Catégorie : # Actualités

Coronavirus à l’Assemblée (3/3). Des procédures hybrides à la française ?

Ainsi, la sociabilité hyper-concentrée qu’accueille le Palais Bourbon et l’intense circulation des parlementaires sur le territoire national font que l’Assemblée présente de fortes vulnérabilités face à une menace pandémique. Ceci rend impensable que l’institution puisse fonctionner normalement dans les phases les plus intenses d’une crise de ce genre, alors qu’il est précisément attendu que des décisions soient prises, que des ajustements législatifs soient opérés et que l’action du gouvernement soit contrôlée au plus près. Comment dépasser cette contradiction ?

Coronavirus à l’Assemblée (2/3). Véhiculer le virus sur le territoire national

La pandémie met en lumière une autre propriété de l’infrastructure du monde parlementaire : la vie nomade des députés. Vu la propension du virus à se propager en suivant les voies de communications existantes, la représentation nationale française, dans sa manière où elle fonctionne, constitue – théoriquement – une infrastructure très propice à la propagation du virus au sein de la société française.

Coronavirus à l’Assemblée (1/3). Le microcosme microbien du Palais Bourbon

Au début de l’épidémie du printemps 2020, l’Assemblée a réalisé qu’elle était un de ses quelques « clusters » nationaux. Cette réalité tient très directement l’infrastructure du monde parlementaire ou, autrement dit, aux conditions d’existence matérielles de l’idéal de la représentation nationale. Cela n’a pas été le fruit du hasard ou d’une négligence, c’était en réalité inévitable. Cela tient très directement à la manière dont l’Assemblée fonctionne aujourd’hui, et cela depuis au moins un siècle et demi.

Réformes d’aujourd’hui et d’autrefois

Le 20 septembre dernier, François de Rugy a annoncé un plan de réforme pour l’Assemblée. Trois objectifs ont été choisis : efficacité, exemplarité et ouverture. Rien de bien original, ni dans le constat effectué, ni dans la volonté de trouver une solution. Est-ce dire toutefois que les présidents passent sans que rien ne change ? Non, bien au contraire. Cette répétition souligne au contraire que l’Assemblée est soucieuse de ces enjeux depuis longtemps.

Populisme et xénophobie dans les chaînes de courriels

Dans ma commune, les abonnés à Twitter se comptent sur les doigts d’une main. Mais ça n’empêche pas tout le village de « retweeter » tout ce qui peut conforter dans un rejet de l’élite politique et intellectuelle. Nous n’avons pas besoin de hashtags #teamwhite pour « spammer » nos propres espaces de conversation.

Anne Lalanne n’a-t-elle pas droit (elle aussi) à une vie privée ?

Est-il réellement éthique pour un journaliste de révéler à grands cris l’identité d’un utilisateur de Twitter, qui souhaite très explicitement préserver son pseudonymat ? Il me semblait avoir compris que la question de la vie privée, et en particulier du droit au pseudonyme, sur les réseaux sociaux commençait à devenir une cause sérieusement défendue. Du coup, faut-il comprendre que nous ne serions pas vraiment égaux face à la vie privée ? Faut-il en conclure que les personnalités politiques doivent renoncer à la leur ?

Hacker la politique à la façon de Daenerys Targaryen

Dans cette cinquième saison de Game of Thrones, ce qui se joue autour de Daenerys Targaryen est fascinant. Vous savez, cette reine conquérante qui fait des émules au gouvernement, dernière du nom et en exil, qui milite pour la cause anti-esclavagiste à grands coups de dragons. Pour rappel, sa modeste ambition dans la vie est de récupérer le trône chipé à son père une vingtaine d’années plus tôt (grosso modo).

Ce que Alain Dewerpe aurait pensé de la loi sur le renseignement

On vient d’apprendre la mort d’Alain Dewerpe. Cet historien français reconnu pour son ouvrage sur le massacre parisien de Charonne est pour moi surtout l’auteur de Espion. Une anthropologie historique du secret d’État contemporain (1994), où il propose une des rares analyses approfondies sur la formation des services de renseignement contemporain.

Revue de web d’automne

Un petit billet qui rassemble quelques articles dignes d’intérêt parus depuis début septembre. De toute évidence, nous traversons une période faste pour la problématisation de la question technique à l’Assemblée.

L’histoire de l’homme qui se croyait sans étiquette politique

Il était une fois un gars sollicité pour une candidature aux élections municipales. On frappe à sa porte, on en appelle à son civisme, on lui dit que son aide serait bienvenue pour renverser l’équipe municipale en place. (…) C’est un projet qui plaît à ce bonhomme. Il dit oui et s’engage.

Les leçons de Cersei Lannister à Littlefinger, ou comment s’exerce le pouvoir

Soient deux personnages. D’un côté, Cersei Lannister ; de l’autre, Lord Baelish, dit Littlefinger. Deux personnages clé de la vie politique du royaume, qui se jaugent au moment où l’empire vacille. De sérieux doutes pèsent sur la filiation paternelle du fils de la reine (et donc sur les amours incestueux de cette dernière), remettant en cause la légitimité du jeune prétendant à accéder au trône. Voilà le contexte.

Non, le Sénat ne vient pas de prendre le virage de l’Open Data

Comment puis-je tenir un discours pessimiste sur l’Assemblée quand au Sénat une nette avancée vient d’être obtenue ? L’Assemblée ne doit-elle pas forcément suivre ? Je vais donc ici expliquer en quoi le fait que des lignes bougent n’invalide pas ce que j’ai pu avancer précédemment.

Le paradigme balistique est bancable

Pour une noble cause (la croissance), les individus sont les heureux spectateurs de la valse des innovations technologiques. Loin de moi l’idée de nier la réalité de l’étroite imbrication des logiques d’innovation et de consommation, je pointe seulement le fait que le discours qui l’encadre ne reflète pas la réalité des faits.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search