Ce que Alain Dewerpe aurait pensé de la loi sur le renseignement

page_Alain-Dewerpe

 On vient d’apprendre la mort d’Alain Dewerpe. Cet historien français reconnu pour son ouvrage sur le massacre parisien de Charonne est pour moi surtout l’auteur de Espion. Une anthropologie historique du secret d’État contemporain (1994), où il propose une des rares analyses approfondies sur la formation des services de renseignement contemporain.

Étrange clin d’œil à l’actualité politique de la dernière dizaine de jours, riche en surprises, où à l’occasion de l’examen à l’Assemblée du projet de loi relatif au renseignement nous avons appris (entre autres choses) que la France devait changer la loi pour légaliser l’action des forces secrètes de l’État sous prétexte que la France était en guerre ; que le premier ministre sait, à quelques minutes d’intervalle, s’offusquer de se voir accusé de mettre en place une police politique mais aussi s’en féliciter ; que des « boites noires » vont dorénavant scruter internet mais que ce n’est pas de la surveillance ; et enfin qu’au nom des intérêts de l’État l’opposition et la majorité parlementaire savent trouver des terrains d’ententes pour faire barrage au gouvernement.

En bref, tout un pataquès, monté en épingle par tout un tas de journalistes soucieux d’alerter une opinion publique qui s’en contrefiche. Pour en comprendre mieux les tenants et les aboutissants, on ne peut que remercier celles et ceux qui prennent le temps de plonger dans l’histoire pour nous raconter comment nous sommes arrivés aujourd’hui là où nous sommes. Voilà précisément à quoi s’attelle Alain Dewerpe dans cet épais ouvrage. Permettez-moi de vous livrer quelques extraits (c’est moi qui souligne).

Au sujet de la frontière du secret dans une société de transparence :

« On suppose communément aujourd’hui que notre temps a partie liée avec la distribution extrême de l’information, […] avec une transparence impliquée par la politique libérale et démocratique, revendiquée par le public ou exigée par les masses, assurée par les logiques de la raison, garantie par l’ordre de la loi. […] Que signifie donc cette singulière affirmation de l’obscurité, de l’inconnaissable, du réservé, de l’occulte, quelle signification donner cette ostentatio arcanorum de l’âge de la transparence contemporaine ? […] Lorsqu’elle invoque la transparence la société contemporaine ne se donne pas comme fin, en une sorte de désir univoque et absolu, et comme on pourrait le croire dans une vue superficielle, l’abolition du secret, mais plutôt elle travaille à reconstruire une frontière nouvelle du secret et du manifeste. » (p. 12-13)

Au sujet de l’espionnage que s’autorise l’État, et donc de la nécessité de légaliser des pratiques illégales :

« La juridisation du secret porte une mutation qui est forte de sens. Le passage de l’implicite à l’explicite, du spontané au codifié, est un acte d’institution qui officialise et légitime l’usage du secret en donnant, avec difficulté, une définition au personnage aux contours naguère indécis qu’est l’espion et un contenu, apparent et partiel, au secret d’État. Mais si le droit de l’espionnage et de la trahison recèle toujours une irréductible part d’arbitraire, c’est bien que l’État « de droit » vise en ce domaine « spécial » à s’autoriser l’action la plus libre. Dès lors, le secret, indéfini, opaque, insaisissable restera secret et si l’on sait, de par la loi, qu’il y a du secret, l’étendue de l’espace dans lequel il se déploie demeurera, elle aussi, un secret. » (p. 55).

Au sujet de cette police politique qui n’en est (soi-disant) pas une :

« Aucune réflexion libérale sur l’État ne fait au XXe siècle l’économie d’une légitimation discrète de la police politique […] : l’exercice transparent de la politique porte un corollaire de surveillance secrète de l’opinion.
On passe aisément de la surveillance de l’esprit public à sa direction. Derrière le savoir secret, l’action secrète. Depuis le début du XIXe siècle, une dialectique de la prévention et de la répression s’est mise en place avec la police libérale. Elle nous dit qu’en régime représentatif, moins on réprime, plus il faut prévenir et plus il faut prévenir, plus il faut surveiller […]. Le programme permanent et universel de surveillance secrète semble incompatible avec un programme de régulation active de l’opinion. (p. 87)

Au sujet l’épistémologie du renseignement :

« La science du renseignement s’articule à un programme intellectuel. Celui-ci […] relève de l’univers de la connaissance rationnelle : discours méthodique, il énonce un doctrine pragmatique, technicienne, positiviste. L’État contemporain […] n’a que faire des amateurs, si talentueux soient-ils ; il demande que soient codifiées les règles, formés les hommes, expérimentés les pratiques efficaces. […] Science singulière qui possède ses objets, ses méthodes et ses règles : elle se sépare en segments intellectuels successifs […] qui forment un processus continu et interactif […] ; bref il se présente comme comme un travail critique.
Ambition étrange : ne dispose-t-on pas d’une arithmétique et d’une statistique politiques, puis d’une histoire, d’une géographie, d’une sociologie, plus tard encore d’une science politique, à qui assigner l’inventaire raisonné des savoirs nécessaires à la conduite efficace de la guerre et de la politique ? Ces disciplines construites suivant l’ordre transparent de la raison et la sciences, seraient ainsi inaptes, en elles-mêmes […], à atteindre la vérité à  laquelle aspire l’économie contemporaine du secret d’État. Élaborant une épistémologie spécifique, le « renseignement » invente un savoir dissocié de la science normale, savoir en marge, total, positif, prédictif et secret, que l’on peut sans doute qualifier de science politique du secret d’ État. » (p. 222-223)

Au sujet de l’utopie qui sous-tend le principe du renseignement :

« Devant permettre de connaître sans erreur ce qu’est la position actuelle de l’ennemi, la méthode occulte vise également à prévoir dans quelle direction elle évoluera. La synthèse, qui donne l’état présent des forces, aurait en effet un intérêt très limité « si elle ne contenait pas en germe la manœuvre future de l’ennemi ». […] De l’établissement d’un état présent, on glisse pourtant insensiblement vers la prévisions d’un futur proche. […] Ce qu’on cherche à repérer, en effet, c’est l’imperceptible moment où l’ennemi s’engage dans sa manœuvre, c’est-à-dire celui où le présent n’est plus tout à fait le présent et où le futur, avant d’être présent, est encore futur.  […] Cette ambition est une utopie qui affleure dans l’idéal toujours répété de lever le voile du mystère. On glisse en effet insensiblement de la raison à l’imagination, de la prévision à la prédiction, du diagnostique au prophétique. » (p. 242-244)

Bref, un grand livre, qui aborde la question du renseignement d’une manière transversale, et que je ne peux que vous conseiller. Qui sait, peut-être que quelqu’un trouvera alors un peu de temps pour créer une page Wikipedia (bien méritée) concernant son auteur ?

 

 

Crédit photo : « Alain Dewerpe », Les membres du conseil d’administration, EHESS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *