Twittographie parlementaire (3). Urbanités

On a vu dans le billet précédent que Twitter n’était pas l’affaire des seuls députés urbains. Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part je suis resté quelque peu sur ma faim. Cette histoire d’urbanité ne me semblait pas mériter d’être mise aussi vite au rebut. Je me suis mis en tête d’y regarder un peu plus sérieusement.

Quand il faut créer son propre jeu de données

Sauf que voilà, si on trouve assez facilement des données sur internet concernant les députés (sur le site de l’Assemblée nationale pour ne citer que lui), mes recherches sont restées tout à fait vaines pour ce qui est des unités administratives que sont les circonscriptions. En fait, les seules informations que l’INSEE met librement à notre disposition, ce sont c’est les données détaillées de population pour chaque tranche d’âge, sexe, etc.

À bien y regarder, c’est maigre mais c’est déjà un bon début pour le problème qui nous concerne. Avec les données de population, il nous suffirait simplement de connaître la surface de chaque circonscription pour disposer des densités de population. Et alors, même s’il existe sûrement des indicateurs meilleurs, comme critère d’information du taux d’urbanisation d’une zone géographique, c’est déjà pas mal du tout.

Ces indications de surface existent certainement quelque part, mais évidemment elles ne sont pas disponibles au commun des mortels. Qu’à cela ne tienne, avec un fond de carte, un système d’information géographique (SIG), et un peu de temps, on peut sans trop de difficultés remédier à cela.

Le fond de carte était ici ; le SIG était celui-ci ; et l’auteur, c’est moi. Après quelques nuits blanches, je suis finalement parvenu à : 1/ effectuer le géoréférencement du fond de carte (projection Lambert93), 2/ corriger deux-trois petites erreurs de polygones, et 3/ calculer toutes les surfaces qui nous intéressent. Tous les détails ainsi que les fichiers amendés sont à disposition ici (servez-vous, c’est fait pour cela).

De l’intérêt de s’intéresser aux taux d’urbanisation

Ceci étant réglé, le reste suit. Répartissons les 534 circonscriptions métropolitaines en 9 groupes de densités (de 0-5000 hab/km² à 40.000-45.000 hab/km²), et visualisons

 

repart_densityOn apprends que les circonscriptions se répartissent grosso modo en deux groupes. D’un côté 90% des circonscriptions de moins de 5000 hab/km², groupe dans lequel on trouve près de 90% de la population également. D’un autre côté celles que l’on pourrait qualifier de denses à très denses, qui ne concernent que 10% des circonscriptions, et dans lesquelles on trouve près de 10% de la population. En somme, sur ce critère les circonscriptions se répartissent de façon moyennement homogène : si la grande majorité se retrouve dans un seul intervalle de population, celui ci est malgré tout plutôt vaste (donc fourre-tout) et en outre les exceptions ne sont pas si rares (10% c’est dur à ignorer).

On peut aussi (par exemple) observer comment se répartissent les députés dans les commissions permanentes, selon le taux d’urbanisation de la circonscription. .

Attention : pour faciliter la lecture, ce ne sont plus 9 intervalles égaux de densités de population mais 12 intervalles inégaux, de façon à ce qu’ils soient constitués à peu près du même effectif. Considérons donc que désormais (pour la suite) nous avons 12 groupes dans lesquels se répartissent presque uniformément en nombre les circonscriptions.

MPs_comper density(Cliquez pour agrandir)

Dans ce tableau, pour chaque commission, j’ai mis en évidence lesquels de ces 12 groupes en constituait l’effectif majoritaire. On remarque que :

  • la commission des affaires économiques, celle de la défense, celle du développement durable ainsi que celle des finances sont plutôt délaissées par les députés des zones les plus denses.
  • la commission des affaires étrangères est à l’inverse sous-représentée en députés des zones les moins denses ;
  • les commissions des affaires culturelles et éducation ainsi que celle des affaires sociales apparaissent occupées par les députés des villes de moyennement à densément peuplées ;
  • et finalement, du point de vue de la répartition métropole/ville/campagne, c’est la « prestigieuse » commission des lois qui apparaît comme la plus homogène.

En bref, il y a certainement plein de pistes à explorer avec de telles données. Mais, pour ma part, je m’arrête là.

Et Twitter alors ?

Revenons à présent à nos moutons. Dans le billet précédent, on se demandait si le caractère urbain de la circonscription d’un député le poussait (pour une raison ou une autre) à le faire s’ouvrir un compte twitter.

Dans ce tableau, j’ai calculé, pour chaque groupe, le taux de députés sur Twitter par rapport au nombre total de député :

MPs_tw density2

Il semble donc bien qu’il y ait quelque chose à dire. Ce tableau nous montre que oui grossièrement plus la population d’une circonscription est dense (et donc que le taux d’urbanisation est élevé) plus le député a tendance à adopter twitter.

Mais il faut être quand même prudent, pour que cela soit valable, il ne faut pas y regarder de trop près. Déjà, sans regarder en détail, on oublierait vite les densités de 0 à 40 hab/km² ne sont pas les moins dotées en députés-twittos. De fait, la progression de 52,5% à 97,1% n’est pas franchement linéaire mais plutôt chaotique avec plusieurs ruptures (à 71,8% et 69%), sans que rien ne semble pouvoir le justifier. Je n’ai pas d’explications particulières à donner à cela, mais je crois surtout qu’il ne faut surinterpréter ces résultats. Cette tendance n’est rien d’autre qu‘une tendance globale, sans qu’une règle puisse régir chaque cas particulier (somme toute assez abstraite donc).

 

Edit du lendemain : ajout de l’exemple des commissions permanentes + ajout du dernier paragraphe (pour temporiser le résultat)

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « Twittographie parlementaire (3). Urbanités », LASPIC | Carnet [en ligne], 12 septembre 2013, URL : http://laspic.hypotheses.org/1728 (consulté le 23 mai 2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *