Anne Lalanne n’a-t-elle pas droit (elle aussi) à une vie privée ?

Un petit billet en réaction à l’actualité, parce que je n’ai pas trop le temps, la thèse ne se rédige pas toute seule.

twitter_annelalanne

Pardonnez-moi, j’ai conscience d’être à contre-courant, mais cette histoire m’interpelle. En deux mots : Libération et Le Monde annoncent ce matin avoir démasqué Marine Le Pen derrière un compte Twitter au nom de ce qui semble donc être un pseudonyme. Loin de moi l’idée de prendre la défense de cette personne (elle se débrouille très bien sans moi), mais le procédé médiatique me laisse pantois…

Est-il réellement éthique pour un journaliste de révéler à grands cris l’identité d’un utilisateur de Twitter, qui souhaite très explicitement préserver son pseudonymat ? Il me semblait pourtant avoir compris que la question de la vie privée, et en particulier du droit au pseudonyme, sur les réseaux sociaux commençait à devenir une cause sérieusement défendue. Du coup, faut-il comprendre que nous ne serions pas vraiment égaux face à la vie privée ? Faut-il en conclure que les personnalités politiques doivent renoncer à la leur ?

Quelles bonnes raisons ces journalistes auraient-ils pu avoir pour dévoiler cette information (si ce n’est de faire un scoop facile) ? Aucune. Enfin, en tout cas, ils n’en annoncent aucune. Les papiers du Monde et de Libé ne défendent aucun argument, ils se contentent de contextualiser puis de commenter quelques tweets publiés par ce compte. Eux-mêmes reconnaissent que ce compte ne publie pour l’essentiel que des RT « reflétant le point de vue FN ». De fait, il faut effectivement reconnaître qu’il n’y a absolument rien d’intéressant dans le fil twitter d’Anne Lalanne (regardez vous-même) indépendamment du fait que Marine Le Pen se cacherait (peut-être) derrière.

Parce que c’est bien de cela dont il est question : de dissimulation. Comme chacun sait, qui se dissimule à des choses à cacher… et si ce compte offrait « un éclairage différent de celui donné par le compte [officiel] »… et si ce compte était une manière « de passer certains messages en interne »… ? Ce que ces journalistes suggèrent, c’est que ce compte laisserait voir la face cachée de Marine Le Pen et de son réseau. C’est tout, et c’est maigre.

Il suffit de réfléchir deux secondes pour voir que ces affirmations sont absurdes. En ce qui concerne ce qu’elle pense mais ne souhaite pas voir médiatisé, je suis sûr que comme tout le monde elle préfère se taire. Pour communiquer discrètement, je suis sûr qu’elle utilise comme tout le monde des SMS. Je suis désolé mais sur ce coup là : il va être difficile de réfuter la diabolisation gratuite.

En vérité, ce compte montre une personne qui effectue régulièrement (hors vacances) une veille médiatique, et parfois s’autorise à réagir sachant que les gens qui la suivent pensent peu ou prou comme elle. Comme le font des tas d’autres twittos. Que ce soit telle ou telle personne qui l’utilise ne change rien. Que ces gens connaissaient son identité, ou qu’ils ne connaissaient que son pseudonyme, ne change rien non plus. Les traces d’usages montrent que ce compte n’est pas un compte « off », que ce compte est personnel. Le fait d’avoir dévoilé l’identité (présumée) du titulaire de ce compte constitue donc une violation de sa vie privée.

Je repose donc la question : les personnalités politiques doivent-elles renoncer à leur vie privée sous prétexte qu’elles sont des personnalités politiques ?

 

 

Nota : merci aux deux ou trois personnes (elles se reconnaîtront) sur Twitter qui ont attiré mon attention sur cette histoire, ou qui m’ont amené à développer mon sentiment.

Crédit illustration : création personnelle utilisant la technique dite « du collage barbare d’images honteusement chipées sur Google ».

Édit du 5/09 : reprise du billet sur Slate.


4 réponses

  1. Vaillot Benoit dit :

    La question que je souhaitais vous poser, consistait à savoir : si c’est la critique de l’éthique journalistique qui l’emporte dans votre propos ou le seul fait de révéler l’identité d’un compte anonyme ?
    Cela pose, semble-t-il, la question de l’exemplarité des journalistes sur Twitter — média dont ils ont été longtemps (et sont encore ?) les hérauts. Twitter est-il un angle mort de l’éthique journalistique ? Pourquoi les journalistes devraient-ils être des usagers différents de Twitter ? etc.
    Inversement, est-ce que révéler l’identité d’un compte en soi constitue un problème ? Révéler l’identité de certains comptes serait riche d’enseignements parfois pour contextualiser des attaques ad hominem, des positions diverses, etc. Il arrive qu’entre usagers de twitters, des usagers en conflits s’opposent et révèlent l’identité de détenteurs de comptes.

    • Jonathan dit :

      Merci pour ce commentaire.

      Bonne question. Après réflexion, voilà plus précisément comment je vois les choses. Préserver le droit d’utiliser un pseudonyme est très important pour les libertés individuelles et la liberté d’expression, même pour les personnalités publiques. Après, je pense qu’il est important aussi que les journalistes puissent violer ce droit au nom de l’information du public (comme pourrait le faire un lanceur d’alerte). Dans la mesure où c’est un viol de libertés fondamentales, il faut par contre avoir du solide à dévoiler, il faut que ce soit proportionné à l’information révélée. Ce qui n’est pas le cas ici, la révélation est gratuite.

      Je n’aurais pas réagi si ce compte sous pseudonyme était le lieu d’un discours incohérent avec celui médiatique « officiel », en donnant à voir une personnalité publique sous un nouveau jour. Or, ce n’est pas le cas ici. Ce que ce compte montre est profondément cohérent avec la personnalité qui lui est associée. Du coup à quoi bon ce scoop si ce n’est pour se vanter d’avoir de bonnes sources (et donc de se positionner en tant que spécialiste de la question Front National auprès des confrères) ?

      • Chris L dit :

        N’est-il pas dangereux de développer l’idée même que les » journalistes » auraient tous les droits dans le seul but(sic) d’informer « le public »…tout le reste n’est que fioritures et élucubrations verbeuses. La liberté des uns s’arrête où commence celle des autres.
        Existe-elle encore sur ces « médias » web ?

        • Bonjour. Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris votre commentaire. Pour sûr (au risque de me répéter), je crois qu’il est dangereux oui que les journalistes puissent avoir tous les droits, même celui de violer les libertés fondamentales, dans le seul but d’informer le public. Je ne crois pas à l’idée d’une éthique journalistique, qui garantirait a priori que les motivations de ces derniers soient nobles (du simple fait qu’ils soient journalistes, je veux dire). Dans ce cas, précisément, je trouve qu’une ligne jaune a été franchie.
          Pour ce qui est de la question de savoir si la liberté existe encore sur les médias web, c’est une drôle de question. Comme si le web était un monde à part… du coup votre question revient à la suivante : « la liberté existe-elle encore aujourd’hui ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *