Noël Mamère : un député « contre Twitter par principe »

© A. Facelly - pour  Lemonde.fr, le 21 septembre dernier

© A. Facelly pour LeMonde.fr, le 21 septembre dernier

Grande polémique hier, Noël Mamère a fait une entrée remarquée sur Twitter en y ouvrant un nouveau compte, et en postant presque immédiatement un tweet provocateur.

Twitter est un outil pervers. Or, en faire parti est malheureusement devenu une nécessité. Je m’y soumets pour transmettre mes convictions. (à 21h07, le 15/10/2013).

Évidemment, attaquer frontalement le réseau, sur le réseau, en se soumettant malgré tout au réseau, ne pouvait qu’émouvoir les utilisateurs de Twitter comme les commentateurs politiques. On jase, on se moque, on applaudit… Sauf que, finalement ce compte était un fake. L’intéressé a menacé de plainte l’usurpateur, qui a fait tout disparaître dans la foulée (à cette heure le compte n’existe déjà plus). On peut considérer donc l’incident clos (si les détails vous intéressent, voyez ici).

Mais tout ceci a mis en lumière ce qui était presque passé inaperçu jusqu’ici. Noël Mamère n’aime pas Twitter et il le fait savoir. Début octobre, près de 10 jours auparavant, il expliquait sur LCP pourquoi son compte twitter n’avait jamais servi qu’à poster qu’un seul et unique seul tweet, le 28 août 2009 :

Je suis par principe, parce que je suis un vieil ellulien, je suis contre twitter, s’il y a eu quelque chose de moi sur Twitter, ce n’est pas moi qui l’ait écrit

Le compte @noelmamere qui existe depuis le 27 août 2009 (et, selon mes sources, très exactement à 21h31) est donc déjà un premier compte fake. Comme ce tweet-fake du premier compte-fake ne semble malgré tout pas être parodique, et qu’il n’a pas véritablement été utilisé ni par lui ni par personne d’autre, on peut faire l’hypothèse que c’est l’œuvre d’un sympathisant, ayant pris cette initiative peut-être pour en réserver (protéger) le nom d’utilisateur

Que Noël Mamère ne voit dans Twitter aucun intérêt est très compréhensible, mais on peut trouver surprenant d’être à ce point « contre », et de surcroît « par principe », comme le fait remarquer Émilien Ruiz. La suite de l’extrait nous fournit la première piste d’explication :

Une page de facebook a été ouverte à l’insu de mon plein gré, et moi je ne suis pas là pour fournir de l’argent à Google et autres réseaux sociaux pour qu’ensuite on vienne m’accabler de pub.

Noël Mamère est donc méfiant vis à vis des grandes firmes internationales de l’informatique. Ce à quoi il fait référence ici, c’est au débat sur l’usage commercial des données personnelles par Google, Facebook… et Twitter. Effectivement, il n’est plus un secret pour grand monde que les informations confiées à ces entreprises constituent le socle de leur modèle économique, par la vente d’espaces publicitaires ciblés. Pour Noël Mamère, c’est un argument qui est rédhibitoire, l’éthique l’emporte sur le profit qu’il pourrait en tirer.

Justement, quel profit ? Pourquoi lui ne semble-t-il pas intéressé par ce que Twitter offre en tant que catalyseur médiatique ? Pourquoi Noël Mamère n’est-il pas séduit pas par ce « appeau à journalistes » ? Tout simplement, parce qu’il est lui-même journaliste de profession. Ce réseau politico-médiatique est déjà le sien, il n’a nul besoin de Twitter comme marche-pied pour l’atteindre.

Et puis, il y a évidemment la référence à Ellul qui nous éclaire (premier extrait cité). Au risque de schématiser à outrance, pour Jacques Ellul, capitalisme et technicisme sont indissociables, dans la mesure où la technique est au service de la croissance économique. Voilà aussi une raison théorique pour laquelle Noël Mamère a de bonnes raisons de se méfier des réseaux sociaux mondialisés et, faut-il le rappeler, cotés en bourse. Je cite (merci Wikipédia) :

Si Marx revenait aujourd’hui, quel phénomène retiendrait-il pour caractériser notre société ? (…) ce ne serait plus ni le capital ni le capitalisme, mais le développement de la technique, le phénomène de la croissance technicienne1

Au final, on peut donc dire que Noël Mamère est très conscient de la non-neutralité des outils numériques. Chose qui d’ailleurs dénote un sens assez aiguisé des réalités de l’économique numérique. Cette opposition « de principe », qui aurait pu passer pour un déni (propre à ceux qui ne connaissent pas ce dont ils parlent) ou pour un signe total d’incompréhension, signale au contraire que (pour ce sur ce sujet en tout cas) Noël Mamère n’est pas né de la dernière pluie (mais faut-il rappeler qu’il est détenteur d’un doctorat en communication ?).

 

  1. Jacques Ellul, entretien avec Jean-Claude Guillebaud, Le Nouvel Observateur, 17 juillet 1982 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *