Catégorie : Infrastructure(s)

L’électronique au service du vote groupé

À l’Assemblée, la machine de vote a été un vecteur puissant de l’avènement du vote personnel. Au Sénat, il semblerait que ce soit précisément l’inverse. Cette future machine de vote n’a aucune chance de faire advenir le vote personnel chez les sénateurs, puisqu’elle n’est en effet pas conçue en ce sens.

Soudain, le Sénat opte pour une machine de vote électronique

Le Sénat a décidé d’installer une machine de vote dans son hémicycle. Le projet est lancé depuis mars dernier et vise une mise en service en octobre 2019. Si les délais sont tenus, c’est-à-dire environ dix-huit mois pour définir le besoin, concevoir le système, le tester et l’installer, alors le Sénat inaugurera sa machine de vote quasi-exactement soixante ans après l’Assemblée.

Réformes d’aujourd’hui et d’autrefois

Le 20 septembre dernier, François de Rugy a annoncé un plan de réforme pour l’Assemblée. Trois objectifs ont été choisis : efficacité, exemplarité et ouverture. Rien de bien original, ni dans le constat effectué, ni dans la volonté de trouver une solution. Est-ce dire toutefois que les présidents passent sans que rien ne change ? Non, bien au contraire. Cette répétition souligne au contraire que l’Assemblée est soucieuse de ces enjeux depuis longtemps.

Du (non) usage parlementaire du téléphone sous la Troisième République

Je suis en train de travailler sur la question de l’installation du téléphone au Palais Bourbon en 1882, au tout début de la Troisième République. J’essaye de développer l’idée que les technologies de communication sont un support important du travail parlementaire, ceci parce que les députés y voient une possibilité d’une ubiquité nécessaire à leurs fonctions…

J’ai lu “Le Linge du Palais-Bourbon”

Le Linge du Palais-Bourbon vient de paraître (janvier 2015), aux Éditions Le Bord de l’Eau. Derrière ce titre déroutant, l’auteure nous propose un parcours historique réjouissant dans les « coulisses » de l’Assemblée nationale (et non pas : de la vie politique à l’Assemblée nationale, nuance). L’auteure, c’est Delphine Gardey, historienne et sociologue, que l’on connaissait déjà pour avoir publié plusieurs papiers sur l’Assemblée, et en particulier sur les sténographes du Service du compte-rendu de l’Assemblée. Elle y expliquait que ce groupe de fonctionnaires sur qui repose la publicité des débats parlementaires avait grandement participé à faire de la Chambre basse du Parlement français ce qu’elle est aujourd’hui. Elle montrait comment un projet politique initialement théorique (le parlementarisme) parvenait à se concrétiser dans les faits.

Une économie de l’information parlementaire. Données.

Faisons l’hypothèse que la vie parlementaire est régie et structurée par une économie de l’information, qui est une économie de la rareté de ressources informatives. Ces ressources informatives, appelons les données. S’il y a convoitise, il y a aussi secret et rétention de savoirs, mais aussi échange et négociation, ce qui fait des données une monnaie d’échange.

Non, le Sénat ne vient pas de prendre le virage de l’Open Data

Comment puis-je tenir un discours pessimiste sur l’Assemblée quand au Sénat une nette avancée vient d’être obtenue ? L’Assemblée ne doit-elle pas forcément suivre ? Je vais donc ici expliquer en quoi le fait que des lignes bougent n’invalide pas ce que j’ai pu avancer précédemment.

[book chapter] Politique d’une innovation technologique confisquée

On savait déjà qu’il est très réducteur de penser la réalisation d’un projet technique au travers du paradigme balistique, c’est-à-dire comme la soumission d’une solution pour résoudre un problème, ou comme l’apport d’une réponse à une demande. C’est surtout un processus complexe d’innovations, d’arbitrages, de pouvoirs dont la portée est souvent peu comprise, et qui laisse finalement peu de place aux “intérêts” propres de ceux à qui l’on destine le nouvel outil. Or, quand le projet technique est à caractère informatique et concerne les usagers d’une institution comme l’Assemblée nationale, les enjeux de pouvoirs sont si présents que la technique est loin, très loin, de revêtir les atours de neutralité qu’on aimerait lui voir porter.

Le député, la boîte aux lettres et le réseau

Si la société française est un vaste réseau, alors les députés en constituent des nœuds, c’est à dire des endroits où les mailles de la toile se resserrent, pour former un lieu privilégié de passage de l’information où les zones éloignées peuvent se voir connectées.

Choisir son système d’exploitation (2/3), le résultat prévisible

Il en irait de même en informatique qu’en démocratie, l’utilisateur-consommateur-citoyen serait le mieux placé pour départager des concurrents, les voix du plus grand nombre constituraient le meilleur arbitre qui soit. Cette idée de l’utilisateur-arbitre ne serait pas inintéressante si, avant même la tenue de ce “référendum technique”, les jeux n’étaient dans une certaine mesure pas déjà faits.

Choisir son système d’exploitation (1/3), quelle idée

Deux systèmes vont coexister pour répondre exactement aux mêmes besoins, d’un public tout à fait unique, déployés et gérés par un seul unique service. Cette situation de redondance a quelque chose d’inédit, et interroge de fait sur l’objectif visé par les questeurs en effectuant ce choix, ainsi que sur les ressources humaines et financières nécessaires au sein du SSI pour y parvenir.