Catégorie : Communication(s)

Du (non) usage parlementaire du téléphone sous la Troisième République

Je suis en train de travailler sur la question de l’installation du téléphone au Palais Bourbon en 1882, au tout début de la Troisième République. J’essaye de développer l’idée que les technologies de communication sont un support important du travail parlementaire, ceci parce que les députés y voient une possibilité d’une ubiquité nécessaire à leurs fonctions…

La participation politique façon Youtube

Depuis la fin de semaine dernière, une vidéo fascinante déposée sur Youtube rencontre un certain succès dans les plis de l’internet franco-français. Khaled Freak, son auteur, y utilise des images de la séance de...

Populisme et xénophobie dans les chaînes de courriels

Dans ma commune, les abonnés à Twitter se comptent sur les doigts d’une main. Mais ça n’empêche pas tout le village de « retweeter » tout ce qui peut conforter dans un rejet de l’élite politique et intellectuelle. Nous n’avons pas besoin de hashtags #teamwhite pour « spammer » nos propres espaces de conversation.

Les députés ne sont pas des super-héros (mais en fait si)

La séance de questions au gouvernement du 17 novembre 2015, qui a suscité l’indignation de nombreux citoyens et observateurs, est l’occasion de ressortir ce texte présenté récemment, où je proposais quelques explications pour donner un sens à la démesure du comportement des députés dans ce cadre.

De la médiatisation du débat parlementaire

Hier dimanche, Claude Bartolone était sur Canal+. Alors qu’un chroniqueur s’interrogeait sur la meilleure manière de ramener le calme quand l’Assemblée ressemble à « un ring et les députés à des boxeurs en puissance », le Président de l’Assemblée a suggéré de retirer les caméras de l’hémicycle.

Anne Lalanne n’a-t-elle pas droit (elle aussi) à une vie privée ?

Est-il réellement éthique pour un journaliste de révéler à grands cris l’identité d’un utilisateur de Twitter, qui souhaite très explicitement préserver son pseudonymat ? Il me semblait avoir compris que la question de la vie privée, et en particulier du droit au pseudonyme, sur les réseaux sociaux commençait à devenir une cause sérieusement défendue. Du coup, faut-il comprendre que nous ne serions pas vraiment égaux face à la vie privée ? Faut-il en conclure que les personnalités politiques doivent renoncer à la leur ?

L’Assemblée nationale du XXIème siècle

L’Assemblée vient de mettre en ligne un document intitulé Vers une Assemblée Nationale du XXIème siècle. Derrière ce nom se trouve un plan d’action pour le Open Government Partnership (OGP), programme international visant à...

Twittographie des hashtags lors d’un débat en séance publique

Il y a quinze jours, les députés examinaient la proposition de loi de Alain Claeys et Jean Leonetti sur la fin de vie, ce qui a été abondamment relayé dans la presse. J’en ai profité pour collecter tout un tas de tweets, dans l’idée d’accumuler quelques « twittographies » de débats qui puissent servir d’exemple.

Archéologie du #directAN

La question est simple : quand et comment est né le hashtag #directAN ? En recherchant à rebours dans les archives les occurrences du hashtag, on découvre que les choses semblent se jouer autour du 7 septembre 2010.

Twittographie parlementaire (4). Trombinoscope

Les comptes Twitter des députés, ayant été créés pour beaucoup à l’occasion des dernières campagnes électorales, les pages de profil participent d’une stratégie de communication politique. Alors les photos de profil portent un message, dans un exercice de présentation de soi.

Twittographie parlementaire (2). Être ou ne pas être

Twitter est d’une certaine façon toujours un « appeau à journalistes » (l’expression n’est pas de moi, merci à qui je l’emprunte). C’est un « tout petit monde » (d’après la jolie formule de Pélissier et Gallezot) où se tractent les réputations, se forgent les sphères d’influences, se négocient l’espace médiatique à l’aide de clashs/de fuites/de buzzs. C’est une stratégie à deux bandes : exister sur Twitter pour exister dans l’opinion.