La partie immergée de l’iceberg

523019984_2d32a7bf96_z

Here we are. L’Assemblée vient de lancer son portail open data. Tout un tas de documents sont mis à disposition, avec quelques inédits, et bientôt plus encore (nous dit-on). Ces documents contiennent des informations « primaires », c’est-à-dire qui ne contiennent aucun scoop sur l’Assemblée, les députés et le travail législatif. Si ce sont des informations précieuses concernant le fonctionnement de l’institution (qui produit quoi, et quand), elles n’ont de sens que dans le cadre d’un travail d’analyse et d’interprétation. Ces documents n’ont donc − en l’état − pas beaucoup d’intérêt pour qui ne travaille pas à l’Assemblée (ou sur l’Assemblée).

Néanmoins, ces informations ne sont pas pour autant des « données brutes ». Elles sont mises en forme selon certaines exigences, au premier rang desquelles on trouve le souci institutionnel constant de ce qui peut/doit être rendu visible hors les murs. Cette mise en visibilité s’appuie donc sur un processus éditorial, à destination d’un public que l’institution présuppose (qu’il soit imaginé ou prédéfini). De fait, chaque document disponible sur ce portail doit moins être vu comme un objet (technique) que comme un geste (politique). Et même, plus précisément, un double geste par lequel l’institution agit sur elle-même (pour produire l’information) en même temps qu’elle s’adresse à une certaine frange de la société civile (pour publiciser l’information).

Produire de l’information

Le premier geste, c’est celui d’une administration sur les individus et les différents services qui la composent. Le communiqué de presse indique que ce portail est une réponse à la demande sociale de transparence et d’ouverture. Ce n’est pas tout à fait faux, mais ce n’est pas tout à fait vrai non plus. En réalité, ce portail n’est qu’un aspect d’un projet plus vaste, engagé il y a plusieurs années dans un souci de rationalisation (nommé « révolution numérique » dans le communiqué). Ce projet plus vaste est celui qui, au travers d’une informatisation des procédures parlementaires par le développement de plusieurs applications métiers spécifiques, vise à tisser un maximum de liens horizontaux entre les différents services administratifs, de manière à gagner en efficacité. Les mots-clés de cette rationalisation sont : dématérialisation, mutualisation, centralisation.

Dans les faits, il s’agit de créer une base de données générale, de référence, dans laquelle tout l’écosystème d’applications métiers déployées à l’Assemblée viennent s’alimenter en information, en même temps qu’elles viennent continuellement la nourrir. C’est une sorte de gigantesque bibliothèque avec laquelle tout fonctionnaire interagit quand il effectue les tâches qui lui sont dévolues. Par exemple, au service du compte-rendu, un rédacteur s’appuiera sur cette bibliothèque pour associer (d’un clic) la question orale d’un député à l’ensemble des questions orales que ce député aura déjà posées, permettant que (presque) immédiatement elle apparaisse sur la page qui lui est dédiée sur le site internet de l’Assemblée (dont tout le contenu provient lui-même de cette bibliothèque).

Publiciser de l’information

Autrement dit, c’est ce qui s’appelle faire d’une pierre, deux coups. Le lancement de ce portail n’est (de ce que j’en sais) pas l’aboutissement d’un projet dédié de longue haleine, prioritaire au nom de la transparence et « du renforce[ment] de la démocratie », pour lequel l’institution se serait mobilisée. C’est surtout la partie visible d’une restructuration interne en voie d’aboutissement, autour de la production/circulation de documents XML normalisés par/entre chaque service. Ce portail open data ne fait alors que se brancher sur ce XML parlementaire, il ne constitue qu’une excroissance d’un projet plus vaste, excroissance qui a (comparativement) nécessité peu de moyens : quelques efforts d’empaquetage, et la conception d’une interface publique.

Le second geste est donc celui d’une institution envers le monde dans lequel elle s’inscrit. C’est un geste de publicité, c’est-à-dire qui vise à influer sur la représentation qu’ont les individus de cette institution, et donc sur l’image même de cette institution. De fait, ce projet a été décidé par le Président de l’Assemblée dans l’idée de faciliter (enfin) le travail de celles et ceux (suivez mon regard) qui travaillent à exploiter les richesses dont regorge depuis longtemps le site internet officiel. Or, ce geste ne s’adresse qu’à une très petite portion d’individus. Les personnes étant en mesure d’exploiter pleinement ces données ouvertes sont rares. Les personnes étant simplement en mesure d’en appréhender le potentiel ne sont pas nombreuses non plus, comme en témoigne le faible écho consacré à « l’événement » dans la presse.

Médiatiser, c’est autant dévoiler que dissimuler

Sur le plan administratif comme politique, ce projet de portail open data n’est donc pas un projet de premier plan. C’est un projet secondaire, rendu possible parce qu’il ne coûte pas grand chose à mettre en œuvre et qu’il ajoute une petite pierre à l’édifice du projet de « révolution numérique » souhaité par le président Bartolone pour l’Assemblée. Ce qui m’interpelle n’est pas que l’open data soit instrumentalisé pour la cause institutionnelle (comment pourrait-il en être autrement ?), mais les contradictions que comportent cette stratégie.

Je trouve surprenant qu’au travers du communiqué de presse et de ce que donne à voir ce portail, l’institution évite de dire l’essentiel : les éléments démontrant de la manière la plus efficace la réalité du virage numérique de l’Assemblée (l’informatisation des processus métiers) sont tus. Je ne dis pas qu’on ne nous trompe, je dis qu’en demeurant évasive sur toutes les logiques qui sous-tendent les conditions d’existence de ce portail, elle trace une étonnante ligne entre le visible et l’invisible. La revendication politique (« des données […] au service de la  démocratie ») dissimule totalement l’immense machinerie administrative qui la sous-tend, au point de la rendre inexistante.

L’iceberg

Cet épisode me fait alors songer que quand les instances dirigeantes de l’Assemblée décident de dévoiler certaines conditions d’existence de l’institution (l’open data en fait partie), ce ne peut se faire que se faire qu’en levant de petits coins de voile ou qu’au travers de petits coups de projecteurs. L’Assemblée ne montre toujours qu’une toute petite partie d’elle-même. Une partie si petite qu’on peut se demander si l’institution ne cherche pas à préserver autour d’elle un halo mystérieux ou fantasmatique, comme si la République ne devait reposer sur aucune réalité matérielle.

L’Assemblée est en fait comme un immense iceberg (cette métaphore s’impose à moi ces jours-ci, allez savoir pourquoi). L’observateur ne peut jamais en appréhender l’entièreté. Non-avisé de cet état de fait, il tient pour acquis ce qu’il perçoit, sans douter que cette partie visible n’est possible que parce qu’il existe une partie invisible. Ceci faisant (ou contribuant à ce que), si l’Assemblée est bien ce qu’elle nous montre, elle n’est pas ce qu’on en perçoit.

Le portail open data est la face citoyenne et déontologique de l’iceberg que constitue la très administrative révolution numérique à l’Assemblée. Pareillement, l’hémicycle constitue la face vivante et incarnée de l’iceberg long et austère du processus d’élaboration de la loi. Ou encore, les visites guidées pour les groupes constituent la face dorée et majestueuse de l’iceberg « Palais-Bourbon » trop tortueux et éclaté pour être véritablement adapté à la vie parlementaire.

 

 

Crédit photo : « Iceberg : photoshop power » (mai 2007 − CC-by-nc-sa)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *