Que signifie l’« open » de l’Open Data ? Du patch au hack, et de la publicisation à l’ouverture

5 novembre 2013
Par
But only the glasse please

« …but only the glass, please. »

Je cherchais l’autre jour (pour une communication à venir très bientôt >> #teaser) à définir l’Open Data, entendu en tant que cause (et pas en tant que norme).

Je crois avoir toujours eu une idée précise des tenants et aboutissants de ce mouvement, notamment parce que j’en partage une partie des valeurs. Pourtant, plus je m’attardais sur chacun des acteurs, moins je parvenais à me faire une idée homogène de l’ensemble, ce qui supprimait du coup toute possibilité d’en formuler un définition synthétique. Protéiforme, éclaté, interconnecté, l’Open Data est un mouvement qui, sur la base de racines communes, ratisse un champ large de problématiques sociales, politiques et culturelles (ce qu’on avait déjà entrevu ici).

J’ai alors entrepris d’aller chercher l’information à la source. J’ai pour cela rassemblé un échantillon de quatre documents (quelques uns m’ont été recommandés plusieurs fois) pouvant être considérés comme “de référence” sur la question des visées de l’Open Data, avec l’aide précieuse des tweets de Simon Schignard, Samuel Goëta, RaidKarD, Etalab et Seth van Hooland. Merci à eux !

  1.  O’Reilly Tim (2010), « Government As a Platform » (en accès libre) ;
  2.  Opening Knowledge Foundation (version 1.1), « Open Definition » (disponible ici) ;
  3.  Sunlight Foundation (2010), « Ten principles for Opening Up Government Information » (disponible ici) ;
  4.  OpeningParliament.org (2012), « The Declaration on Parliamentary Openness » (disponible ici) ;

Patcher ou hacker la démocratie ?

Au cours de cette lecture, j’ai été surpris de découvrir combien étaient indissociables les notions d’Open Data et d’Open Government. Ces deux notions ne sont pas deux applications différentes d’une même idée initiale. Quand on lit ces textes, et c’est particulièrement frappant dans celui rédigé par O’Reilly, on comprends comment l’un est la condition de l’autre, et comment l’autre doit enrichir le premier.

L’Open Government est, dans les versions les plus poussées, l’aboutissement et la raison d’être du mouvement Open Data. Dans ces versions là, l’Open Government n’est pas un gouvernement 2.0, mais un net changement de paradigme pour la démocratie. O’Reilly par exemple milite explicitement pour un gouvernement qui soit « a convener and an enabler rather than the first mover of civic action ».

L’Opening Knowledge Foundation (1.1) et la Sunlight Foundation (2010) représentent une vision au contraire dénuée de dimension politique. Pour ces deux organisations, l’Open Data doit avant-tout être une norme technique et juridique.

L’OpeningParliament.org (2012) représente une position intermédiaire. Il s’agit bien ici de se diriger vers « un meilleur engagement citoyen, des institutions plus réactives, et finalement une société plus démocratique ». Cependant, le nouveau modèle démocratique n’est pas à l’ordre du jour, il s’agit d’« améliorer », de « renforcer », d’« établir un dialogue (…) en vue d’une collaboration ».

L’Open Data est donc à chaque fois (plus ou moins selon) mis au service d’une cause démocratique. Il s’agit a minima de patcher la démocratie pour améliorer les défauts, a maxima de la hacker pour détourner (et finalement remplacer) un système politique défaillant.

Publiciser ou ouvrir l’action publique ?

Au cours de cette lecture, j’ai aussi appris que le concept d’ouverture (openness) lui-même ne fait pas l’unanimité. Par contre, le concept de transparence si, les exigences techniques et juridiques de la mise à disposition de l’information font l’unanimité. Ouverture et transparence désignent de fait deux concepts imbriqués, mais suffisamment distincts pour l’un n’appelle pas nécessairement l’autre.

Idéalement, transparence doit rimer avec ouverture, dans l’idée où l’accès permanent à une information de qualité doit permettre à chacun d’apporter sa pierre à l’édifice démocratique, d’être acteur plutôt que spectateur de la vie politique qui le concerne. Néanmoins, la situation de transparence sans ouverture n’est pas inimaginable dans la perspective des défenseurs de l’Open Data. À dire vrai, c’est même le degré minimal des revendications : que les instances étatiques ne s’ouvrent pas à la participation citoyenne est acceptable dans la mesure où la transparence de l’information suffit à exercer un contrôle sur les décisions prises et arbitrages effectués.

Pour O’Reilly (2010), l’ouverture est celle du mode d’action gouvernemental, qui doit idéalement être total. Dans cette idée, les représentants politiques doivent se désengager des processus décisionnels en tant qu’acteur, pour adopter une posture de « manager of a marketplace » ; l’action publique doit être pensée horizontalement et non plus verticalement ; et la participation citoyenne doit pouvoir trouver dans le système politique une plate forme ouverte d’organisation collaborative.

Pour L’Opening Knowledge Foundation (1.1) et la Sunlight Foundation (2010), l’ouverture est celle de l’information gouvernementale, et suppose à ce titre des normes techniques et juridiques. Il s’agit d’ouvrir au grand public des données qui sont actuellement bridées et/ou dissimulées.

Pour l’OpeningParliament.org (2012), l’ouverture est davantage synonyme de transparence. L’idée n’est pas ici de déposséder les représentants politiques de leurs pouvoirs décisionnels, mais on attends d’eux qu’ils publicisent d’une manière volontaire, honnête et permanente sur les données tout ce qui entoure les processus d’arbitrage. On recherche à « promouvoir une culture d’ouverture » autant que possible dans le cadre actuel de la loi.

L’« open » d’Open Data désigne en fait moins ce qui rassemble les différents acteurs de ce mouvement que ce qui les différencie. Deux états s’opposent alors. D’un côté l’exigence de publicisation de l’État (transparence sans ouverture), actuellement admis comme norme, où une certaine opacité est admise tant que les représentants politiques rendent publique de manière volontaire et honnête les données qui composent les processus décisionnels. D’un autre côté l’injonction d’ouverture de l’État (ouverture et transparence), qui acte les limites du principe de représentation et la confiance qui la sous-tends, où l’on entends alors redonner aux citoyens les rênes de la vie politique.

Petite cartographie synthétique

Faisons alors une hypothèse. Disons que ces deux remarques précédentes illustrent deux tensions qui structurent le mouvement Open Data. D’un côté il y aurait un axe où se répartissent les acteurs selon qu’ils proposent de patcher ou hacker le système actuel ; et dans le même temps chacun se positionnerait sur un second axe selon le degré d’ouverture vers lequel leurs revendications tendent.

Après avoir couché ces deux axes sur le papier, j’ai placé (en gras) les quatre documents précédemment évoqués. Ensuite, j’ai essayé de positionner les différentes organisations/associations/projets actifs en France et qui me semblait appartenir à ce mouvement, de façon à voir quelle cohérence tout cela pouvait avoir.

Nota : bien sûr, les placements ne doivent pas être lus en valeurs absolues mais en valeurs relatives. Autrement dit, ce qui importe est la situation de chacun par rapport aux autres sur un axe donné, et non pas son apparente position par rapport au centre et aux extrêmes sur cet axe.

 

Chibois - 2013 - petite carte de l'open data

(cliquez pour agrandir)

Brèves explications :

  • Dans ses statuts, l’association Regards Citoyens indique œuvrer d’abord pour « promouvoir par la pratique le libre accès aux données publiques et leur réutilisation, notamment pour des usages citoyens ou de contrôle des institutions », qui montre un souci d’améliorer la publicisation de l’institution parlementaire pour une implication citoyenne externe à la fabrication de la loi, mais pas de réformer. Une réalisation comme NosDéputés.fr montre que cet acteur participe aussi, indirectement, à un mouvement en faveur de l’ouverture de l’Assemblée, je le place donc à mi-chemin en publicisation et ouverture.
  • Pour sa part, la plate-forme Parlement & Citoyens ambitionne dans ses objectifs de « modifier en profondeur la nature des relations entre les citoyens et leurs représentants » et de renforcer la « légitimité des lois » « en ouvrant le travail législatif des parlementaires au grand public ». Sur ces deux niveaux, cet acteur est, à ma connaissance, le plus engagé en France dans la double démarche de hacking et d’openness. À ce titre, sa position n’est pas très éloignée de celle de l’OpeningParliament.org vu précédemment..
  • L’Etalab est le service du gouvernement spécifiquement dédié à la prise en charge des questions ainsi qu’à la mise en œuvre de la politique d’ouverture des données de l’État. Dans la circulaire du Premier ministre et son vade-mecum de septembre dernier, on lit que l’Open Data est associé à la modernisation de l’action publique, « levier de stimulation du dynamisme économique et de l’innovation ». L’ouverture largement évoquée est entendue cependant comme manière « de rendre des comptes, d’ouvrir le  dialogue, et de faire confiance à l’intelligence collective des citoyens », et non pas une ouverture des institutions aux citoyens.. L’Etalab serait alors l’acteur qui promeut plus que tous le patch (qui n’est pas incompatible avec une ambition réformatrice nettement affichée), en portant une vision politique de l’ouverture malgré tout plus marquée que ce que fait la Sunlight Foundation.
  • La Fing quant à elle est assez proche de l’Etalab dans l’idée du levier de transformation social et d’innovation économique. Néanmoins à travers son projet Innovations démocraTIC, elle voit qu’elle y associe l’émergence « de nouvelles conditions d’exercice de la démocratie locale ». À ce titre, et quoique de manière mesurée, elle se positionne plus dans un projet de hacking (comme Parlement & Citoyens) et dans une idée de l’ouverture assez partagée entre participatif et publicisation (comme Regards citoyens).
  • L’association OpenData France travaille à fédérer les actions des collectivités territoriales française, en faveur de l’ouverture de données publiques. On est ici loin d’une démarche de réforme du système démocratique, mais davantage dans un processus d’amélioration de la communication et de la diffusion des informations concernant l’action publique. En ce qu’elle est portée sur l’innovation, l’invitation à l’intérêt citoyen et la dimension territoriale, cette association a aussi une certaine affinités (avérée) avec l’Etalab.
  • Pour l’association LiberTIC, l’ouverture est d’abord celle des données et non pas celle des institutions, ensuite viendra une certaine transparence de de l’action publique. Sur ce point, elle se positionne d’une manière très semblable à la mission Etalab, mais ajoute en plus la composante e-democraty, ce qui la fait se rapprocher de la Fing.
  • Enfin, l’Association pour une démocratie directe adopte une position singulière. Bien qu’elle ne se place pas elle-même dans la mouvance de l’Open Data, mais s’y rattache par les dossiers qu’elle défend. C’est une association qui milite pour que l’Assemblée s’ouvre à forme de participation citoyenne : « Tous les citoyens ont le droit de concourir personnellement à la formation de la loi : c’est un droit constitutionnel ! », « Sans vouloir nous substituer aux institutions, nous, citoyens, espérons juste participer à raviver notre démocratie au sein du Palais Bourbon ». La vocation de cette association n’est pas de réformer un système, encore moins que tous les autres, mais de défendre le respect de règles établies.

Un continuum linéaire sur la question de l’Open Government

Cette spatialisation en deux dimensions a plusieurs mérites. Notamment, en admettant la pertinence de ces deux axes, on peut voir apparaître un continuum de postures entre deux extrêmes :

  • en haut à gauche la posture qui correspondrait aux revendications de ceux qui ne sont pas partisans d’un bouleversement profond du système politique actuel (patch), mais sont exigeant à ce que son fonctionnement soit optimal. Pour eux, l’information (data) doit être disponible pour tous, au service d’un contrôle citoyen éclairé, notamment en vertu des fondements constitutionnels des démocraties représentatives. Pour eux, les dispositifs techniques actuels permettent de simplifier la circulation des informations, leur traitement à grande échelle ainsi que leur mise en forme (dataviz) par tout un chacun.
  • en bas à droite, la posture qui correspondrait aux revendications de ceux qui entendent rénover le système politique actuel (hack), arrivé aujourd’hui en bout de course. Pour eux, la disponibilité de l’information est ce qui rend caduque le principe de la représentation politique d’une majorité par une minorité. Pour eux, les dispositifs techniques actuels ont la vertu d’offrir des outils pour dépasser la verticalité des modes d’organisation publiques actuels.

Aussi, si cette petite cartographie de l’Open Data ne semble pas dénuée d’intérêt, c’est pour une autre raison. Elle semble mettre en évidence les postures qui ne sont pas (ou peu) concevables :

  • d’abord, l’injonction d’ouverture ne semble pouvoir être synonyme d’une transformation à la marge du système politique actuel. Est-ce un aveu de la perception d’un État hautement refermé sur lui-même, si bien que l’ouverture ne puisse être conçue que comme une révolution ? Ou est-ce que pour les partisans d’un projet de patcher la démocratie, l’ouverture n’est pas si souhaitable ?
  • plus intéressant encore, la modification en profondeur du système politique actuel ne semble pas être compatible avec une démarche qui se contente d’affirmer les principes acquis de publicisation de l’action publique. Est-ce que dans le projet de hacker la démocratie, la publicisation n’a plus de raison d’être ? Ou, est-ce que la réforme n’est pas considérée comme nécessaire par les défenseurs d’une meilleurs publicisation ? L’Association Pour Une Démocratie Directe fait figure d’exception notable ici.

Enfin, apparaissent les quelques regroupements d’acteurs qu’il m’ont semblé émerger, sur la base de positionnements/partis pris similaires. Notamment, il y a une certaine continuité de fond qui rassemble quatre acteurs en particulier (Opendata France, Etalab, LiberTIC, Fing), qui forment un ensemble plutôt actif en France, qui se rejoignent sur la dimension innovante pour l’économie de la démarche d’ouverture des données.

Alors, que retenir ?

Au delà de cette petite et anecdotique cartographie, je crois important de noter que l’ouverture (openness) contenue dans le néologisme « open data » porte deux conceptions bien différentes, même si elles se rejoignent. Il faut distinguer dans les revendications des différents acteurs : d’une part l’ouverture des données, et d’autre part l’ouverture des institutions démocratiques. Les uns militent pour une transparence de la vie publique, les autres pour un nouveau pacte démocratique. Or rien n’oppose, ni ne rassemble franchement ces deux grandes revendications, au contraires elles agissent comme un cadre délimitant une infinité de postures possibles.

En définitive, la définition que je garde pour moi ressemblera à celle-ci :

L’Open Data est un mouvement militant en faveur de la transparence de l’action publique en démocratie, qui est homogène quant à ses fondements philosophiques et hétérogène quant à ses visées politiques. Tandis que les principes de mise à disposition sans contrainte, permanente et complète des données de l’État sont adoptés à l’unanimité comme principes fondateurs, la forme et l’ampleur de l’ouverture attendue du système politique actuel suscitent autant d’attentes différentes que le mouvement compte d’acteurs.

 

Merci mille fois à Pierre-Amiel Giraud qui dans un tweet m’a soufflé le titre de ce billet.
Crédit photo : “…but only the glass, please.” par Mr Beep (2009, tous droits réservés). Thank you to the author for his kind permission !


Jonathan Chibois

Chercheur en anthropologie politique, thèse en cours.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Opacité(s)

6 commentaires pour “ Que signifie l’« open » de l’Open Data ? Du patch au hack, et de la publicisation à l’ouverture ”

  1. Simon Chignard le 6 novembre 2013 à 23:41

    Merci Jonathan, un très bon papier et une bonne tentative de cartographie des acteurs de l’Open Data en France. Ca pourrait être intéressant d’y intégrer des mouvements sans doute périphériques mais qui revendiquent le terme et la philosophie d’open data dans leurs actions ou réflexions. Je pense notamment à l’initiative Transparence Santé, ou encore à Décider Ensemble – comment les classer ?

    Un petit point de désaccord: je ne te rejoins pas quand tu dis que l’OKF ou la Sunlight Foundation représentent une vision dénuée de dimension politique.

    Je pense au contraire que cette dimension politique est tellement intériorisée qu’elle n’est même plus communiquée aux tiers. L’ouverture est une certes une philosophie, mais c’est aussi me semble-t-il une idéologie. Ces organisations sont intiment persuadées de la supériorité – non seulement technique mais aussi morale – de l’ouverture. Ce sont un peu les “enfants perdus de la cybernétique” à la Norbert Wiener ;-)

    • Jonathan Chibois le 9 novembre 2013 à 18:42

      Merci Simon pour ce commentaire. Pardon d’avoir tardé pour la réponse (le colloque, toussa toussa…).

      Oui, y intégrer d’autres mouvements plus périphériques, j’y pensais aussi. Notamment, j’aimerais bien parvenir à positionner quelques représentants de l’Open Source et l’Open Culture. Par exemple, je crois qu’un Richard Stallman ou un Lawrence Lessig pourrait assez facilement trouver une place dans cette carto.

      Après avoir pesé le pour et le contre, je crois que j’adhère à ton idée d’intériorisation de la dimension politique chez des acteurs comme l’OKF ou la Sunlight Foundation, à tel point qu’ils ne la revendiqueraient plus explicitement. Je reconnais avoir fait peut-être trop confiance à des documents, déjà anciens, témoignant de prises de positions encore prudentes. Les sites internet sont effectivement aujourd’hui assez explicites sur leurs postures militantes respectives.

      Pour le coup, je n’ai plus tellement d’ardent défenseurs de la publicisation versus l’ouverture. Quelle pertinence garde donc cet axe ? À méditer.

  2. Jonathan Chibois le 9 novembre 2013 à 23:55

    Sur cette page, un échange sur Twitter qui vaut largement pour un commentaire, autour de la définition de l’axe patch/hack dit “échelle de radicalité politique”.

  3. Samuel Goeta le 12 novembre 2013 à 18:03

    Merci Jonathan pour ce billet. Un rapide commentaire du matin. Ce que j’apprécie particulièrement c’est que tu utilises ce blog comme il se doit, un endroit où discuter tes hypothèses. C’est utile à la société qui découvre tes travaux de manière plus légère que dans un long papier et utile pour ta recherche qui avance dans la discussion et la confrontation des idées. J’aimerais bien arriver à publier avec plus de facilité sur mon blog !

    Ta cartographie est intéressante (mais on a tendance à ne s’arrêter que sur ça). Je pense que l’axe patch/hack se tient, celui ouverture/publicization est encore trop abstrait à mon sens. Pense à écrire quelques mots de définition de tes axes sur la carte (même si ça brouille la lisibilité). Plutôt que de dire que tu cartographies la position de ces acteurs, écris le nom des documents que tu étudies directement. Certes elle perd de valeur rhétorique mais elle gagne en rigueur car c’est au final ta démarche.

    Le risque à assimiler une organisation à ses documents de définition, c’est de négliger qu’elles se présentent différemment selon les “scènes” (Goffman) dans lesquelles elles s’expriment. A l’OKF, il nous arrive régulièrement d’avoir un message différent selon à qui on s’adresse, bref d’adapter notre message à notre objectif et au destinataire et c’est tout à fait normal. Par ailleurs, prends garde à “désagréger les acteurs collectifs” (Dodier, merci Jérôme Denis pour cette réf) : les positions politiques varient selon les membres d’une organisation bien qu’on se reconnaisse autour d’objectifs communs. Là encore, c’est normal mais ta carto tend à donner l’idée qu’il y aurait des positions politiques communes entre les membres alors qu’on se reconnait autour d’objectifs communs. D’ailleurs, de ce que je vois, on évoque assez rarement nos visions de la démocratie ou nos points de vue politique à l’OKF car ça tendrait à nous diviser et ne nous fait pas avancer.

    Enfin, sur ta définition de l’open data, tu t’arrêtes trop il me semble au mouvement et pas aux autres dimensions du terme : http://coulisses-opendata.com/2012/11/21/open-data-des-termes-aux-multiples-dimensions/.

    Au plaisir de te lire et d’en discuter prochainement

    • Jonathan Chibois le 13 novembre 2013 à 17:37

      Oui, encore une fois (et même si beaucoup de l’intérêt du billet y réside) cette cartographie est et doit rester anecdotique, comme sont et doivent l’être toutes les cartographies de ce genre (vues ici et ailleurs). La principale limite à mes yeux de ce type de représentations tient en ce qu’elles conduisent à simplifier outrageusement une réalité complexe dans un système à base de binarismes. Il faut du coup faire très attention à être clair sur ce qui est représenté, et donc sur ce qui y est dit et ce qui n’y est pas dit (là dessus, je reconnais que ma carte est largement perfectible). Mais, en dépit des risques associés, c’est un exercice que malgré tout j’aime bien. C’est un outil de réflexion qui invite/incite à creuser, articuler, organiser sa compréhension des choses. Et puis, aussi réducteur que ça puisse être, c’est une manière d’y faire émerger des traits saillants, c’est-à-dire en somme d’y produire une synthèse.

      Tout ça pour dire que j’ai bien conscience des crispations/frustrations que peuvent susciter ici et là cette cartographie. Mais soyons bien d’accord qu’elle ne vise ni à positionner chacun sur un échiquier politique, ni à catégoriser chacun dans une posture qui les figeraient. La vocation de cette carte est étroitement lié à ma tentative annoncée de définir/circonscrire/appréhender un mouvement dont une particularité saillante est justement son éclatement. Il s’agit alors de positionner chacun des acteurs les uns par rapport aux autres, de telle manière qu’on puisse appréhender le mouvement d’un coup d’œil global.

      Dans cette perspective, il me semble que s’attacher à des documents fondateurs trouve justement son intérêt. J’explique. J’entends très bien les judicieuses critiques de Goffman et Dodier que tu avances. J’entends bien aussi qu’au nom de la cohésion d’une organisation comme OKF, chacun préfère garder pour soi ce qui est susceptible de diviser le groupe, pour mieux s’entendre sur tout ce qui le rassemble. Mais alors, c’est très précisément parce que ces acteurs moraux sont constitués d’un groupe de personnes hétérogène, que je pense utile de mobiliser ces documents de définition, comme les statuts d’association ou les manifestes. Ce type de documents n’est pas autre chose que la forme écrite du contrat passé entre les membres actifs de ces acteurs collectifs. Ce sont des chartes morales, qui donnent à voir la convergence à un moment de plusieurs trajectoires individuelles autour d’une vision commune, d’un projet à plusieurs. D’un certain point de vue, ces documents acquièrent même une valeur unique et précieuse à prendre en compte d’un point de vue de la justesse de la réalité décrite. C’est en effet la seule trace écrite concernant les valeurs et fondements de l’entreprise collective, dont on est, en tant qu’observateur extérieur, certain de l’adhésion unanime, à un instant t, de l’ensemble des membres qui s’en réclame. Autrement dit, en assimilant un acteur collectif à sa “charte” il n’y a pas de faux procès possible.

      Après, évidemment que ce type d’analyse à ses limites. La première étant que ces chartes n’étant que rarement mises à jour, elles ne donnent absolument aucune idée de la manière dont inévitablement l’organisation évolue. Mais voilà, je ne me place pas ici (pour une fois) dans le registre de l’action, mais bien davantage dans celui de l’analyse de postures idéologiques/ontologiques. C’est en cela d’ailleurs que précisement la définition proposée ne traite pas de l’opendata, mais du mouvement Open Data (mais je conviens que mon billet manquait nettement de clarté sur ce point).

      Par contre, je te rejoins sur le constat de l’inadéquation de l’axe publicisation/ouverture. Il n’est pas tellement à propos, et reste très conceptuel. C’est un peu ce que dit Simon au dessus. Suite aux discussions de Clermont-Ferrand, je réfléchis à le remplacer par un axe innovation économique/innovation politique. Je crois en effet qu’il y a une ligne de rupture à ce niveau là qui est assez nette quand on compare l’Open Date dans ses versions française et étatsunienne (mais du coup, la carte ne ressemblerait plus du tout à celle-ci). Qu’en penses-tu ?

      Enfin, merci infiniment d’avoir pris le temps de rédiger ici tes réserves. C’est en discutant que la réflexion s’affine. Ces commentaires sont donc très précieux. N’hésite pas pas alors à prolonger… :)

  4. […] Chibois, chercheur en anthropologie politique, défriche pour nous dans le cadre de l’élaboration de sa thèse, les tenants et aboutissants de l’Open […]

Laisser un commentaire

Logo Openedition
Vous pouvez vous abonner à ce carnet, en cliquant ici.

Licence Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.


Carnets de recherche