[article] La salle des Quatre Colonnes à l’ère des sociabilités numériques

© A. Facelly pour Lemonde.fr, le 21 septembre 2013

En salle des Quatre colonnes, le calme avant la tempête (photo : A. Facelly)

Voici une première publication, en bonne et due forme, sur Twitter et l’Assemblée nationale française. D’autres suivront vraisemblablement. L’analyse qui y est développée prolonge les réflexions initiées par la série de billets publiés sur ce même carnet de recherche depuis février 2013, moment où est apparu au grand jour la place qu’occupe le #directAN dans la vie parlementaire (souvenez-vous).

Dans ce papier, j’ai tenté de relever trois défis : 1/ traiter de la question de Twitter indépendamment de toute approche quantitative ; 2/ résister aux sirènes de l’explication déterministe (type « révolution numérique » ou « génération Y ») ; 3/ trouver une voie alternative au sociocentrisme parlementaire qui ferait des activités législatives la seule finalité de la vie qu’accueille le Palais Bourbon.

L’argumentation comporte deux volets principaux, qui pourraient presque faire un papier chacun. Le premier volet décrit comment ces relations entre députés et journalistes gagnaient, jusqu’il y a peu, à être comprises comme des stratégies mutuelles de séduction (ce que les journalistes rapportent), phénomène particulièrement net en salle des Quatre Colonne. Le second volet pose la question des nouvelles modalités de ces relations de séduction depuis que Twitter est devenu un espace social central au sein de la vie parlementaire (ce que les députés eux rapportent).

Il se trouve qu’à l’Assemblée, nombreux ont été les utilisateurs à se saisir de Twitter, en tant que dispositif socio-technique indépendant de l’administration parlementaire, dans l’idée de contourner un certain nombre de principes de fonctionnement institutionnels jugés contraignants. Je m’intéresse en définitive dans cet article aux manières dont ont été bousculées certaines routines institutionnelles (que symbolise la salle des Quatre Colonnes) pour accroître des capacités d’agir, c’est-à-dire modifier des rapports de pouvoir en vigueur. De fait, si les positions des uns et des autres ont effectivement évolué avec Twitter, l’équilibre général des relations l’Assemblée et la presse lui ne se développe que dans une dynamique de long terme qui trouvent ses racines à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

RES_188_L204

L’article s’intitule « Twitter et les relations de séduction entre députés et journalistes. La salle des Quatre Colonnes à l’ère des sociabilités numériques ».

Le texte est disponible dans le dernier numéro de Réseaux (n°188, 6/2014), et donc accessible directement sur la plateforme CAIRN à cette adresse : https://www.cairn.info/revue-reseaux-2014-6-page-201.htm (accès payant).

On en parle dans la presse ici :

  • C. Rébillard, « Twitter, nouvelle salle des Quatre-Colonnes », Sciences Humaines, n°272, juillet 2015 (en accès libre).

Bonne lecture (et vos commentaires sont toujours bienvenus) !

 

 

Crédit photo : © Albert Facelly, le 21 septembre 2013, pour « M Le magazine du Monde » dans l’article Au grand marché de l’Assemblée d’Hélène Bekmezian. Publiée avec la légende suivante : « Jouir d’une audience inversement proportionnelle à leur poids politique : les boutiquiers ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *