Archéologie du #directAN

[EDIT, en soirée] On m’informe dans l’oreillette que 1/ on a retrouvé l’inventeur du #QAG ; et 2/ que cet inventeur témoigne du fait que l’usage du #QAG ne remonte pas à fin mars 2010 mais à février 2010 (la preuve ici) et donc pour des raisons tout à fait étrangères à mes suppositions ; ce qui implique que 3/ les archives auxquelles donnent accès Twitter ne sont absolument pas exhaustives, ce qui limite grandement leur intérêt. Néanmoins, ça n’invalide pas (pour l’instant) ce que je dis ici sur le #directAN.

 

Sa_Galatians_eBay_r1

La nouvelle est fraîche d’avant-hier : Twitter autorise enfin la navigation dans la totalité de ses archives, et même d’y effectuer des recherches approfondies. Je ne sais pas pour vous, mais moi ça m’ouvre des perspectives inédites !

Jusqu’à présent, travailler sur un corpus de tweets imposait d’avoir préalablement récupéré les données, donc d’avoir anticipé l’analyse que l’on projetait de faire. Sont ainsi passés à la trappe de nombreux événements. Je pense en particulier aux débats autour du projet de loi dit « mariage pour tous » de février 2013, où la place prise par Twitter a surpris tout le monde. Du coup, il est très difficile de travailler sur cette période puisque l’API ne permet pas de remonter le temps, ce qui impose de nombreuses contorsions.

Il est encore difficile d’évaluer l’ampleur du changement occasionné. La mise en place est toute fraîche, il est probable que l’interface mise en ligne, ainsi que les fonctionnalités associées, soit amenés à évoluer. Par exemple, si la recherche d’un tweet sur une période précise est maintenant possible, qu’en est-il d’une masse de tweets ? Sera-t-il possible à terme d’utiliser l’API pour effectuer des requêtes complexes dans les archives ? Des questions qui restent en suspens. Il faut quand même bien voir que les enjeux financiers  autour de cette ouverture sont réels : jusqu’à aujourd’hui pour remonter dans le temps des tweets, il fallait (sauf à disposer de l’URL canonique du tweet) s’adresser à des services tiers (comme Topsy) qui monnaient fort chers leurs services.

Le jour où est né le #directAN

Concrètement, on peut maintenant s’intéresser aux origines du #directAN. C’est une question qui me tracasse depuis quelques temps. La question est simple : quand et comment est né le hashtag #directAN ? En recherchant à rebours dans les archives les occurrences du hashtag, on découvre que les choses semblent se jouer autour du 7 septembre 2010.

Rappelons le contexte en deux mots : les six derniers mois ont notamment été marqués par l’arrivée de Twitter à l’Assemblée, non sans faire de remous. Les travaux parlementaires du mois de juillet se sont achevés sur la polémique autour du live-tweet de l’audition à huit-clos de Raymond Domenech et de Jean-Pierre Escalettes suite à la débâcle de l’équipe de France de football en Afrique du Sud. Ce 7 septembre 2010, débute la seconde session extraordinaire de 2009-2010, convoquée par le gouvernement pour l’examen de la très controversée réforme des retraites, contre laquelle est organisée une grande journée de mobilisation. Ce jour-là, les regards des observateurs de la vie politique sont tournés vers l’Assemblée et la tension dans l’hémicycle est grande.

Des députés communistes tentent d'apporter une pétition à François Fillon à l'Assemblée, déclenchant une suspension de séance (AFP / J. Demarthon)

Des députés communistes tentent d’apporter une pétition à François Fillon à l’Assemblée, le 7 septembre 2010, déclenchant une suspension de séance (AFP / J. Demarthon, source)

Dans les jours, les semaines, et les mois qui précèdent ce 7 septembre, il n’y aucune mention du #directAN. Ce 7 septembre, ils sont subitement trois à l’utiliser en même temps, mais aucun parmi eux n’est député. La chose est suffisamment étonnante pour être soulignée. D’une part, ils sont trois à avoir ressenti au même moment le besoin d’un hashtag affiliant l’ensemble des live-tweets du déroulement de la séance publique. Jusque là, pourquoi pas. Mais d’autre part ils sont aussi trois à inventer le même hashtag pour répondre à ce besoin. Étrange coïncidence.

De deux choses l’une, soit tous les trois se sont inspirés d’un même autre hashtag pour créer celui-ci (mais lequel ?), soit il faut s’interroger sur l’exhaustivité des archives de tweets mises à disposition par Twitter. À première vue, mon expérience des fonctionnalités de recherche proposées par Twitter aurait tendance à me faire préférer la seconde solution. Il me semblerait plus que vraisemblable que les résultats de ma requête ne soient pas complets.

Pourtant, l’émergence du #directAN le 7 septembre 2010 fait sens du point de vue du contexte. Du fait que Twitter a sérieusement commencé à entrer dans les mœurs de la vie politique depuis quelques mois, compte tenu aussi de l’effet « rentrée » augurant l’ouverture d’une nouvelle période dans la législature, et surtout au vu de la grosse pression politique et médiatique ce jour-là, il n’est pas absurde de supposer la présence d’un effet de seuil faisant que ce jour-là précisément un basculement s’opère. Une solution technique, née concomitamment dans plusieurs esprits, aurait alors été collectivement adoptée pour répondre à un besoin devenu pressant.

Il y a une autre chose aussi qui corrobore la thèse du 7 septembre comme moment de basculement. En observant les timelines de collaborateurs et de députés sur la période qui précède immédiatement cette date, un observateur avisé ne peut manquer de constater que le hashtag #directAN brille précisément par son absence. De nombreux tweets liés au déroulement de la séance publique, et aux questions au gouvernement, devraient en toute logique contenir le hashtag #directAN… comme c’est le cas dès le 8 septembre. Ceci amène à penser que, fin août début septembre, le hashtag #directAN n’existe véritablement pas dans les usages collectifs. Et même, personne n’a pensé encore à le créer. Sinon, il n’aurait pas manqué d’apparaître, à l’instar du hashtag #QAG (dédié aux séances de questions au gouvernement) qui est déjà largement utilisé depuis plusieurs mois.

Enfin et surtout, à la fin de cette journée, émerge cet échange de tweets où la question de l’usage de ce hashtag se pose explicitement. Un utilisateur suggère au député Lionel Tardy d’optimiser son live-tweet. De fait, Lionel Tardy qui utilisait, le 7 septembre, le non-hastag « direct hémicycle » se met subitement à utiliser le hashtag #directAN, dès le 8 septembre. Il est dès lors, dans les archives de Twitter, le premier député à l’utiliser. Serait-il celui par qui tout a commencé ?

Capture du 2014-11-20 12:33:29

Le #directAN prolonge le #QAG

Si ce 7 septembre 2010 doit être choisi comme date de naissance du #directAN, il faut éclaircir le processus par lequel il a émergé. Sur ce point, il semble que la comparaison avec le hashtag #QAG puisse être pertinente. Ce hashtag #QAG affilie l’ensemble des live-tweets et des commentaires autour d’un rituel qui chaque semaine focalise l’attention de toute la classe politique française.

[EDIT du lendemain. Suite au commentaire de Ze FML les trois paragraphes qui suivent deviennent caduques] On notera avec beaucoup d’intérêt que le hashtag #QAG semble pour sa part apparaître autour du mardi 23 mars 2010. Or, c’est une date qui n’est pas du tout anodine. Le matin de ce 23 mars 2010 a lieu la réunion du groupe UMP à l’Assemblée suite aux résultats des élections régionales de l’avant-veille. Réunion que beaucoup de députés UMP attendaient pour exprimer leur mécontentement au gouvernement de François Fillon. Réunion à huit-clos donc, c’est-à-dire en l’absence notable de tous journalistes. Réunion où pour la première fois Twitter est mis sur le devant de la scène à l’Assemblée, du fait du live-tweet de trois députés UMP présents dans la salle, qui s’emploient à donner un aperçu des propos tenus : Yannick Favennec, Charles Anges Ginesy et… Lionel Tardy (encore lui). Beaucoup d’observateurs de la vie politique française (et au premier chef les journalistes) comprennent alors que Twitter est un lieu où il devient réellement possible de collecter des informations exclusives et alternatives. L’après-midi de mardi 23 mars, alors que reprennent les travaux parlementaires après trois semaines d’interruption (du fait de la tenue de la campagne électorale), lors des séances de questions au gouvernement où est largement évoquée la « sévère défaite » de l’exécutif, le hashtag #QAG apparaît pour la première fois.

Ainsi, nos deux hashtags sont nés dans des contextes très similaires. Au moins deux ingrédients communs sont réunis : une polémique récente autour de l’usage de Twitter à l’Assemblée, et un événement politique d’envergure nationale discuté en séance publique à l’Assemblée. Dans les deux cas, on peut faire l’hypothèse qu’une vague d’observateurs de la vie politique se sont trouvés sur Twitter à rechercher de l’information inédite, mais aussi à commenter les discussions qui se déroulaient dans l’hémicycle. À partir de là, il semble logique qu’un hashtag ait à un moment émergé, puis été collectivement adopté pour affilier les tweets dans une seule arène discursive.

Dans le cas du #QAG, la découverte chez les observateurs de la vie parlementaire des ressources qu’offraient Twitter, s’est quasi-immédiatement traduite par la création d’un hashtag approprié. Le processus s’est effectué en une seule journée. Pour le #directAN il a fallu plusieurs mois, ce qui s’explique de manière conjoncturelle. Si le moment des questions au gouvernement est en lui-même un événement politique d’envergure nationale, ce n’est de loin pas toujours le cas des débats législatifs. L’événement politique d’envergure est arrivé avec l’examen du projet controversé de réforme des retraites, durant lequel le live-tweet de Lionel Tardy a trouvé un public élargi. Le besoin d’un hashtag  spécifiquement lié à l’Assemblée, mais dépassant le cadre restreint des seules questions aux gouvernements, s’est alors fait ressentir.

Quelques réserves méthodologiques

Pour terminer, il faut émettre ici quelques réserves étroitement liées à la manière dont fonctionne Twitter.

Le premier biais de cette analyse tient au fait que (selon toute vraisemblance) les tweets d’utilisateurs ayant résilié leur compte depuis 2010 n’apparaissent pas. Imaginons par exemple qu’un député ait utilisé le hashtag #directAN avant le 7 septembre, mais perdant ensuite son mandat en juin 2012 (à la fin de la 13ème législature) il choisit de clore son compte twitter, c’est une situation dont nous n’aurons pas connaissance. Les archives n’étant de fait pas complètes, on ne pourra jamais dire si Lionel Tardy s’est fait l’initiateur du #directAN (après qu’on lui a soufflé l’idée) ou si parmi les multiples acteurs de cette innovation il demeure le seul à disposer de son compte twitter.

D’autre part, rien ne dit qu’un autre hashtag n’ait pas été employé en parallèle durant le début de ce mois de septembre, qui aurait fini par s’effacer au profit de l’autre. C’est cette situation qui est d’ailleurs hautement plausible statistiquement parlant. J’ai en effet du mal à imaginer que les quelques uns qui ont tous ressenti au même moment le besoin d’un hashtag aient inventé le même. Il faudrait alors connaître le nom de ces hashtags pour mesurer pleinement le phénomène d’innovation. Ce n’est pas tout à fait impossible, notamment en naviguant de timelines en timelines, mais c’est un sacré chantier.

 

Crédit photographie : « Galatian Papyrus on Sale » (auteur inconnu)

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « Archéologie du #directAN », LASPIC | Carnet [en ligne], 20 novembre 2014, URL : https://laspic.hypotheses.org/2606 (consulté le 23 mai 2017).


5 réponses

  1. Ze FML dit :

    Bonsoir,

    Cette recherche n’est pas tout à fait exacte, mais les éléments à votre disposition ne pouvait vous permettre que des hypothèses, les traces ayant disparu lorsqu’un jour, trop fortement trollée, j’ai craqué et supprimé mon compte.

    Je vais donc vous raconter la véritable histoire des #QAG, puisque j’en suis l’inventeur. En février 2010, j’étais assistante parlementaire en remplacement d’un congé maladie depuis quelques mois, et mon député m’imposait de regarder les Questions au Gouvernement (#QAG). Cela m’ennuyait : les #QAG étant programmées les mardis et mercredis, je perdais 2h de travail par semaine pour écouter des députés évoquer en mode lèche-bottes l’actualité sur laquelle j’avais déjà fait une veille.

    J’ai donc décidé de les live-twitter (#LT) histoire de rendre l’exercice un peu plus intéressant. Peu à peu, d’autres assistants parlementaires ont fait de même : c’était vraiment un jeu d’initiés. Puis des militants et citoyens lambda se sont joints à nous. En quelques semaines, le hashtag était installé.

    Depuis, c’est un rendez-vous, qui redonne un peu d’intérêt pour ce temps fort de la vie parlementaire, destiné à permettre au Parlement de contrôler le Gouvernement. Ce qu’il fait rarement.
    Certains députés s’étant fait une spécialité de poser des questions visant à porter aux nues le travail du Gouvernement –questions parfois transmises par les cabinets des ministres interrogés-, ce qui contrevient à l’esprit même des #QAG, j’ai créé le hashtag #chupa, qui vise à signaler les députés qui se livrent à ce détournement de ce temps de la vie parlementaire. Et à la fin de chaque séance, les internautes votent par sondage pour désigner le député lauréat de la #Chupa du jour. Le tout dans un esprit bon enfant et plutôt marrant, qui ne retire rien à la marque ainsi portée sur le comportement du député ainsi récompensé.

    Durant la dernière mandature, ce LT des #QAG a permis d’intéresser des internautes à un moment de la vie parlementaire qui jusque là, était surtout suivi par les vieux sur France 3. Ce LT a d’ailleurs donné naissance à un LT dérivé, le #DirectAN.

    A force de commenter la vie parlementaire en direct sur Twitter, les Twittos ont souhaité se rencontrer pour échanger IRL (in real life, dans la vraie vie). On a commencé par organiser des Twitapéros en juin 2010, avant de fonder en juillet de la même année le Club Bourbon, histoire de se retrouver chaque mois pour parler politique.

    Ce lieu n’est pas une réunion formelle, mais justement un anti-club. Il réunit des Twittos passionnés de politique et actifs dans ce domaine sur Twitter, de toutes tendances, et en respectant un équilibre de la représentativité. Ce twitapéro a lui aussi évolué pour devenir un lieu d’échanges avec des personnalités politiques : ces séances sont live-tweetée en direct par les membres du Club. Nous avons ainsi reçu plusieurs ministres et même le candidat à la primaire devenu président, François Hollande. Mais le plus drôle reste que l’ancien « président » du Club Bourbon… est devenu député. La boucle est bouclée !

    • Merci pour ce très précieux commentaire, même s’il fait tomber la moitié du billet (et quelques heures de travail). Il ne reste qu’à recommencer avec ces nouvelles bases. :)

      Il est fascinant quand même de savoir que ce hashtag #QAG qui est aujourd’hui complètement institutionnalisé (je crois que je n’exagère pas), est né d’un geste potache qui avait précisément pour but de faire un pas de côté vis-à-vis de l’institution.

      En quoi le #QAG actuel a-t-il encore à voir avec le #QAG de 2010 ? Y’a t-il quand même quelque chose qui reste de l’esprit initial ?

      • Ze FML dit :

        De rien, c’est amusant de voir cette jolie histoire racontée.

        Les différences entre 2010 et 2014 sur le LT des #QAG s’expliquent de deux manières

        1/ en 2010, le LT a été très utilisé par l’opposition pour moquer le gouvernement. La gauche trustait le LT, la droite le méprisait. Très peu de militants de droite s’en étaient saisis. Seuls quelques parlementaires et vers la fin quelques ministres ont participé.

        En 2012, le gouvernement a changé. La gauche, traditionnellement plus « fun » sur internet, est devenue bien plus sage et nettement moins potache lorsqu’elle est arrivée au pouvoir. La droite n’est pas devenue plus fun pour autant.

        2/ Entre temps, la campagne présidentielle était passée par là, et Twitter était devenu un outil de communication qu’il fallait investir, ce que les communicants prennent un peu trop souvent au sérieux. La sanction a été immédiate : la droite a investi à son tour le LT, pour s’opposer (mais sans le côté potache) et la gauche s’est assagie, perdant son côté potache.

        3/ Phénomène nettement moindre mais conjoint : après mon expérience à l’AN, je me suis retrouvée au chômage, j’avais donc le temps d’animer ce LT (présence à toutes les séances de #QAG et gestion du sondage #Chupa). Et j’ai retrouvé un emploi en juillet 2012. Ce qui ne m’a pas permis de poursuivre l’animation.

        Du coup, il n’a pas été possible de maintenir cet aspect, faute de trouver un animateur qui aurait pu reprendre mon rôle et le maintenir.

        Comme vous l’avez remarqué, aujourd’hui, ce LT est devenu un simple LT, soit exactement ce que nous ne voulions pas faire à l’origine. Twitter est devenu un média comme les autres : ce qui à un moment est un peu différent fini, avec le temps, par s’aseptiser.

        En 2010, Twitter était un laboratoire rempli de gens à l’esprit essentiellement positif, aujourd’hui, c’est une usine à trolls. Je ne suis pas certaine que nous pourrions aujourd’hui recréer tel qu’il est né. C’est dommage, mais c’est lié à la crise d’adolescence de Twitter…

        Restent les anecdotes, comme notre joie le jour où LCP a commencé à reprendre le hashtag, les rires avec les habitués du LT, nombreux, les rencontres avec les députés ou ministres qui suivaient ou participaient à notre LT (souvent en beaucoup moins fun) comme ce ministre qui était fan au point d’avoir failli ne pas se rendre au micro car il n’avait pas percuté que c’était le moment de SA #QAG, ou ce ministre qui m’a demandé en public ce qu’était une #chupa.

        Ce qu’il reste de cet esprit ? Une bande de copains virtuels, dont certains hélas trop peu nombreux persistent à tenter de faire des tweets marrants lors de ce LT. La plupart sont membres du #ClubBourbon, qui à sa naissance, reflétait complètement l’esprit des #QAG. Espérons qu’il ne lui arrivera pas la même chose :-)

        • Au delà des éléments contextuels que vous donnez, je retiens cette idée forte d’une « crise d’adolescence de Twitter à l’Assemblée ». Une crise d’adolescence comme un moment hors-norme, une parenthèse dans le cours normal des choses, mais néanmoins passage obligé et souhaitable.

          Mais il y a une grosse ambiguïté à éclaircir. Où est la normalité, où est la parenthèse ?

          Cette crise d’adolescence désigne-t-elle le fait que Twitter se démocratise, faisant du LT trop peu fun un passage désagréable mais nécessaire pour ensuite renouer avec l’esprit potache initial ?

          Ou, à l’inverse, est-ce que cette crise d’adolescence ne désignerait votre pas de côté dissident effectué par ce LT potache, parenthèse de la normalité qu’est un ordre institutionnel bien huilé, auquel nous sommes maintenant revenus sur Twitter ?

  1. 24 novembre 2014

    […] sur la technique à l’Assemblée à #radiothésard, et c’est à écouter ici. Par ailleurs, on trouvera sur son site une histoire des hastags #DirectAN et #QAG. Au moment où on parle d’Internet à l’Assemblée, cela […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *