Hacker la politique à la façon de Daenerys Targaryen

Avertissement. Même si le texte qui suit ne contient pas à proprement parler de spoiler, il traite néanmoins de la situation du récit à la fin de la cinquième saison de la série.

Dans cette cinquième saison de Game of Thrones, ce qui se joue autour de Daenerys Targaryen est fascinant. Vous savez, cette reine conquérante qui fait des émules au gouvernement, dernière du nom et en exil, qui impose sa loi à grands coups de dragons. Pour rappel, sa modeste ambition dans la vie est de récupérer le trône chipé à son père une vingtaine d’années plus tôt (grosso modo).

Entendons-nous bien, ce personnage ne m’intéresse pas en lui-même. Il aurait plutôt tendance à m’horripiler : souveraine hypnotique, oratrice mystique, anti-esclavagiste candide, séduisante négociatrice, libre et fragile amante… ses attributs féminins sont si caricaturaux que je peine à comprendre qu’on puisse sérieusement en faire une figure de proue du féminisme moderne. Non, ce qui m’intrigue c’est plutôt l’imbroglio politique dans lequel elle se débat, comme une toile qu’elle tisse à ses dépends et qui l’enserre à chaque fois plus lorsqu’elle entreprend de résoudre la situation.

Géopolitique de l’outsider

Cet imbroglio est le résultat d’une collision entre les deux échelles de son combat. Au premier niveau, il y a ce qui la rattache au reste de l’histoire de Westeros, c’est sa marche sur Port-Réal, la capitale du royaume des Sept-Couronnes. Exilée, Daenerys Targaryen est hors du système. Dans le jeu du trône que nous conte George R. R. Martin, elle fait figure d’outsider. Elle-même se voit comme l’antithèse de ce qu’elle combat : elle n’est pas de cette poignée de nobles familles qui se partage le royaume et l’épuise à force d’alliances et de querelles fratricides pour le pouvoir.

daenerys - bain de foule

Daenerys Targaryen, messie des opprimés, n’en revient pas de son succès

Sa famille, ce sont les marginaux, les laissés pour compte. Elle a été adoptée et même reconnue reine d’un peuple nomade, libre quoique misérable. Son armée n’est pas faite de peur et de discipline, mais d’adhésion et d’espoir d’un monde juste et fraternel. Exemplaire, elle est une reine humble et modeste, elle ne s’octroie aucun régime de faveur, elle partage la condition des siens. Tout dans sa personnalité, dans son parcours, dans ses stratégies, l’oppose au monde auquel elle s’attaque.

Dans cet extrait, elle explique son plan de bataille au renégat Tyrion Lannister. Son ennemi n’est pas tant la famille Lannister si à l’aise au pouvoir, mais le système politique qui les a placés là. Elle n’a pas d’espoir de voir le sort des siens s’améliorer, même à imaginer que ce trône passe entre d’autres mains. Pour elle, qui est nomade aux confins du royaume, l’État centralisé n’est que force d’oppression. Le système est pervers, il est fondé sur l’exploitation d’une majorité par une minorité d’élite, et de surcroît il se reproduit en faisant croire à un renouvellement. Daenerys Targaryen veut faire table rase de tout cela, et pour cela il faut détruire la roue, il faut détruire l’État. Ce n’est pas le vent de la petite révolte qui souffle, mais celui de la grande révolution. Avec elle, le changement c’est maintenant.

Le paradoxe du frondeur

Ça, c’est pour la théorie. En pratique, les implications de cette posture en terme de politique intérieure compliquent singulièrement les choses. Quand, dans la quatrième saison, Daenerys Targaryen prend la cité de Meereen, elle instaure un régime anti-esclavagiste qui est immédiatement controversé au sein de la population de la ville, et se retrouve face à un dilemme. D’un côté, elle souhaite reprendre au plus vite la route de façon à faire grossir les rangs de ses partisans, et à s’approcher de la capitale. D’un autre côté, elle a conscience que continuer sa route revient à laisser les élites déchues reprendre la main sur la ville pour restaurer le système de castes. D’une probité remarquable, elle préfère différer la guerre pour se consacrer au règne, asseoir son pouvoir, ce qui est aussi une manière de faire la preuve de sa capacité à gouverner.

C’est là que ça devient passionnant. La nomade devenant sédentaire, il n’y a plus d’opposition franche entre la force subversive de l’outsider et l’intégrité séculaire d’un appareil d’État. Les deux pouvoirs s’entre-mêlent. Pour mener son combat contre l’État, Daenerys Targaryen se fait elle-même chef d’État, elle n’a pas d’autres choix (sauf à s’éclipser après avoir réduit le pays en cendres). Pour être légitime, et régner sur un peuple qui la reconnaît et la soutient, bref pour faire accepter son projet politique alternatif, elle doit quitter sa place d’outsider. S’il faut être hors du système pour proposer le changement, elle découvre qu’il faut toutefois (d’une manière ou d’une autre) y entrer pour le mettre en œuvre.

Qui part à la chasse perd sa place

« Kill the masters »

L’effet boomerang. Quand l’appel aux esclaves de se révolter en « tuant leurs maîtres », faite par Daenerys lors de la prise de la cité de Meereen, se retourne contre elle.

Tout irait bien si délaisser la place d’outsider ne revenait pas à la laisser à d’autres. Mettre un pied dans l’appareil d’État implique d’accepter l’ouverture d’un nouveau front dans la bataille. C’est ce qui ne manque pas d’arriver à Meereen où une violente rébellion se déclare contre elle, menée par la milice des Fils de la Harpie, invisible et insaisissable, dont les membres ne peuvent être identifiés que par leur masque doré. Pour protéger son trône et sa crédibilité, Daenerys fait des concessions, puis finalement se résout à combattre l’insurrection par les armes. C’est ainsi qu’elle en vient à combattre ceux qui, comme elle, luttent contre l’appareil d’État.

Point important, ces Fils de la Harpie ne sont autres que ceux qu’elle a destitués, et qui ont trouvé cette manière pour lui résister. En vérité, avec la conquête de la ville la bataille de Daenerys contre les esclavagistes n’a pas cessé, les rôles ont simplement été intervertis. À elle la violence légitime de la police d’État, aux autres la force subversive de l’action secrète et de l’attentat. L’armure contre la multitude. Ironie du sort, mais chose fort logique par ailleurs, ces Fils de la Harpie, oppresseurs déchus, bénéficient des faveurs croissantes du peuple : ils sont les nouveaux outsiders. Tous ces éléments sont condensés dans la scène finale du quatrième épisode.

 

Crédits photo : capture d’écran de la scène finale de la troisième saison ; capture d’écran d’une scène du quatrième épisode de la quatrième saison.
Édit du 22/08 : détail des raisons pour lesquelles ce personnage m’horripile corrigeant une formulation maladroite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *