De la médiatisation du débat parlementaire

© Assemblée nationale

© Assemblée nationale

Hier dimanche, Claude Bartolone était sur Canal+, invité dans dans l’émission Le Supplément. À la fin de la chronique de Marc Beaugé, qui s’interrogeait sur la meilleure manière de ramener le calme quand l’Assemblée ressemble à « un ring et les députés à des boxeurs en puissance », le Président de l’Assemblée est intervenu :

« Moi j’ai la solution.
— Alors dites-la-nous.
— C’est : pas de télé dans l’hémicycle. Parce que c’est quand il y a les caméras de télé que ça dégénère.
— Ils font les mariolles…
— Et oui ! »

Cette déclaration est facétieuse : la retransmission télévisée des séances hebdomadaires de questions au gouvernement (QAG) est une institution. Elle donne tout son poids à la mission de contrôle du gouvernement par les députés. Sans elle, l’exercice n’est plus le même. Les QAG ne sont pas une affaire entre les ministres et députés, mais une affaire entre gouvernants et gouvernés. Tous, dans l’hémicycle, s’adressent de manière implicite aux téléspectateurs. Les QAG sont peut-être un des rares moments où le mandat représentatif remplit totalement son office : chaque citoyen s’identifie dans le député qu’il a élu et se voit en position d’interpeller le gouvernement, qui lui répond. Les QAG constituent un dispositif qui donne à voir au peuple l’exercice de son propre pouvoir, ce qui explique que les Français y soient férocement attachés. Cette solution proposée par Claude Bartolone ne pouvait (bien évidemment) pas être sérieuse.

Pourquoi l’a-t-il alors formulée ? Cette idée est intéressante pour deux raisons. Premièrement parce qu’elle met la critique antiparlementaire face à ses propres contradictions. D’un côté, dans une époque de défiance du politique, la retransmission télévisée est un dispositif perçu comme nécessaire, parce qu’elle permet aux citoyens d’exercer leur regard critique sur la manière dont l’État fonctionne. D’un autre côté, s’il y a bien un moment où les débats parlementaires peuvent être assimilés à un théâtre, ce sont bien durant les QAG. Claude Bartolone a raison de dire que sans la retransmission télévisée les débordements cesseraient (peu ou prou), parce que les stratégies personnelles de visibilité médiatique n’auraient plus de sens (ce qui aurait d’ailleurs comme conséquence un hémicycle plus clairsemé). Par conséquent, les situations dont la critique antiparlementaire se repaît n’existeraient pas sans la retransmission télévisée qui les rend visibles (ou en tout cas, dans une bien moindre mesure).

Deuxièmement, cette idée est intéressante parce qu’elle nous oblige à nous demander : comment faisions-nous avant ? Si la retransmission télévisée est une pièce fondamentale des QAG, c’est parce c’est la retransmission télévisée qui a fait des QAG ce qu’elles sont aujourd’hui. Expérimentées en 1974 en marge du règlement de l’Assemblée, c’est à partir de l’ouverture de la VIIème législature, en juin 1981, qui a vu arriver la première majorité socialiste, que l’exercice des QAG entre pleinement dans la routine parlementaire. En octobre de la même année, elles sont retransmises pour la première fois (sur FR3), et connaissent un succès populaire croissant. Le succès des QAG est conjoint aux premières retransmissions.

Ceci étant dit, sous les Troisième et Quatrième République, l’Assemblée était bien le lieu des débats politiques nationaux. Or, il n’y avait ni QAG ni retransmission télévisée, et pourtant ces débats étaient également spectaculaire. Bien que Claude Bartolone se désole régulièrement de l’attitude de ses collègues, à qui il rappelle souvent que l’image donnée par la représentation nationale est importante pour la démocratie, on peut se demander si la retransmission télévisée n’est pas ici un bouc émissaire commode. Nos députés n’ont certes plus l’éloquence d’un Jean Jaurès ou d’un Albert de Mun, mais ont le micro, la caméra et Twitter. En vérité, selon la tradition parlementaire française, un débat politique à l’Assemblée est spectaculaire, ou alors il n’est pas sincère.

De fait, est-ce que ce type de débat politique ne servirait pas d’exutoire à la société française ? Par exemple, l’examen sur le projet de loi dit « Mariage pour tous », où le texte était verrouillé à toute modification, n’a pas tant montré un débat législatif qu’un débat politique, spectaculaire qui plus est. Ce débat a permis que la controverse se déploie puis se résolve dans un « ring », c’est-à-dire dans un espace où le combat est public et réglementé. Chaque citoyen a pu constater que tous les arguments ont été avancés, et donc que le débat a vraiment eu lieu. La dimension médiatique du débat parlementaire, dont la retransmission télévisée est la pièce centrale, est de ce point de vue la condition de l’acceptation citoyenne de son résultat, quel que soit ce dernier.

 

Édit : lien vers l’article « Ça chambre à l’Assemblée » de Hélène Bekmezian.
Édit du lendemain : lien vers un article où on apprend que Claude Bartolone est revenu sur ses propos.

Citer ce billet : Jonathan Chibois, « De la médiatisation du débat parlementaire », LASPIC | Carnet [en ligne], 5 octobre 2015, URL : http://laspic.hypotheses.org/3610 (consulté le 23 août 2017).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *