LASPIC | Carnet Site

Twittographie parlementaire (4). Trombinoscope

Les comptes Twitter des députés, ayant été créés pour beaucoup à l’occasion des dernières campagnes électorales, les pages de profil participent d’une stratégie de communication politique. Alors les photos de profil portent un message, dans un exercice de présentation de soi.

Twittographie parlementaire (2). Être ou ne pas être

Twitter est d’une certaine façon toujours un “appeau à journalistes” (l’expression n’est pas de moi, merci à qui je l’emprunte). C’est un “tout petit monde” (d’après la jolie formule de Pélissier et Gallezot) où se tractent les réputations, se forgent les sphères d’influences, se négocient l’espace médiatique à l’aide de clashs/de fuites/de buzzs. C’est une stratégie à deux bandes : exister sur Twitter pour exister dans l’opinion.

Twittographie parlementaire (1). Une stratégie électorale

Au cours de la seconde période, on voit près de la moitié des députés-twittos actuels (150 sur environ 360) s’inscrire durant les dix mois qui précédent les élections législatives de 2012. Cette forte progression (au mois de février 2012 on compte près de 50 nouvelles inscriptions) cesse brusquement une fois le scrutin passé. Voilà qui va dans le sens de l’hypothèse précédente.

[book chapter] Politique d’une innovation technologique confisquée

On savait déjà qu’il est très réducteur de penser la réalisation d’un projet technique au travers du paradigme balistique, c’est-à-dire comme la soumission d’une solution pour résoudre un problème, ou comme l’apport d’une réponse à une demande. C’est surtout un processus complexe d’innovations, d’arbitrages, de pouvoirs dont la portée est souvent peu comprise, et qui laisse finalement peu de place aux “intérêts” propres de ceux à qui l’on destine le nouvel outil. Or, quand le projet technique est à caractère informatique et concerne les usagers d’une institution comme l’Assemblée nationale, les enjeux de pouvoirs sont si présents que la technique est loin, très loin, de revêtir les atours de neutralité qu’on aimerait lui voir porter.

Épisode de violence ordinaire au Parlement

L’histoire du Parlement français est pleine de ces “dérapages” violents, au point que certains comparent très sérieusement l’activité législative à celle d’une guérilla. Ces événements ne sont pas exceptionnels, même s’ils ne sont pas fréquent. Certains diraient que ça tient d’une façon très franco-française de faire de la politique.

OpenData, OpenParliament & OpenCulture, quand l’injonction de transparence se précise

Que ces revendications d’origines citoyennes et politiques voient leurs trajectoires se croiser maintenant n’est pas en soi une surprise. Elles sont la résultante de débats, qui peuvent peut-être sembler ancestraux à l’échelle de la société numérique de l’information, mais qui ne sont audibles que depuis peu à l’échelle institutionnelle

Le paradigme balistique est bancable

Pour une noble cause (la croissance), les individus sont les heureux spectateurs de la valse des innovations technologiques. Loin de moi l’idée de nier la réalité de l’étroite imbrication des logiques d’innovation et de consommation, je pointe seulement le fait que le discours qui l’encadre ne reflète pas la réalité des faits.

Le député, la boîte aux lettres et le réseau

Si la société française est un vaste réseau, alors les députés en constituent des nœuds, c’est à dire des endroits où les mailles de la toile se resserrent, pour former un lieu privilégié de passage de l’information où les zones éloignées peuvent se voir connectées.

Choisir son système d’exploitation (2/3), le résultat prévisible

Il en irait de même en informatique qu’en démocratie, l’utilisateur-consommateur-citoyen serait le mieux placé pour départager des concurrents, les voix du plus grand nombre constituraient le meilleur arbitre qui soit. Cette idée de l’utilisateur-arbitre ne serait pas inintéressante si, avant même la tenue de ce “référendum technique”, les jeux n’étaient dans une certaine mesure pas déjà faits.

Choisir son système d’exploitation (1/3), quelle idée

Deux systèmes vont coexister pour répondre exactement aux mêmes besoins, d’un public tout à fait unique, déployés et gérés par un seul unique service. Cette situation de redondance a quelque chose d’inédit, et interroge de fait sur l’objectif visé par les questeurs en effectuant ce choix, ainsi que sur les ressources humaines et financières nécessaires au sein du SSI pour y parvenir.