Twittographie parlementaire (2). Être ou ne pas être

Dernièrement, alors que Twitter faisait son entrée dans le débat parlementaire, un journaliste est venu me poser une question saugrenue : « Pourquoi les députés ouvrent-ils un compte twitter ? ». Cette requête m’a surpris parce que, si je connais bien certaines raisons qui ont poussés certains députés à se positionner sur Twitter, mes connaissances se limitent à quelques uns d’entre eux, et me paraissait (jusqu’ici) tout à fait spécifiques à leurs propres situations.

Pour répondre à cette demande de généralisation, j’ai développé ce qui m’apparaissait sur le moment le plus plausible. Il me semblait que tous les députés se rassemblaient sur la perception de twitter comme un canal de communication supplémentaire. Les députés des circonscriptions les plus urbaines étant ceux qui a priori disposaient de l’électorat le plus jeune, le plus diplômé et le plus connecté, je faisais l’hypothèse qu’ils étaient ceux qui avaient saisi cet outil en priorité. Non pas nécessairement pour écouter ce qui s’y disait, ou engager un dialogue avec une frange spécifique de leur électorat, mais j’y voyais plutôt le résultat d’une certaine pression médiatique et électorale, exacerbée dans les zones les plus denses, les plus « chaudes ».

Pas tout à fait convaincu néanmoins (autant de lieux communs dans une seule hypothèse, c’est plutôt louche), j’ai alors produit cette carte et quelques variantes pour m’en faire une meilleure idée (produites avec le package CartoPOO sous R, dont je remercie chaleureusement l’auteur Joël Gombin pour son aide, sa patience et le fond de carte).

L’urbanité n’explique (vraiment) pas tout

MPs_tw_circo (v2) - réduit & légendé

(cliquez pour agrandir)

Ce qui saute aux yeux, c’est combien que je me suis trompé dans cette tentative d’explication (mea culpa). Rien que dans les grandes agglomérations françaises, excepté à Paris intra-muros, les députés n’ont pas systématiquement franchi le pas (si cela avait été le cas, nous aurions cinq encarts entièrement rouges).

En dehors de ces agglomérations, on peut évaluer sans trop se tromper le niveau « d’urbanité » des circonscriptions simplement en tenant compte de leur taille. J’explique : les circonscriptions électorales sont découpées de manière à ce que, en gros, il n’y ait pas d’inégalité flagrante entre les citoyens concernant leur « taux de représentativité législatif » (combien chaque député représente d’électeurs). Donc, on peut considérer que plus la circonscription est petite en surface, plus elle est dense, plus elle est urbanisée. On pourrait certainement chiffrer cela avec plus de précisions, mais 1/ les données publiques sont rares concernant les circonscriptions électorales françaises ; 2/ pour une analyse « à vue d’œil », c’est amplement suffisant.

Or, voilà, on observe que dans un nombre non-négligeable de circonscriptions rurales/peu urbanisées (c’est-à-dire les plus grandes d’entre elles), le député dispose d’un compte twitter.  Par exemple dans les régions Auvergne, Limousin et Bourgogne. Inversement, certains zone urbaines plutôt importantes manquent à l’appel : par exemple la côte basque, les régions de Lille et Lyon.

Il semblerait bien que (à vue d’œil) les raisons qui poussent les députés à ouvrir un compte twitter soient un tout petit peu plus complexes…

L’explication par l’âge

Avec une variante de cette carte, on peut aussi écarter l’hypothèse « digital natives« . Non, il ne semble pas (chez les députés au moins) (et comme il est communément admis) que Twitter soit « un truc de jeunes ».

MPs_age_circo (v3) - réduit & légendé

 (cliquez pour agrandir)

Évidemment, ce n’est pas la visualisation idéale pour traiter la question. Évidemment aussi, il n’y a aucune conclusion à tirer de cette carte vu qu’il n’y a ici aucune pondération (si les deux tranches d’âge les plus élevées paraissent sur-représentées, c’est surtout qu’elle sont déjà sur-représentées chez les députés). D’ailleurs, cette carte n’a qu’un faible intérêt parce que s’il fallait traiter sérieusement la question (en admettant qu’elle soit pertinente), c’est surtout à l’âge des collaborateurs qu’il faudrait s’intéresser.

Il n’empêche qu’il quand même très clair que la part des 54-74 ans ayant une existence sur Twitter n’est pas du tout anecdotique. Ce qui est déjà bien suffisant pour établir que l’âge des députés ne nous informe en rien (ou que très peu) sur leur propension à utiliser ou non Twitter (et on pourrait généraliser)…

La question de l’expérience

Par contre, le facteur « expérience du député » me semblait un temps autrement plus plausible. Dans mon billet précédent, je découvrais qu’il n’y avait jamais eu autant d’ouvertures de compte qu’à la veille d’élections nationales (ou considérées comme telles). J’ai alors fait l’hypothèse que les députés les moins expérimentés (et les novices encore plus que les autres) imaginaient avoir plus à gagner de Twitter pour élargir leur réseau et leur sphère d’influence, alors que les plus expérimentés étaient suffisamment établis pour y espérer un gain significatif.

MPs_nb_mandats (v2) - réduit & l&gendé

(cliquez pour agrandir)

Et bien, en dépit des mêmes défauts que la précédente, cette carte suffit à nous montrer qu’il n’en est rien. On y voit peu de députés ayant fait un seul mandat, la majorité ayant effectué deux ou trois mandats, un nombre non négligeable en ayant fait quatre, et quasiment aucun avec cinq. Autant dire que, sur cette variable, les députés ayant un compte twitter se répartissent de la même façon que les députés pris dans leur ensemble : autant qu’on puisse en juger à vue d’œil cette carte ne montre rien qui sorte de l’ordinaire. Autrement dit, le facteur « expérience du député » n’est pas significatif non plus.

Alors quoi ?

On pourrait certainement construire encore beaucoup de variantes de cette carte (si toutefois on avait les données pour). Mais il semble net que ces cartes ne disent pas grand chose … et c’est déjà beaucoup ! La question est plus complexe qu’il n’y paraît, il faut se résoudre à ne pas croire à l’existence d’une explication unique et définitive.

Attention, ce n’est pas que les variables explorées ici soient nécessairement sans effet, c’est simplement qu’une ne suffit pas expliquer seule et toutes les situations que représente 577 députés. Vraisemblablement, l’urbanité, l’âge, le nombre de mandats (et on peut d’ailleurs sûrement en trouver d’autres) participent ensemble dans une certaine mesure, à chaque fois dans des proportions différentes, chacune des 577 situations uniques.

Exister sur Twitter pour exister dans l’opinion

Tout ceci étant dit, je me fais la réflexion qu’il y a peut-être quand même une chose que partagent ces députés-twittos. Peut-être que ce qui les rassemble, c’est d’avoir simplement à moment perçu le potentiel offert par Twitter dans l’épanouissement et l’entretien des sociabilités avec la sphère médiatique, et (à tort ou à raison) cru pourvoir en profiter (d’une manière ou d’une autre).

Il faut reconnaître que Twitter est un catalyseur assez efficace, un rien peut faire que journalistes, blogueurs et autres faiseurs d’opinions s’intéressent à soi. C’est peu de choses, mais cela suffit souvent pour exister médiatiquement, c’est-à-dire rester bien vivant dans l’esprit de ceux qui relaient l’information à l’opinion. Et ce n’est pas si vain : mieux qu’un bilan positif de cinq années d’activité législative, pour gagner des points auprès de son électorat, rien ne vaut parfois une apparition télévisée.

Twitter est d’une certaine façon toujours un « appeau à journalistes » (l’expression n’est pas de moi, merci à qui je l’emprunte). C’est un « tout petit monde » (d’après la jolie formule de Pélissier et Gallezot) où se tractent les réputations, se forgent les sphères d’influences, se négocient l’espace médiatique à l’aide de clashs/de fuites/de buzzs. C’est une stratégie à deux bandes : exister sur Twitter pour exister dans l’opinion.

Alors, je me demande maintenant : 1/ qui sont les députés qui ne sont PAS sur Twitter ; 2/ qu’est ce qui différencie les comptes qui dorment de ceux qui sont actifs.

 

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « Twittographie parlementaire (2). Être ou ne pas être », LASPIC | Carnet [en ligne], 22 août 2013, URL : http://laspic.hypotheses.org/1652 (consulté le 23 mai 2017).


2 réponses

  1. Joël dit :

    Intéressant billet et, surtout, intéressante question !
    Quelques remarques :
    – les cartes ne sont AMHA utiles que concernant ta première hypothèse. Pour les autres hypothèses, un tableau croisé comparé à la distribution des députés (et un Khi2, si tu veux être très rigoureux) m’aurait semblé plus éclairant (mais tu le dis).
    – je me demande s’il ne faut pas renverser ta première hypothèse. Loin d’être destiné à leurs électeurs, le compte twitter des députés serait plutôt destiné à se forger une stature nationale, à communiquer auprès de ceux qui font cette stature : journalistes, autres députés, militants… Du coup, le fait d’avoir un compte (et de l’utiliser) serait lié au fait d’avoir un profil « national » plutôt que « local ». Reste à objectiver cela, et ce n’est pas évident, mais on peut penser à quelques pistes : activité parlementaire, nombre de mentions dans la presse nationale, activités au sein du parti, etc. Qu’en penses-tu ?

    • Jonathan Chibois dit :

      J’aime vraiment bien ta façon de renverser mon hypothèse de départ. Tu exprimes parfaitement l’idée floue avec laquelle je me débattais en répondant à ce journaliste.
      Seulement, je ne suis déjà plus du tout certain qu’on puisse si bien ranger les députés selon un prétendu profil national/local (comme je le disais ici un temps). En tout cas, il n’y a pas de frontière nette, rares sont ceux qui n’ont qu’un profil national, et pareillement rares sont ceux qui n’ont qu’un profil local. Ce serait plutôt deux pôles entre lesquelles se répartissent les 577.
      De plus, c’est peut-être moins une posture nationale qui est recherchée qu’une existence médiatique (ce qui revient un peu au même c’est vrai, mais je crois que la nuance importe). On peut chercher à être reconnu comme une figure sur Twitter dans une stratégie de publicisation à un niveau très local. Ce qui importe c’est de créer du lien avec la sphère médiatico-politique, c’est à dire comme tu le dis : journalistes, autres députés, militants. Ce que je veux dire en fait (mon hypothèse actuelle) est que Twitter est non pas perçu comme un canal de communication, mais comme une communauté à laquelle il faut appartenir (un réseau social quoi). En tout cas pour ceux qui utilisent (ont utilisé) leur compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *