Twittographie des hashtags lors d’un débat en séance publique

En collaboration étroite avec Fred, je travaille en ce moment à décrire la dimension médiatique et (donc) la dimension participative des délibérations parlementaires, lorsque se tiennent les séances publiques à l’Assemblée. Dimensions que le dispositif Twitter permet de mettre en lumière de manière (qui nous semble) un peu originale.

Il y a quinze jours, les députés examinaient la proposition de loi de Alain Claeys et Jean Leonetti sur la fin de vie, ce qui a été abondamment relayé dans la presse. J’en ai profité pour collecter tout un tas de tweets, dans l’idée d’accumuler quelques « twittographies » de débats qui puissent servir d’exemple.

Entre le 10 mars à 14h (une heure avant la séance de question au gouvernement) et le 18 mars à 23h (près de trente heures après le vote solennel), j’ai amassé un total de 25 618 tweets exactement. La règle de collecte était simple, parmi tous les tweets émis sur la planète, je n’ai retenu que ceux qui comportaient l’un ou l’autre (ou une association) de ces quatre hashtags : #directAN, #findevie, #euthanasie, #soulagermaispastuer.

[Édit du 8 avril] J’ai commencé par mettre en perspective la dynamique en nombre absolu des tweets publiés, pour simplement afficher l’encéphalogramme du débat sur Twitter (quand est-ce que les gens twittent ?). Voici ce que j’obtiens :

export_chrono5#Il n’y a pas de surprise, les deux pics de tweets correspondent aux jours de débats en séance : le 10, le 11 et le 17 pour le vote solennel. Pourquoi le mardi est-il délaissé au profit du mercredi ? C’est un effet malheureux de mon choix un peu précipité de collecter ces données, ce que je n’ai commencé qu’aux alentours de 17h. Si c’est à cette heure-ci que le débat commençait véritablement dans l’hémicycle (après les questions au gouvernement), le bras de fer avait déjà commencé depuis le matin sur Twitter (et même depuis la veille). Je pense que les valeurs de ce mardi 10 peuvent au moins être doublées, pour approcher la réalité. La prochaine fois, promis, je m’y prendrai un peu plus tôt. [/Édit du 8 avril]

J’ai ensuite décompté les occurrences quotidiennes de chacun, que j’ai rapportées au nombre total de tweets collectés chaque jour, pour essayer de mieux voir comment chaque hashtag se positionne vis-à-vis des autres. Voici ce que j’obtiens :

export_chrono4#

  • Le hashtag #findevie englobe, chapeaute tous les autres, il sert de référence sur toute la durée de la première lecture. Il permet de créer une arène commune dédiée à la thématique, où une grande diversité d’acteurs s’adressent à cette même grande diversité d’acteurs. Ce hashtag-chapeau naît au début de l’examen et meurt à sa fin, mais on le verra certainement réapparaître lors de l’examen au Séant, puis à la seconde lecture à l’Assemblée.
  • Le hashtag #directAN est très présent les jours de séance (les 10, 11 et 17 mars), mais son activité est faible les jours sans (du 12 au 16 mars). Il remplit ici typiquement le rôle du hashtag de live-tweet, ce pourquoi d’ailleurs il a été créé comme en témoigne son « étymologie ». Il faut noter que ce hashtag est très spécifique au sens où il fait partie de la très petite famille de ceux-qui-ne-meurent-jamais, sans cesse réinventé au gré des événements aux Palais-Bourbon.
  • Le hashtag #euthanasie désigne un des enjeux précis du débat à l’Assemblée, et sur lequel se sont focalisés les opposants. Il n’évolue pas avec le débat à l’Assemblée, mais avec le débat de société. En progression constante durant les jours d’examen du texte, l’usage de ce hashtag n’est pas influencé une fois la délibération terminée. Il y a une rupture le lundi 16 que je n’explique pas, comme si toute mobilisation cessait sur ce point d’un seul coup. On pourrait presque y voir un effet de la disparition de Terry Pratchett, lui-même militant pour le droit à l’euthanasie, décédé quelques jours avant et dont les hommages ont afflué tout le week-end… :-)
  • Le hashtag #soulagermaispastuer du nom d’un mouvement positionné contre la proposition de loi, est utilisé comme étendard ou bannière par ses membres. Il est présent de manière uniformément faible dans le corpus. Il forme comme un bruit de fond constant.

Leçon n°1. Les hashtags sont de nature variée, ne portent pas le même sens et ont donc un usage différencié. On distingue ici deux catégories : certains sont militants/partisans, d’autres sont communs à tous. Ce point peut paraître évident pour qui est habitué au #directAN, mais n’est simple ni à mesurer ni à décrire. Il semble qu’on ait ici une piste.

Leçon n° 2. Les hashtags communs s’organisent dans un jeu de poupées russes. À chaque événement, qui eux s’emboîtent les uns dans les autres, en correspond un : pour l’examen globale du projet → #findevie ; pour les séances de délibération → #directAN ; et on pourrait ajouter autour des questions au gouvernement → #QAG. Et dans l’idée, rien n’empêche d’imaginer que des hashtags naissent au gré du déroulement des délibérations, des amendements défendus, etc.

Leçon n°3. La portée de ces hashtags pour qualifier les tweets concernant le débat s’amenuise au fur et à mesure que les jours passents. Ces quatre hashtags ont en effet été choisis le mardi 10 au matin, au vu de ceux qui paraissaient les plus pertinents parmi les existants. Mais procéder ainsi revient à oublier que les hashtags peuvent être abandonnés aussi vite qu’ils sont apparus, indépendamment de leurs succès d’ailleurs. Il aurait donc fallu surveiller les plus populaires d’entre eux au jour le jour pour actualiser la liste. Typiquement, pour un échantillon un peu plus exhaustif, il manque au moins ici les hashtags #QAG1, #ADMD, #SuicideAssisté et #SoinsPalliatifs.

 

Édit du 8 avril 2015 : ajout de la première courbe, et des quelques commentaires associés, suite à la remarque d’un lecteur qui trouvait (à juste titre) que j’allais un peu vite en besogne.

Crédit illustration : « Terry Pratchett, un homme en colère » (13 mars 2015, LeMonde.fr)

  1. pour les #QAG mon oubli est impardonnable. #grrr []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *