LASPIC | Carnet Site

Réformes d’aujourd’hui et d’autrefois

Le 20 septembre dernier, François de Rugy a annoncé un plan de réforme pour l’Assemblée. Trois objectifs ont été choisis : efficacité, exemplarité et ouverture. Rien de bien original, ni dans le constat effectué, ni dans la volonté de trouver une solution. Est-ce dire toutefois que les présidents passent sans que rien ne change ? Non, bien au contraire. Cette répétition souligne au contraire que l’Assemblée est soucieuse de ces enjeux depuis longtemps.

[article] Les téléphonistes de la Chambre sous la Troisième République

J’ai le plaisir de vous annoncer la publication de mon dernier article dans la Revue française de science politique (vol. 67, n°4), sur ces curieux personnels que la Chambre des députés a longtemps employés pour s’occuper du réseau téléphonique du Palais Bourbon, à partir de 1881.

Ethnography of Legislatures, research workshop, Edinburgh (UK)

Two weeks ago, I was pleased to attend the research workshop, at University of Edinburg (UK). The organizers brought together a group of people who have in common to trying to understand parliaments from a qualitative, empirical and inductive perspective. However, a narrower methodological and epistemological framework would have been welcome to get more thorough discussions.

Ethnographie des législatures, journées d’étude à Édimbourg

La semaine dernière, j’ai eu le plaisir de participer au research workshop organisé à l’Université d’Édimbourg (UK). Son grand mérite est d’avoir su réunir un ensemble de personnes qui ont en commun d’aborder l’objet « parlement » sous un angle qualitatif, empirique et inductif. Cependant un cadre méthodologique et épistémologique plus étroit aurait été souhaitable pour approfondir les échanges.

L’affaire Fontenel-Personne, ou les visites du palais et ses limites

Le 7 septembre dernier, Mme Fontenel-Personne a été épinglée par Marianne pour avoir utilisé son statut de députée comme argument de vente. Toutefois, l’affaire ne mérite peut-être pas d’être aussi vite expédiée. En tout cas, c’est une affaire intéressante à discuter sur le fond, à condition d’accepter de suspendre un moment son indignation.

Apprendre à conduire les débats

L’hebdomadaire Marianne a mis en ligne une vidéo remarquable (et cocasse) qui met en lumière ce travail d’assistance à la conduite des débats auprès de présidents de séance débutants, effectué par le personnel de l’administration parlementaire. Elle présente une compilation de différents extraits des dernières semaines de débat, qui montre une partie de la vie de l’institution ordinairement dissimulée aux regards.

J’ai lu “J’irai dormir à l’Assemblée”

J’ai lu « J’irai dormir à l’Assemblée » qui vient de paraître début avril, aux éditions Grasset. C’est un livre qui tombe à pic pour clore cette XIVe législature. Sur un ton piquant, cocasse, Hélène Bekmezian livre − un peu en vrac − ce qui a fait son quotidien de journaliste parlementaire ces dernières années. Mais au-delà de ce patchwork, quel est l’argument du livre ?

Conduire son mandat, ventiler ses ressources

J’affirmais dans mon dernier billet qu’un parlementaire inactif dans son travail législatif est mécaniquement un parlementaire actif dans sa circonscription. Je reviens ici détailler mon propos sur ce point. Investir ses ressources en circonscription se fait nécessairement au détriment du travail législatif (et vis-et-versa). Il lui faut donc les répartir judicieusement.

L’inactive activité des parlementaires

Une étude démontre la corrélation « collaborateurs familiaux/inactivité des parlementaires ». Si celle-ci est intéressante, il faut néanmoins la discuter afin d’en préciser les limites, car ses termes sont bien précis. Ceci faisant, on s’aperçoit que le phénomène pointé n’est pas celui qui saute immédiatement aux yeux. Je vais même me risquer à défendre l’idée que ces collaborateurs familiaux remplissent aujourd’hui une certaine fonction dans l’activité parlementaire, et trouvent donc à ce titre une certaine nécessité.

Avec des datas, on mettrait l’Assemblée en bouteille

Lors du data camp de l’Assemblée, organisé samedi 26 novembre, trois projets m’ont paru sortir du lot. Non pas que leurs porteurs aient mieux, ou plus, travaillé que les autres. Mais ce sont ceux qui m’ont paru prendre au mot, au plus prêt, le président Claude Bartolone dans sa volonté de faire du Palais Bourbon une « maison de verre ».

Quelques remarques sur le data camp de l’Assemblée

Ce samedi 26 novembre, un data camp a été organisé à l’Assemblée. L’idée était de travailler avec la montagne de données parlementaires déjà accessibles sur le portail Open data de l’institution. Pour l’occasion (et en guise d’appât), des données inédites ont été mises en ligne. Ce sont les contributions des consultations citoyennes menées sur le site de l’Assemblée depuis un an et demi, et que nous étions plusieurs à avoir demandé de disposer.

Du (non) usage parlementaire du téléphone sous la Troisième République

Je suis en train de travailler sur la question de l’installation du téléphone au Palais Bourbon en 1882, au tout début de la Troisième République. J’essaye de développer l’idée que les technologies de communication sont un support important du travail parlementaire, ceci parce que les députés y voient une possibilité d’une ubiquité nécessaire à leurs fonctions…

La participation politique façon Youtube

Depuis la fin de semaine dernière, une vidéo fascinante déposée sur Youtube rencontre un certain succès dans les plis de l’internet franco-français. Khaled Freak, son auteur, y utilise des images de la séance de...

Populisme et xénophobie dans les chaînes de courriels

Dans ma commune, les abonnés à Twitter se comptent sur les doigts d’une main. Mais ça n’empêche pas tout le village de « retweeter » tout ce qui peut conforter dans un rejet de l’élite politique et intellectuelle. Nous n’avons pas besoin de hashtags #teamwhite pour « spammer » nos propres espaces de conversation.

Les députés ne sont pas des super-héros (mais en fait si)

La séance de questions au gouvernement du 17 novembre 2015, qui a suscité l’indignation de nombreux citoyens et observateurs, est l’occasion de ressortir ce texte présenté récemment, où je proposais quelques explications pour donner un sens à la démesure du comportement des députés dans ce cadre.