Épisode de violence ordinaire au Parlement

9782296127432r-cropped

Au téléphone à midi, j’ai raconté ma matinée fastidieuse à constituer une petite revue de presse sur les événements parlementaires de la nuit passée. C’était ma maman, elle voulait en savoir plus. J’ai raconté. Elle s’est indignée. J’ai expliqué. Elle a eu le dernier mot.

Comment est-il possible que nos élus se montrent comme ça en spectacle ?

En fait, l’altercation physique a eu lieu pendant la suspension de séance. C’est-à-dire que les caméras de la chaîne parlementaire étaient éteintes. Donc, techniquement, cet épisode n’est pas à proprement parler public. D’une certaine manière, cette histoire a été très bien maîtrisée d’un point de vue communication, puisque c’était une manière de faire beaucoup de bruit dans les médias le lendemain, en ne montrant pas grand chose.

Mais on ne leur demande pas de faire parler d’eux, ils ont quand même été élus pour le discuter et le travailler ce texte ! Il a raison Bartolone de les comparer à des collégiens !

Oui et non. À vrai dire, les textes porteurs d’autant d’enjeux que celui-ci ne sont pour l’essentiel pas réellement discutés par le Parlement. C’est très bizarre vu de l’extérieur, mais le fonctionnement de l’Assemblée nationale veut que le groupe majoritaire, et le gouvernement derrière lui, ait toujours le dernier mot. Alors, quand la situation est tendue comme ici, rien n’est laissé au hasard, il n’y a (sauf surprise) aucune manière pour l’opposition de faire capoter le projet de loi. Mais ce n’est pas pour autant que ces débats sont inutiles. C’est pour ça que les députés UMP, qui ne sont pas dupes, utilisent, depuis le début de l’examen de ce projet, leur temps de parole à attirer le feu des projecteurs sur eux. Voire à pousser la majorité à faire des erreurs. Et là, si je puis dire, tous les coups sont permis, à exister de la sorte, ils ont beaucoup à gagner. D’ailleurs, parce qu’ils ne sont pas si mauvais que ça à ce jeu là (et même s’ils tendent à s’y brûler de plus en plus les doigts), Hollande vient en réaction d’accélérer le processus législatif afin d’en finir vite.

Enfin d’accord, mais on ne peut pas accepter qu’ils en viennent aux mains !

Aux mains, définitivement non. Mais tu sais, il y a une certaine tradition en France pour les « dérapages violents » dans l’Assemblée. L’histoire du Parlement français en est truffé, au point que certains comparent très sérieusement l’activité législative à celle d’une guérilla. Ces évènements ne sont pas exceptionnels, même s’ils ne sont pas fréquents. Certains diraient que ça tient d’une façon très franco-française de faire de la politique : du conflit et des tensions. C’est un peu l’histoire du syndicalisme aussi. Dans l’imaginaire collectif, le Parlement devrait être l’endroit où par excellence les rapports humains se pacifient, en bannissant la violence par la discussion collective. Dans les faits, vu que c’est en ce lieu que sont arbitrés beaucoup de décisions importantes, les tensions y sont exacerbées. Bien que ce ne soit pas évident au premier abord, ces dérapages obéissent à un certain nombre de règles, souvent implicites. Et paradoxalement, ils participent à la bonne santé de la vie politique. Bon et puis, l’hémicycle est aussi un haut lieu du spectacle politique, et là, sans retransmission télé l’issue des débats aurait été différentes.

Je ne vais pas les plaindre mais, quand même, est-ce bien sérieux de débattre toute la nuit d’un texte de loi aussi important ?

Jacob a dit exactement la même chose cette nuit, pour demander une trêve nocturne. C’est vrai que la fatigue des uns et des autres n’aide pas à faire preuve de recul et mesure, les nerfs de tous sont mis à rude épreuve. D’autant que ce genre de débat nocturne coûte très cher en deniers publiques : toutes les (très nombreuses) petites mains du travail parlementaire sont alors logiquement payés en heures supplémentaires majorées. Mais il est souvent difficile de faire autrement vu le calendrier chargé de l’Assemblée. Bartolone a répondu que de son point de vue, il valait mieux faire valoir le principe de précaution, pour éviter une nouvelle journée de tensions dans la rue. Il a donc choisi de boucler la discussion dans la nuit : la séance a été levée à 7h30 ce matin. C’est une position qui se défend aussi. Ce n’était techniquement pas impossible de prendre un peu plus de temps (il était déjà programmé dans le calendrier) mais, encore une fois, il était dans l’intérêt du PS d’en finir vite.

J’entends bien tout ça. Mais quand même, n’était-ce pas un peu puéril de régir ainsi ?

Comme quoi, même avec tout ce qu’on peut savoir du fonctionnement de l’Assemblée, même si cette histoire est somme toute assez ordinaire, on peut encore avoir très légitimement honte de tout ça

 

Bonus. Quelques souvenirs d’altercations savoureuses : Villepin vs Hollande (2006), Jospin vs Boutin (2009).

 

Crédit photo : couverture du numéro 14 de la revue Parlement[s] « Violence des échanges en milieu parlementaire », 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *