’importe quel point de la terre à une discussion qui se déroule à Paris ou ailleurs ; il est possible de travailler et de prendre des décisions en groupe (http://www.atoute.org/n/Genie-de-groupe-et-intelligence.html) ; l’élu moyen n’est pas plus éduqué que le Français moyen.

      Rien de ce qui constituait la base du modèle de la démocratie de l’époque du cheval ne reste pertinent à l’ère électronique.

      Je suis bien d’accord pour dire que la forme démocratique a évolué, qu’elle a cherché à tout moment à devenir meilleure… mais Kuhn nous a appris que ce mouvement s’est intégralement déroulé au sein d’un paradigme donné et que ce paradigme n’a aucune raison d’être unique, idéal ou universel.

      Il semble bien, par exemple, que ce modèle soit difficilement « extensible » (scalable, comme on dirait en « numérigon »), que ce soit au niveau Européen ou au delà. Pourtant les défis majeurs du moment, comme le dérèglement climatique, sont planétaires.

      Il n’est pas question de prendre Facebook ou Google comme exemples de gouvernance future, ce sont, au contraire, d’utiles repoussoirs du concept de « maison de verre ».

      Il me paraît par contre plutôt sain de ne pas négliger les nouvelles façons de « faire société » qui vont rapidement naître sur Internet et auront probablement une logique « holarchique » définie par le fait que chacun en sera à la fois une partie (un membre du réseau) et un tout (le centre de son référentiel propre).

      • Oui, le parallèle avec le « paradigme » tel que défini par Kuhn me paraît assez approprié (réification autour d’un corpus d’usages et de normes historiquement situées : la « circonscription », conçue pour être traversée par un homme à cheval, le journal quotidien et le café, comme lieux privilégiés du débat public…). Le parallèle avec l’histoire de la presse est d’ailleurs évocateur : la culture démocratique anglaise se constitue en même temps que le journal quotidien, au cours des premières décennies du XVIIIe siècle ; le premier quotidien français, le Journal de Paris, apparaît une dizaine d’année avant la révolution. Comme si une certaine organisation médiatique préparait d’avance une certaine forme de structuration politique.

        En même temps, je pense pas que cette idée remette en question le principe d’une évolution en douceur. Kuhn souligne bien que le grand saut fondamental consiste déjà à se doter d’un paradigme. Le passage d’un paradigme à l’autre est complexe mais pas si révolutionnaire que cela, dans la mesure où le nouveau paradigme a souvent tendance à englober le précédent sans l’infirmer (la théorie newtonienne est d’ailleurs toujours utilisée pour quantifier des phénomènes non affectés par la théorie de la relativité).

        J’ai de plus en plus tendance à penser que le véritable changement va s’imposer graduellement, déjà tout simplement au niveau des réflexes et des usages para-politiques. Le cas wikipédien est intéressant, car il s’agit d’une communauté qui se pense entièrement en dehors de la vie politique, et qui, justement en se disposant à se couper des expériences usuelles, se disposent d’autant mieux à expérimenter des formes de gouvernances originales : remplacement de la représentation par un système de reconnaissance informel (plus un contributeur est estimé par ses pairs, plus sa parole aura autorité), généralisation des normes par l’imitation plutôt que par la contrainte, utilisation du système Condorcet plutôt que du vote majoritaire pour dégager des solutions consensuelles. Dominique Cardon et Julien Levrel avaient développé un article intéressant sur le sujet il y a quelques années, « La vigilance participative ». Je viens également de rédiger une petite analyse du modèle démocratique de Wikipédia qui devrait paraître dans le prochain numéro de la revue Négociations.

        Je ne connaissais pas l’expression « holarchique », mais j’imagine que cela se coule assez bien dans une logique d’organisation sous forme de biens communs : http://blogs.rue89.com/les-coulisses-de-wikipedia/2013/10/15/les-biens-communs-pour-moderer-lelan-destructeur-du-capitalisme-231395 L’individu s’inscrit dans une communauté souple, où les stratégies de pouvoir peuvent persister, mais sans qu’elles soient définies par des hiérarchies formelles. Potentiellement, quiconque peut devenir, à chaque instant, le référent de ces communautés : centre partout, circonférence nulle part…

        • Il me semble que nous convergeons assez largement.

          Dans la logique de Kuhn, le changement de paradigme ne se fait jamais simplement- justement parce que les meilleurs « puzzle makers » de l’ancien paradigme, qui en constituaient l’élite, sont les premiers déstabilisés.

          Nous pouvons prédire que des formes de collaboration non hiérarchiques, et non localisées vont se créer sur Internet. Elles créeront une nouvelle forme d’intelligence collective (on l’a vu, très pragmatiquement, au moment de la gestion de l’épidémie de grippe A).

          On alors peut imaginer de nombreux scénarios.

          Par exemple que ces groupes ne se dotent jamais d’une capacité d’action suffisante pour prétendre à un renversement de forme politique, ou bien que le politique les utilise pour faire consensus, à la façon dont un groupe « de la société civile » a récemment planché sur la fin de vie.

          On peut imaginer également que, dans une société toujours plus complexe, l’écart de qualité entre la prise de décision hiérarchique et une « sagesse des foules maillées » devienne si caricaturale que les choses se passent moins progressivement et moins naturellement.

          C’est, après tout, l’hypothèse évoquée en filigranes par l’article de Laure Belot. Et qui n’est pas si isolé que ça, dans ses constatations, si ce n’est dans son mode critique : http://philippe.ameline.free.fr/meshedSociety/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *