Twittographie parlementaire (1). Une stratégie électorale

J’initie ici une série de billets où je m’essaye à l’analyse de données issues de Twitter, dans l’idée d’explorer les usages effectifs qu’en font les députés.
Mais a
vant tout autres choses, je me dois rendre à César ce qui appartient à César.
Sans l’association Regards Citoyens et son gazouilleur, mon corpus de données n’existerait tout simplement pas. Sans l’expertise, la patience et la disponibilité des membres de StackOverflow, je serais de plus bien incapable d’en tirer quelque chose d’exploitable.
Merci infiniment à eux !

Inscriptions sur twitter par les députés

(Cliquez sur l’image pour agrandir)

Ce que ne dit pas cette courbe

Avant d’essayer de lire ce que dit cette première courbe, soyons bien clairs sur ce qu’elle ne dit pas. Le corpus de données qui a servi au tracé n’est ni plus ni moins qu’une photographie à un instant t (début mai 2013) d’une liste de députés en cours de mandat. De ce fait, les comptes twitter des députés non-réélus de la législature précédente (entre 2007 et 2012) ne figurent pas.

Il ne faut donc surtout pas lire « en 2010, les députés twittos étaient au nombre de cent », parce qu’il y en avait probablement bien moins à cette période : il semble que les députés sortants aient été (dans leur ensemble) bien moins micro-blogueurs que les nouveaux entrants. Autrement dit, en 2010, il est vraisemblable qu’une partie de cette centaine de comptes appartenaient à des futurs candidats aux élections législatives. Il serait d’ailleurs intéressant (à condition d’avoir les données) de savoir parmi tous les candidats aux élections législatives ayant eu un compte twitter, quelle proportion d’entre eux a été effectivement élue. Bref. Il faut lire ici « en 2010, les députés actuels étaient déjà une centaine à avoir un compte twitter ». Nuance subtile, mais importante.

Ce que dit cette courbe

Entre 2008 et 2013, la progression du nombre de comptes fait apparaître trois phases distinctes :

  • (mai 2008 – mars 2010) Parmi les députés de la XIVème législature, le compte le plus ancien date de mai 2008. À partir de là, la croissance du nombre de comptes créés est relativement constante, semble s’accélérer sur la fin, et s’arrêter en mars 2010 pour un total de près  d’une centaine. Que s’est-il passé en mars 2010 qui puisse expliquer cela ? Le projet de loi LOPPSI à ce moment discuté à l’Assemblée nationale contient une part d’explication, parce que fût particulièrement suivi et commenté sur Twitter par les internautes. Par contre, cela ne permet pas d’expliquer le gel de la dynamique d’inscription dans les mois qui suivent. C’est le déroulement des élections régionales qui semblent l’explication la plus convaincante, les candidats s’étant inscrits sur Twitter dans une stratégie électorale, motivation qui disparut de fait après le scrutin.
  • (avril 2010 – juin 2012) Au cours de la seconde période, on voit près de la moitié des députés-twittos actuels (150 sur environ 360) s’inscrire durant les dix mois qui précédent les élections législatives de 2012. Encore une fois cette forte progression (au mois de mars 2012 on compte plus de 30 nouvelles inscriptions) cesse brusquement une fois le scrutin passé. Voilà qui va dans le sens de l’hypothèse précédente. Également, il est notable qu’à nouveau les inscriptions s’accélèrent au cours des tout derniers mois avant le scrutin. Voilà qui laisse supposer que cette démarche relève moins d’une stratégie anticipée que d’une nécessité qui s’impose progressivement au fur et à mesure que l’échéance se rapproche.
  • (juillet 2012 – février 2013) La troisième phase est un peu différente. Plus courte, elle ne s’étale que sur huit mois, elle commence par une période de gel (ou de saturation des inscriptions possibles) mais ne présente pas de phase d’accélération, elle enregistre une faible progression avant de se stabiliser et ne se termine pas par un scrutin. Quel sens donner à cela ? On pourrait peut-être y voir les prémices de la mobilisation et contre-mobilisation autour du mariage pour tous, certains députés anticipant la bataille à venir et pressentant la nécessité pour la défense de leur causse de diversifier leur réseau (toutes autres suggestions sont bienvenues).

À ce sujet, on peut d’ailleurs noter que ce projet de loi pour le mariage pour tous, de février 2012 à mai 2012, n’a pas été l’occasion d’une quatrième phase. Ce qui m’amène à terminer sur deux observations. Premièrement, les députés ayant participé à faire de Twitter une caisse de résonance aux débats dans l’hémicycle étaient déjà préalablement inscrits au service, ces twittos connaissaient donc déjà l’outil (même à minima). Deuxièmement, cette incursion de Twitter dans le débat parlementaire n’a pas eu pour effet de susciter de nouvelles ouvertures de compte, c’est-à-dire que les députés non-twittos n’ont (semble-t-il) pas ressenti la nécessité d’entrer dans la danse.

 

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « Twittographie parlementaire (1). Une stratégie électorale », LASPIC | Carnet [en ligne], 4 juin 2013, URL : http://laspic.hypotheses.org/1596 (consulté le 23 mai 2017).


4 réponses

  1. alban dit :

    Excellent !

    A mon avis, ça serait encore plus pertinent/parlant d’analyser l’activité de ces comptes : nombre de tweets, évolution du nombre de followers/désabonnement:)

    A bientôt

    Alban

    • Jonathan Chibois dit :

      Merci. :)
      Oui, il y a potentiellement beaucoup de choses à analyser… je vais y venir progressivement !

  2. Chouette ! J’ai hâte de lire la suite :).

  1. 21 mars 2014

    […] qui avait relayé une visualisation des données de juin 2012 avec Gephi par Ewen Gallic, chez Jonathan Chibois, qui travaille sur ces données en conservant une perspective longitudinale, ou chez Baptiste […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *