OpenData, OpenParliament & OpenCulture, quand l’injonction de transparence se précise

21 septembre 2012
Par

« Reichstag »

Dans la (très) riche actualité de cette rentrée parlementaire et présidentielle, à un rythme très rapproché, sept sujets m’ont interpellé (mais peut-être d’autres m’ont échappé) :

  • La proposition de loi relative à la neutralité de l’internet, déposée par la député Laure de la Raudière. Ce texte fait suite aux réflexions menées en amont dans un rapport qu’elle a cosigné en avril 2011, dans lesquelles la transparence des réseaux est une des conditions à réunir pour parvenir à l’équation internet = neutre1.
  • La Déclaration pour l’ouverture et la transparence parlementaire, portée par un mouvement citoyen qui demande à ce que soit promue une culture d’ouverture dans les Parlements, de façon permettre l’accès le plus large à l’information parlementaire. On notera qu’en France une réflexion est menée depuis plusieurs mois déjà sur ces questions, et aussi ces revendications trouvent un écho au sein même de l’institution, si bien que certains des personnels politiques s’en font le relais en prenant publiquement position (autre exemple plus ancien ici).
  • Dans la même courant de réflexion autour de l’ouverture et la libre circulation des données, le rapport L’Opendata en France. Recommandations pour l’ouverture des données et des contenus culturels rédigé par un groupe citoyens qui formule ici des préconisations pour résoudre les points de blocage susceptibles de freiner le mouvement d’ouverture des données des institutions culturelles françaises.
  • Moins technique et plus engagé, mais toujours dans la veine culturelle, le manifeste du récent collectif SavoirsCom1 œuvrant pour la défense et l’extension du domaine public, qui revendique notamment la libre circulation – et donc l’ouverture – des biens communs informationnels.
  • Il ne faut pas oublier non plus les 14 propositions pour réformer le droit d’auteur, émises par la Quadrature du net début août. On notera la présence de quelques uns, parmi les auteurs de ces propositions, qui initient un mois plus tard le collectif SavoirsCom1 ce qui laisse entrevoir une certaine proximité entre les différents acteurs de ces initiatives.
  • Au delà des enjeux culturels et institutionnels, les politiciens eux-même se voient rattrapés par l’injonction de transparence, comme l’a très bien illustré la réaction du ministre Alain Vidalies au mois d’août lorsqu’il dénonçait les effets pervers d’une évaluation quantitative de l’activité législative.
  • Et enfin, j’associe à cet inventaire la dernière apparition d’un vieux serpent de mer : l’IRFM des députés. Cette enveloppe noire accusée de faire le jeu d’intérêts privés, est toujours l’objet de fantasmes (cultivés c’est vrai par quelques abus) et trouve ici des alliés inattendus dans ce mouvement de transparence autour des données publiques.

D’où quelques remarques :

  • Chacun de ces sept points présente – d’une manière à chaque fois originale – une articulation entre transparence et liberté de circulation de l’information, autour de trois pôles d’intérêts : OpenData, OpenParliament, OpenCulture.
  • Les six initiatives visibles ici ont été menées indépendamment, de façon non concertées, mais sont suffisamment complémentaires pour que plusieurs semblent s’être trouvé des intérêts communs.
  • Quoique de façon pas toujours explicite, on a ici des initiatives qui rejettent une certaine opacité dans la vie publique, qui s’exprime de façon exacerbée sur les réseaux. Elles luttent chacune à leur manière contre des zones d’ombres – dont on soupçonne qu’elles font le jeu d’intérêts privés et commerciaux – qui résistent à une libre circulation de l’information. C’est une conception proprement néolibérale de l’information qui s’exprime ici, où à l’instar des marchés l’ouverture et la transparence des sources garanti le libre échange d’information, dans une fluidité synonyme de progrès pour la démocratie.
  • L’unique réaction défensive présentée ici est remarquable, en cela qu’il n’est pas si fréquent de voir les décideurs exprimer leur malaise sur la question, et encore moins d’exprimer que cette injonction de transparence bouscule leur propres activités. La réaction du ministre Vidalies sonne alors comme l’aveu d’une classe politique qui perçoit une tempête se lever sur eux (pour autant rien n’est encore joué). 
  • Et dernier point, qui m’intéresse en premier lieu, l’ensemble de ces enjeux socio-techniques inter-reliés tissent une toile dans laquelle les députés sont – bon gré mal gré – partie prenante : à l’initiative, pris à parti et sommés d’arbitrer, ou comme figures d’une résistance conservatrice.

Que ces revendications d’origines citoyennes et politiques voient leurs trajectoires se croiser maintenant n’est pas en soi une surprise. Elles sont la résultante de débats, qui peuvent sembler ancestraux à l’échelle de la société numérique de l’information, mais qui ne sont audibles que depuis peu à l’échelle institutionnelle. Or d’une manière très conjoncturelle, ce mois de septembre 2012 est une période charnière, alors que alors les élus et responsables politiques fraîchement (et massivement) renouvelés tracent les grandes lignes du programme politique des cinq prochaines années. Le moment est donc propice pour les groupes d’intérêts (quels qu’ils soient) d’affirmer l’actualité de leurs revendications (et leurs existence par la même occasion), condition nécessaire pour être plus tard reconnus comme interlocuteurs aux yeux de l’exécutif. Pour les acteurs citoyens qui peinent souvent à faire entendre leurs points de vue dans les décisions politiques, l’occasion de faire entendre leur légitimité ne se représentera pas si tôt.

À considérer les initiatives au rendez-vous de cette rentrée parlementaire et présidentielle, la tentation est alors grande d’y voir un mouvement plus vaste qui se structure. Ce serait pourtant prématuré, même si cette accumulation d’initiatives non concertées qui partagent le même horizon laisse penser qu’une avancée significative vers la diffusion et la reconnaissance de ces enjeux a eu lieu. Plus qu’une structuration, on assisterait plutôt à la première phase incontournable d’une lutte, longue des cinq ans à venir, où les adversaires se dévoilent les uns aux autres et affûtent leurs armes. L’étape de structuration viendra certainement très vite ensuite, quand le temps de l’observation laissera la place à celui de l’action. À présent, un peu de patience est encore requise, il faut attendre que la situation se stabilise (l’adversaire gouvernemental tarde à se dévoiler) pour que chacun puisse décider de ses alliés.

 

Crédit photographie : « Reichstag » (2007), de Wolfgang Staudt (CC by-nc)
Édit du 22 septembre : ajout des 14 propositions de la Quadrature du net + une cinquième remarque + corrections et reformulations diverses.

  1. Troisième axe, proposition n°5 []

Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : # Regards, Opacité(s)

8 commentaires pour “ OpenData, OpenParliament & OpenCulture, quand l’injonction de transparence se précise ”

  1. schignard le 24 septembre 2012 à 12:22

    Merci Jonathan pour ce billet qui permet de remettre en contexte plusieurs initiatives récentes. Cela m’inspire 3 remarques, essentiellement autour de l’open data :

    1- on a eu tendance à l’oublier, mais les initiatives que tu mentionnes nous le rappellent, que dans l’expression même d’open data il y a une injonction. “Open data” cela désigne tout autant une caractéristique (les données ouvertes), une action (ouvrir les données) et une injonction (ouvrez-les, vos données !). On le comprend bien en regardant la vidéo de l’intervention de Tim Berners-Lee à la conférence TeD de 2009. Il fait reprendre par la foule son mantra “Raw data now !”, tout autant un cri de ralliement pour les partisans de l’open data qu’un cri de guerre adressé aux détenteurs de données.
    Comme j’ai eu l’occasion de l’écrire récemment sur mon blog, les conflits liés aux données vont aller en se multipliant,

    2 – sur l’approche néolibérale de l’information : tu dis vrai. On voit apparaître me semble-t-il une étrange coalition de fait entre les adeptes de la cybernétique et ceux de la libre entreprise, entre libéraux et libertaires. Comme la plupart des conflits concernent des acteurs publics (pour le moment en tous cas), l’injonction d’ouverture s’accompagne bien souvent d’un discours critique sur la place de l’Etat,

    3- enfin, et tout en n’étant pas un spécialiste de l’open parliament, il me semble que le problème posé illustre parfaitement un principe bien connu : tout indicateur qui devient un objectif cesse d’être un indicateur. C’était vrai des objectifs chiffrés fixés aux forces de l’ordre, c’est tout aussi vrai pour les interventions en commission des parlementaires. Un récent article du Monde montrait d’ailleurs bien que les plus jeunes parlementaires avaient tendance à multiplier les prises de paroles en commission pour améliorer leur score sur le site NosDéputés… Ce faisant, ils illustrent d’ailleurs l’un des principes fondateurs de la cybernétique : la boucle de rétroaction ;-)

    • Jonathan Chibois le 24 septembre 2012 à 13:17

      Merci aussi Simon pour avoir pris le temps de partager ces remarques.

      Je ne connaissais pas cette savoureuse intervention de Tim Berners-Lee dans laquelle effectivement l’injonction est on ne peut plus clair (à partir de 10’40).

      Vrai pour le discours critique sur la place de l’État, c’est peu ou prou pour cette raison que je m’intéresse à tout ça. Me voilà démasqué à présent ! :)

      Concernant cette boucle de rétroaction, il faut que j’étudie ça plus en profondeur, ça ne m’avait pas effleuré… y’a t’il une référence particulière qui me manque ?

  2. lejocelyn le 24 septembre 2012 à 16:01

    C’est une conception proprement néolibérale de l’information qui s’exprime ici

    Je ne suis pas sûr de comprendre, pensez-vous que la transparence du fonctionnement des institutions est un concept néolibéral uniquement ? Il est possible que la transparence des institutions soient compatible avec les idéologies néolibérales, de là à dire que ce concept est issu de cette pensée… Surtout que nombre des personnes militant dans les organismes qui réclament cette transparence ne s’identifient pas au néolibéralisme.

    La transparence ne me semble pas être un concept d’une idéologie politique particulière mais davantage du ressort des stratégies de contre-pouvoir.

    • Jonathan Chibois le 24 septembre 2012 à 16:43

      Bonne question, je n’ai en effet pas été très clair. Merci de m’exhorter à préciser !

      Notre incompréhension vient très probablement d’un manque de définition de ma part. Néolibéral n’est pas ici une cause pour laquelle on militerait, mais un paradigme, c’est à dire une idéologie ou un mythe prégnant dans notre société globalisée qui en substance (cf. Wikipédia) critique l’État-providence et promeut la liberté de l’individu. De là en découle le néolibéralisme que l’on connaît bien, où le marché global dérégulé cherche s’affranchir des règles fixées par les États, puisque freinent la libre entreprise et donc la sainte croissance. Il en va d’une logique tout à fait similaire pour un néolibéralisme informationnel, qui voudrait que toutes les zones de régulation maîtrisée de l’information par les institutions républicaines disparaissent pour une meilleure prise en main citoyenne de la démocratie. Dans les deux cas, au nom de la liberté de l’individu, l’État voit ses prérogatives diminuées pour le bien-être des populations.

      Non, évidemment, les militants de l’opendata, de l’openparliament ou de l’openculture ne s’identifient pas au néolibéralisme (au sens large), et pourtant il s’en font paradoxalement le vecteur. C’est ce qu’évoquait Simon dans le commentaire précédent : de façon improbable, les libéraux rencontrent les libertaires.

  3. Arthur Devriendt le 25 septembre 2012 à 12:05

    Bonjour,

    D’un côté je partage votre point de vue (l’injonction à la transparence, la conception néolibérale de l’information, etc.). De l’autre, il faut voir que, concrètement, ces initiatives sont précisément portées par le système étatique (dans son acception générale : administrations, ministères, collectivités locales) qui est donc loin de se “déposséder” totalement à travers elles : c’est lui qui met en place les plateformes, c’est lui qui anime, c’est lui qui choisit les données à libérer, etc.

    Cordialement,

    • Jonathan Chibois le 26 septembre 2012 à 15:29

      Merci Arthur pour ce commentaire !

      Bonne remarque oui, nous sommes bien d’accord que cette injonction de transparence ne se présente que sous la forme d’une idéologie, c’est-à-dire un discours, qui a peut-être une valeur normative mais aucunement impérative. Les institutions et administrations savent en effet parfois agir comme des acteurs à part entière, capables de mobiliser des ressources et développer des stratégies élaborées pour préserver leurs intérêts propres. L’histoire très prochaine de l’opendata sera ainsi riche en résistances et contournements (qui ne diront d’ailleurs pas leur nom).

  4. Équipe hypotheses.org le 26 septembre 2012 à 17:38

    Cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté en prenne plus rapidement connaissance, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypotheses.org.
    En espérant que ce billet suscite une dynamique de commentaires, nous vous remercions pour votre contribution.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  5. […] de la démocratie et de ses institutions vers davantage d’ouverture et de transparence (comme je l’ai déjà noté ici). Notamment, une Déclaration internationale pour l’ouverture et la transparence […]

Laisser un commentaire

Logo Openedition
Vous pouvez vous abonner à ce carnet, en cliquant ici.

Licence Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.


Carnets de recherche