Lire et écrire suffit-il pour utiliser les ordinateurs ?

« Internet is a series of tubes » de Eirik Solheim (CC-by-sa 2.0)

 

J’ai lu « Streaming fury : les définitions du streaming et les représentations de ses usage(-r)s » sur le blog de Fred Pailler, et en guise de synthèse personnelle je m’autorise à en reproduire quelques extraits ici (au risque peut-être d’en remodeler outrageusement le propos), agrémentés de quelques remarques, commentaires et approbations.

Rappelons en quelques mots ce dont il s’agit : Fred réagit à la publication sur le site Écrans.fr d’une infographie à visée pédagogique (semble-t-il) distinguant les « trois systèmes d’échanges en ligne », ceci fait suite à l’affaire des serveurs fermés de Mégaupload. Il montre que dans ce document la technologie streaming est présentée de façon abusivement simplifiée ce qui n’est pas du tout anodin : plutôt qu’une description « objective » d’une réalité technique, on a ici affaire à un discours orienté, reflet d’une idéologie diffusée par un certain nombre d’acteurs politiques et commerciaux.

« Cet « effet streaming » est avant tout un discours sur la technique plutôt qu’une description objective de celle-ci. En somme, ils [les internautes] savent faire la différence entre une représentation d’une procédure technique dans une interface et la procédure technique elle-même. […]  La différence […] tient dans ce que veulent bien raconter les interfaces, et comment ces dernières permettent à l’utilisateur de se représenter les activités qu’il mène en ligne, pas dans ce que l’observation de la machine elle-même lui aurait laissé entrevoir »

Aussi évidente qu’elle puisse être cette notion de discours sur la technique, je trouve lumineuse cette manière de poser linguistiquement une question d’usage (tout est discours). Qui dit discours dit locuteur, et surtout émetteur si l’on tient compte de la relation asymétrique de la relation de communication ici en jeu (les mass media studies auraient certainement un mot à dire sur la question). L’existence de cet émetteur permet une compréhension nouvelle de l’interaction homme-machine, pour peu que l’on se donne la peine de l’identifier. Concernant le streaming, on observe ainsi une incursion des « industries culturelles » au cœur des usages, usant d’approximations sémantiques et d’une « pacification » de l’interface1 pour influer sur la perception inconsciente de l’univers des usages possibles (et des impossibles) chez les utilisateurs.

« Faut-il pour autant blâmer ce genre d’innocence dont font preuve autant l’infographiste que l’admin quant aux interfaces des produits informatiques ? N’est-ce pas un peu geek, ou nerd, ou, pire encore, « ingénieur » et hautain, que de penser que tout le monde devrait savoir que les interfaces ne décrivent pas forcément clairement ce qu’il se passe dans la machine, qu’elles sont ou sollicitent des représentations de la technique ou des pratiques qui peuvent être fantasques ou décalées par rapport à ce qu’il se passe dans la machine ? […] @politechnicart rappelait que l’on observerait des pratiques dans tous les cas, que leur existence ne dépendait pas de la « vérité » des définitions employées quant aux appareils et aux technologies »

Également, j’adhère entièrement à la métaphore de l’interface qui raconte une histoire, pour qui veut/peut bien la croire. Est-ce pour autant que la dimension fictive du récit offert par l’interface ne peut apparaître qu’aux usagers avertis ? Les utilisateurs novices sont-ils pour autant naïfs au point de prendre pour argent comptant cette vérité servie sur un plateau ? Je ne saurais trop répondre, mais j’ai quand même tendance à me méfier des oppositions trop faciles. Il semble en revanche plus certain qu’une interface bien léchée, sans scories, « naturelle » suscitera moins d’occasions de s’interroger sur la réalité des technologies employées. En ce sens, pacifier les interfaces, c’est imposer une restriction d’usages : en gommant la machinerie, on efface une partie de la marge de manœuvre de l’utilisateur. Il en résulte des usages prévisibles, sécures (sécurisés ?), c’est-à-dire cadrés et normés.

J’ai par contre quelques difficultés à saisir les implications de l’argument rapporté de @politechnicart. Est-ce une manière de signifier que la fin justifie les moyens, c’est-à-dire que peu importe ce qui est raconté aux usagers, et même s’ils sont d’une certaine manière manipulés, que peut-on trouver à dire si ces derniers y trouvent leur compte ? Ou est-ce plutôt un appel à nuancer la question de la vérité, au risque de sombrer dans un relativisme culturel, où rien n’est plus comparable ni analysable, position idéologiquement confortable, mais heuristiquement stérile ?

« Il faut considérer que savoir simplement lire et écrire […] ne suffit pas pour utiliser les ordinateurs et le web, qu’il faut développer une certaine naïveté/incrédulité (et donc une culture) vis-à-vis des interfaces, ne serait-ce que pour les comprendre »

J’approuve, mais en partie car faut-il encore préciser de quel public parle-t-on. Il est clair effectivement que l’utilisateur averti devra faire un effort pour temporairement désapprendre ce qu’il sait de la « vérité technique » pour accéder à la logique de l’interface dont il souhaite se rendre familier, car elle pourra être elle-même totalement opposée à la première. En revanche, cet argument me semble faible concernant l’usager novice, à qui les interfaces user-friendly sont d’abord destinées : tout est justement prévu pour qu’aucune culture ne soit nécessaire pour la mise en œuvre des outils informatiques lambda2. Les procédures techniques, le vocabulaire, les concepts informatiques ne tendent-ils pas à singer la vie quotidienne dans le but d’une transition indolore ? Au contraire si pour les usagers novices « savoir simplement lire et écrire ne suffit pas pour utiliser les ordinateurs et le web », c’est justement parce que les interfaces ne sont pas encore suffisamment user-friendly (voir précisément l’exemple d’Itunes qui indique un « fichier manquant »), parce que les designers/ergonomes n’ont justement pas encore atteint cet idéal.

« Au-delà, donc, du mensonge initial sur la nature du mode de diffusion des contenus en ligne, il existe en plus une invisibilisation grandissante des zones de l’ordinateur personnel dans lesquels se passent des opérations qui étaient jusque là aisément accessibles. […] C’est avant tout un rôle de garde-fou technique : […] donner accès […] tout en laissant penser que l’on ne peut pas les manipuler, puisque l’interface ne le dit pas. Hors de l’explorateur de fichiers les fichiers […] n’en sont pas vraiment, et hors des procédures effectives de manipulation, de copie, de collage de renommage, etc., les contenus perdent une certaine matérialité documentaire. […] Le problème du cloud reste que les [usagers] deviennent autorisés à accéder à leurs propres données (illégalement acquises ou non), plutôt qu’ils n’y accèdent par leurs seules compétences techniques : l’autorisation d’accès s’obtient, la compétence s’acquière. »

Je me permets ici de couper dans le texte sans lésiner, dans l’espoir de faire apparaître la dimension générale du propos, qui est tout à fait intéressante. Je trouve convaincante cette fin de la démonstration, mais reste un point qui reste encore flou à mes yeux : dans cette aliénation des usagers ici décrite, quelle est la part de servitude volontaire ? Alors que pour ma part j’aurai tendance à penser cet état de fait dans des perspectives négociées (je cède des libertés dont je me moque pour en gagner d’autres qui m’intéresse mieux), Fred semble préférer une perspective mi-bourdieusienne mi-marxiste articulant exclusivement l’analyse sur le rapport domination où la figure de l’usager est écrasée. On se demande alors où est l’usager acteur ?

Enfin, bien que paradoxale, la perte de matérialité des documents immatériels me semble bonne à penser. Mais faut-il croire alors que la matérialité n’est que la manipulabilité ? Si non, que reste-il ? Et que penser de la création de matérialité de documents immatériels (l’exemple type étant le mail important que l’on imprime pour l’archiver) ? C’est un vaste sujet qu’il me reste à explorer…

 

Édit du 10 février, Fred Pailler publie – fort aimablement :p – sur son blog une réponse : « streaming fury 2 : la mise au point du règlement de compte du retour de la vengeance ».

  1. Ou ai-je donc piqué cette notion délicieusement hypocrite/perfide/sournoise ? []
  2. Peut-être serait-il bon d’ailleurs de préciser ce qui doit être entendu par « utiliser les ordinateurs et le web » []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *