L’histoire de l’homme qui se croyait sans étiquette politique

 

© Séverin Millet pour "Le Monde"

© Séverin Millet pour Le Monde.fr

Il était une fois un jeune homme sollicité pour une candidature aux élections municipales. On frappe à sa porte, on en appelle à son civisme, on lui dit que son aide serait bienvenue pour renverser l’équipe municipale en place. Le maire sortant, un incorrigible autocrate encarté à l’UMP, règne sur la commune depuis une grosse trentaine d’année, mais aujourd’hui vieux et malade il cède sa place à sa première adjointe. Le moment paraît opportun pour renverser ce régime, et ramener un peu de démocratie locale. C’est un projet qui plaît à ce bonhomme. Un peu fier qu’on en appelle à lui, il dit oui et s’engage.

La liste qu’il rejoint n’est pas celle montée par une bande de copains, et pas non plus par un réseau militant. C’est un petit groupe de personnes rassemblées autour d’une même envie de participer aux affaires de la commune, et aussi de faire bouger deux-trois petites choses. Lors de la première réunion de l’équipe, notre homme ne connaît pour ainsi dire aucun de ses comparses, et il semble ne pas être le seul dans ce cas. À cette occasion, il est décidé à l’unanimité de ne donner à cette liste aucune étiquette politique. Il faut dire que dans une commune d’un peu plus de 1 000 habitants, les compétences, motivations et disponibilités citoyennes sont trop peu répandues pour faire la fine bouche. Il n’est déjà pas si évident de trouver dix-neuf candidats qui acceptent de travailler ensemble, alors en plus attendre d’eux qu’ils soient de la même chapelle confine à l’impossible. Au delà de ces considérations arithmétiques, il y a dans ce groupe l’idée partagée que les habitants de la commune méritent de participer aux décisions qui les concernent. Dans une telle optique de rassemblement, les logiques de parti n’ont pas réellement de sens, surtout à cette échelle.

Croyaient-ils en tout cas. Le fait est que les nouvelles règles de scrutin imposent dorénavant aux listes des communes de plus de 1 000 électeurs de déclarer leur appartenance partisane lors du dépôt des candidatures à la préfecture. La grille proposée comporte dix-sept possibilités. Si elles ne le font pas, elles ne sont pas invalidées, mais les services de la préfecture ont pour consigne de remplir à leur propre appréciation le champ manquant. Pas de quoi se tracasser rassure-t-on, il ne s’agit que de fastidieux exercices statistiques. En attendant, impossible de passer outre, et étant donné que cette disposition n’a pas été trop publicisé, beaucoup se sont retrouvés au pied du mur. Évidemment, à choisir, il vaut bien mieux définir soi-même son étiquette, plutôt que prendre le risque en campagne électorale de s’en voir imposer une qu’on ne puisse assumer.

C’est ainsi que notre homme s’est retrouvé candidat « Divers droite », sans trop de possibilité de faire marche arrière. Et dire qu’il ne se considère même pas électeur du PS… Que s’est-il passé ? La tête de liste et son premier colistier ont donc dû faire un choix à la préfecture. Non pas un choix partisan, ou un choix idéologique, mais un choix stratégique. Quel fût-il ? Déjà, pour une liste de rassemblement, les étiquettes les moins consensuelles étaient d’office exclues. Pour ce qui est de l’étiquette PS, il n’aurait pas fallu s’exposer inutilement à un vote sanction. « Divers gauche » de son côté avait peu de chance de convaincre les indécis dans une commune où les retraités composent une grande part de l’électorat. L’étiquette UMP n’était guère mieux vendeuse, opter pour celle-ci aurait pu fâcher le noyau de jeunes actifs parents d’élèves à l’origine de la dynamique de cette liste. L’étiquette « Divers » est bien trop fourre-tout, il n’est jamais bon de se revendiquer parmi les inclassables (pour ne pas dire les marginaux). En conséquence, l’étiquette Divers droite s’est imposée comme une évidence. Les deux autres listes en concurrence dans la commune ont aboutit à la même conclusion. On n’évalue pas à sa juste valeur le potentiel rassembleur de l’étiquette Divers droite…

Donc, non seulement notre bonhomme se retrouve candidat Divers droite, mais en plus tous allaient devoir voter Divers droite ! Lui, sa femme et ses amis. La pilule était amère. Oh ! Il savait bien que les statistiques étaient nécessaires, et qu’il ne fallait leur donner plus d’importance qu’elles n’en n’avaient. Mais il percevait bien, quoique confusément, que pour de nombreux décideurs ces statistiques valaient une fidèle représentation de l’opinion publique. Il entendait aussi ceux qui disaient qu’en politique, il fallait à un moment savoir se positionner clairement. Mais il devinait bien que c’était une manière de l’obliger à entrer dans un jeu dont il tentait justement de s’extraire en s’engageant à l’échelle de sa commune. Ce gars avait l’idée d’expérimenter une pratique politique ancrée sur le terrain, déconnectée des enjeux vaporeux d’une politique d’État, le voilà rattrapé par le système qu’il fuyait. Sa voix et celle de ses proches seront comptabilisées à droite, et donc tout son engagement finalement participera ironiquement d’une défaite cuisante de la gauche. Avec le sentiment net de s’être fait avoir, il jura – mais un peu tard – qu’on ne l’y reprendrait plus.

Morale de cette histoire

Quelle est la leçon de cette courte fable ? Aujourd’hui et en France (à tout le moins), il est impossible de participer aux affaires de la cité en demeurant extérieur aux rivalités des grandes chapelles nationales. Cet état de fait ce n’est pas la démocratie qui l’engendre, le partisanisme n’est pas une conséquence inéluctable de tous les systèmes politiques qui s’appuient sur le principe du peuple souverain. Ce n’est pas non plus le mode de scrutin qui est en cause, brandir une bannière idéologique n’est ni nécessaire ni forcément utile pour constituer une liste cohérente. C’est encore moins une caractéristique propre à l’homo politicus, il n’est pas inévitable de recourir aux logiques de parti pour gérer les affaires publiques. Ramener sans cesse le débat à une bataille entre une poignée d’acteurs politiques bien identifiés n’a rien de normal ou de naturel, c’est un procédé qui sert une cause.

Cette cause il faut la chercher du côté de la propension d’un État à s’introduire sur toutes les scènes de la vie publique pour le segmenter et le catégoriser, ce qui passe (entre autres) par l’obligation à toutes les échelles de la tenue d’un débat partisan (fût-il artificiel). En s’imposant ainsi, ce dernier politise opinément la vie publique des petites municipalités en fragmentant ses forces citoyennes actives, mais aussi l’opinion publique. La tenue de débats qui ne soient pas étiquetés pose problème à l’État démocratique. Que chacun doive se positionner dans ce système de valeurs, lui permet d’actualiser la nécessité de son existence et la pertinence de ses institutions. En démocratie, l’État n’a-t-il pas précisément pour fonction de se porter garant du respect des règles du jeu du débat idéologique ? Alors, bien qu’il n’existe pas une seule manière de mettre en œuvre le principe démocratique, on voit que l’État n’aime pas voir son monopole concurrencé sur ce terrain là.

On notera en passant que dans une certaine partie du territoire, l’État ne fait pas autant d’effort pour imposer sa façon de voir.  Dans les communes de moins de 1 000 habitants (a priori celles que l’on trouve dans les espaces les plus ruraux), il est encore possible de se porter candidat sans étiquette. Faut-il voir un signe du désengagement de l’État à cette échelle des affaires publiques ?

 

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « L’histoire de l’homme qui se croyait sans étiquette politique », LASPIC | Carnet [en ligne], 3 avril 2014, URL : http://laspic.hypotheses.org/2261 (consulté le 23 mai 2017).


1 réponse

  1. 3 juin 2014

    […] de non-faits divers, d’islamophobie, d’écriture féministe, d’étiquette politique, de zone euro, de violences domestiques, d’avenir de la France, de réécriture politique de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *