J’ai lu « Le Linge du Palais-Bourbon »

Le Linge du Palais-Bourbon vient de paraître (janvier 2015), aux Éditions Le Bord de l’Eau. Derrière ce titre déroutant, l’auteure nous propose un parcours historique réjouissant dans les « coulisses » (p. 22) de l’Assemblée nationale (et non pas : de la vie politique à l’Assemblée nationale, nuance).

L’auteure, c’est Delphine Gardey, historienne et sociologue, que l’on connaissait déjà pour avoir publié plusieurs papiers sur l’Assemblée, et en particulier sur les sténographes du Service du compte-rendu de l’Assemblée. Elle y expliquait que, pour de multiples raisons, ce groupe de fonctionnaires sur qui repose la publicité des débats parlementaires avait grandement participé à faire de la Chambre basse du Parlement français ce qu’elle est aujourd’hui. À savoir : une institution centrale dans la vie politique républicaine. En analysant les conditions techniques, matérielles et sociales d’une petite enclave du Palais-Bourbon, elle montrait ainsi la manière dont un projet politique initialement théorique (le parlementarisme) parvenait à se concrétiser dans les faits.

La démarche

Ce livre prolonge ce projet de recherche, en l’étendant à tout ce qui touche à la matérialité de l’Assemblée. L’hypothèse générale s’appuie sur l’idée que « pour vivre en tant qu’entité « neutre », « universelle » et « abstraite », l’Assemblée nationale […] s’appuie sur un territoire, un espace immobilier et mobilier, des personnels, des technologies, des ordonnancements, de l’organisation, des textes et des règlements » (p. 16). Il s’agit donc d’explorer comment l’activité parlementaire est littéralement « mise en forme ». Il s’agit donc de comprendre « comment l’administration [parlementaire] soutient le projet politique et le rend possible » (p. 18). Mais il ne s’agit donc pas de parler de l’Assemblée en considérant le travail politique des élus ou le mode de vie des députés (p. 21). C’est à son « mode d’existence » que l’on va s’intéresser ici.

On reconnaîtra, dans cette manière de poser le cadre de la recherche, l’influence nette des travaux de Marc Abélès à l’Assemblée nationale (2001), et de Bruno Latour au Conseil d’État (2002), qu’elle articule et fait dialoguer. On note aussi une forte présence des travaux, moins connus, de Jean-Philippe Heurtin sur l’espace public parlementaire (1999). Ce livre est effectivement comme un rebond, un retour bienvenu, à une approche pragmatique et située de la question institutionnelle, initiée il y a une quinzaine d’années, mais qui n’a étrangement fait que peu d’émules au regard de son succès critique. Les ombres de Michel Foucault et de Donna Haraway planent également entre les lignes de manière persistante. Autant dire que la question du pouvoir, si elle n’est pas directement abordée, est malgré tout présente, de bout en bout.

Une histoire de l’administration parlementaire

En décrivant la généalogie de cette bureaucratie, Delphine Gardey met en lumière le particularisme de l’administration législative. Objet qui d’ailleurs souffre d’un sérieux manque de considération scientifique (mis à part quelques chapitres ou articles disséminés ici ou là), quand l’administration de l’État fait de son côté couler beaucoup d’encre. Ainsi, en s’appuyant sur un important travail de dépouillement des archives parlementaires, c’est un champ de recherche fascinant qui est défriché, qui nous est présenté et qui, en définitive, nous est proposé. Au programme : la territorialité, la corporéité, et continuité d’une machinerie conçue pour faire vivre une utopie politique.

La question du genre constitue ici le point d’orgue de l’analyse, et l’auteure nous convainc bien de ce que « l’usage asymétrique » (p. 235) sexué de l’espace public parlementaire fut pour l’institution longtemps structurant, au point que la place nouvelle des femmes dans la société à partir des années 1950 constitua un réel d’un défi identitaire. Néanmoins, un des points forts du livre de Delphine Gardey est qu’il tolère plusieurs grilles de lectures différentes. Il est conçu de telle manière que la question spécifique du genre n’est abordée de front que dans le dernier chapitre, permettant aux six précédents d’être lus indépendamment, si l’on s’intéresse pour d’autres motifs à l’histoire technique et sociale de l’administration parlementaire.

On ne pourra alors que remercier l’auteure d’avoir tout du long soigneusement référencé ses sources archivistiques, et pour les quelques conseils livrés en annexe à qui voudrait à son tour s’engager dans l’exploration de ce matériau « pour l’essentiel à ce jour inexploité par les historiens » (p. 253).

Régulation, frontière et réseaux

Par exemple, les troisième et quatrième chapitres, très foucaldiens, présentent un intérêt tout particulier à mes yeux d’ethnographe. D’abord, ils font à eux seuls écho à tous les enjeux d’accès au terrain, de récolte de données, de visibilité de l’information, qui ont rythmé mes premières années d’enquête. Ensuite, on y trouve les racines historiques de phénomènes qui sont précisément ceux que je m’emploie à décrire dans le Palais-Bourbon du début du vingt-et-unième siècle.

Le premier des deux montre en quoi le territoire du Palais a progressivement fait l’objet d’une étroite régulation, de manière à le sortir de l’espace ordinaire de la ville, comme une hétérotopie (p. 70). En conséquence de quoi a émergé le besoin de la délimitation d’une frontière et, de là, la mise en place de dispositifs d’ouverture et de fermeture destinés à gérer la circulation des flux que sont les personnes et l’information. L’analyse porte d’une part sur le travail de police nécessaire pour discipliner et surveiller une population hétérogène (p. 73), et d’autre part sur la régulation sanitaire du corps de la représentation (p. 75). Cependant, cette insularité du territoire de la Chambre est régulièrement mise en défaut par les technologies de réseau qui s’y invitent, et qui tissent paradoxalement un univers relationnel autour du Palais-Bourbon (p. 86), par delà la frontière voulue et recherchée.

Le chapitre suivant concerne plus directement la « sûreté » du Palais-Bourbon, c’est-à-dire les efforts de police déployés à l’intérieur du territoire sanctuarisé. L’auteure commence par détailler les forces et le commandement militaires (p. 102), puis à narrer l’épisode historique du « viol » de l’enceinte parlementaire le 2 décembre 1851 (p. 106). Ceci la conduit à nous expliquer en quoi le cérémonial militaire qui se déroule, encore aujourd’hui, autour de la Salle des séances, est un rituel de « soumission de la force militaire à l’autorité de la Chambre » (p. 112). La description de la sûreté intérieur de cette même salle, et en particulier des enjeux entourant les fonctions de « police de salle » déléguées aux huissiers, permet alors à Delphine Gardey de détailler en quoi le poids des procédures et du protocole œuvre pour la « production et la stabilisation de l’ordre parlementaire » (p. 117).

En bref, un livre qui pour moi tombe à point nommé.

 

Bonus : en fin de semaine dernière, Delphine Gardey répondait aux questions de Sylvain Bourmeau dans l’émission La suite dans les idées, sur France Culture.

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « J’ai lu « Le Linge du Palais-Bourbon » », LASPIC | Carnet [en ligne], 16 février 2015, URL : http://laspic.hypotheses.org/2768 (consulté le 18 novembre 2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *